L’affaire des sous-marins australiens tourne à la crise ouverte entre Paris et Washington

L’affaire des sous-marins australiens tourne à la crise ouverte entre Paris et Washington

« Coup dans le dos », décision « brutale » et « insupportable », à la « Trump » : la relation entre la France et les Etats-Unis a tourné à la crise ouverte jeudi (16 septembre) après la rupture du « contrat du siècle » de fourniture de sous-marins français à l’Australie.

Le président américain Joe Biden a annoncé mercredi (15 septembre) soir un partenariat stratégique avec le Royaume-uni et l’Australie, incluant la fourniture de sous-marins américains à propulsion nucléaire à Canberra, qui a sorti de fait les Français du jeu.

« Cette décision unilatérale, brutale, imprévisible ressemble beaucoup à ce que faisait M. (Donald) Trump », le prédécesseur tant décrié de Joe Biden, s’est indigné le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian, ne cachant pas sa « colère » et son « amertume ». 

« Cela ne se fait pas entre alliés », a martelé le responsable français, qui avait négocié le « contrat du siècle » lorsqu’il était ministre de la Défense en 2016, déplorant une politique du fait accompli américaine – et par ricochet australienne – sans aucune concertation préalable.

Ce gigantesque contrat de 90 milliards de dollars australiens (56 milliards d’euros) prévoyait la fourniture de 12 sous-marins français à propulsion conventionnelle à l’Australie.

Au-delà du choc franco-australien, cette rupture spectaculaire jette un froid entre Paris et Washington, alors que Joe Biden était censé incarner une embellie dans la relation transatlantique après quatre années de brutalité trumpienne.

Le Président Hollande signant en 2016 l’accord entre la France et l’Australie

« Premiers concurrents » 

« Il est certain que nous avons une petite crise diplomatique sur la table », résume Anne Cizel, spécialiste de politique étrangère américaine à l’université parisienne de la Sorbonne.

« Les Etats-Unis envoient un signal un peu curieux en ce sens qu’ils réclament une présence (militaire) de leurs alliés européens dans l’Indopacifique et dans le même temps se positionnent en premiers concurrents des ventes de sous-marins français », résume-t-elle.

Joe Biden a bien promis de continuer à « travailler étroitement avec la France », « allié-clé » dans la région Indopacifique. Sans apaiser le courroux de Paris.

Les Etats-Unis ont aussi affirmé avoir eu des contacts avec la France avant l’annonce du président américain, mais Paris a démenti avoir été clairement averti en amont.

La diplomatie française n’a jamais cédé à l’enchantement pro-Biden, consciente qu’il poursuivrait la même priorité stratégique – la rivalité avec la Chine – que ses prédécesseurs même s’il y mettrait plus les formes vis-à-vis de ses alliés.

Mais l’affaire du partenariat stratégique avec l’Australie – qui vise aussi à contrer les ambitions de la Chine – concrétise un peu plus, après le retrait d’Afghanistan, un mode d’action et de décision très unilatéral du nouveau président américain.

Les Européens ont désormais une idée « assez claire » de la façon dont Washington considère ses alliés, a résumé une source proche du dossier à Paris.

« Cela confirme le fait que les Etats-Unis attendent de leurs alliés de la docilité et ne sont pas dans une logique de consultation », fait observer Thomas Gomart, directeur de l’Institut français de relations internationales (Ifri).

« Centralité » américaine

« La relation avec l’administration Biden est extrêmement difficile tout simplement parce que cette administration, focalisée sur la Chine, veut rappeler sa centralité », dit-il à l’AFP.

A travers cette séquence, le président Biden a aussi eu à coeur de faire oublier au plus vite le retrait chaotique d’Afghanistan en montrant que l’Amérique restait au rendez-vous de la puissance.

Pour Anne Cizel, ce coup porté aux ambitions françaises traduit aussi une « rivalité de leadership » entre les Etats-Unis et un président français, Emmanuel Macron, qui se pose en « leader de la défense de l’Europe ».

« Les quatre ans de Donald Trump, si difficile que cela ait été sur un plan transatlantique, ont procuré une opportunité au leadership français, franco-allemand », note-t-elle.

Emmanuel Macron va continuer à militer pour plus de défense et d’autonomie stratégique européenne, notamment industrielle, durant la présidence française de l’UE au premier semestre 2022.

Un sommet y sera d’ailleurs consacré à cette occasion. « Le moment est venu pour l’UE de passer à la vitesse supérieure », pour se « défendre contre les cyberattaques, agir là où l’Otan et l’ONU ne sont pas présents et gérer les crises à temps », a plaidé mercredi (15 septembre) la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Rappel des ambassadeurs français d’Australie et des USA

Ce vendredi 17 septembre, Jean-Yves Le Drian a annoncé avoir rappelé les ambassadeurs en poste à Washington et à Camberra. C’est un acte fort et rare envers des allies. Les conséquences de la stratégie américaine et du choix australien, combinés à la défiance qui se créé avec le Brexit entre le Royaume-Uni et la France, ne font que commencer. La Président de la Commission européenne appelle à créer des liens plus forts entre les membres de l’Union.

« L’abandon du projet de sous-marins de classe océanique qui liait l’Australie à la France depuis 2016, et l’annonce d’un nouveau partenariat avec les Etats-Unis visant à lancer des études sur une possible future coopération sur des sous-marins à propulsion nucléaire, constituent des comportements inacceptables entre alliés et partenaires, dont les conséquences touchent à la conception même que nous nous faisons de nos alliances, de nos partenariats et de l’importance de l’Indopacifique pour l’Europe.« 

Communique de presse du Quai d’Orsay du vendredi 17 septembre 21h35
Laisser un commentaire