Le nouveau sous-marin nucléaire français, un Ambassadeur fort et discret.

Le nouveau sous-marin nucléaire français, un Ambassadeur fort et discret.

Le premier sous-marin nucléaire d'attaque de nouvelle génération, le Suffren, du programme Barracuda (six exemplaires pour un coût d'environ 9,1 milliards d'euros),  parti de Cherbourg fin avril, devrait bientôt rejoindre la Méditerranée.  Compte tenu de l’épidémie du coronavirus, tout le personnel à bord, 65 sous mariniers, a été testé de façon préventive. Mais les principaux tests sont ceux qui concernent ce bâtiment d’une nouvelle génération, le premier d’une série de six qui vont équiper la marine nationale.

« Le meilleur sous marin du monde »

Il s’agit de la classe « Baracuda » qui remplace la classe « Rubis », actuellement en service. Le Suffren peut rester en plongée 70 jours, et plonger à une profondeur supérieure à 300 mètres. Sa propulsion nucléaire le rend très discret : en fait il est pratiquement indétectable. Il peut s’approcher des côtes, intercepter les communications, frapper des cibles marines, envoyer des commandos des forces spéciales, lancer des missiles jusqu’à mille kilomètres à l’intérieur des terres, plus loin que les avions. « Ce sont les meilleurs sous-marins du monde » dit fièrement Hervé Guillou, le PDG de Naval Group, qui a construit le navire. A peu près 1 milliard par sous marin.  « 30 à 40% moins cher que ceux de nos partenaires européens » avance Hervé Guillou. Seuls les Britanniques ont un sous-marin avec propulsion nucléaire en Europe. Dans le monde, seuls les Américains ont un tel concentré de technologie sous-marine. Russes, Chinois et Indiens, y aspirent.

Un concentré de prouesses technologiques

Cinq autres Barracuda, programme lancé en 1998, seront progressivement livrés à la Marine nationale. Leur durée de vie sera supérieure à trente ans. Ils sont tous équipés d’une propulsion nucléaire de nouvelle génération, d’une barre en X qui accroit leur manœuvrabilité, et d’équipements de très haute technologie. Ce qui fait du Suffren un Ambassadeur, dans la diplomatie navale, de premier ordre. Tout d’abord parce qu’il est une vitrine technologique d’exception. Ensuite parce qu’il signifie que la France peut frapper où elle veut, quand elle veut. Enfin parce que ces sous-marins sont des espions capables d’intercepter les communications et de les décrypter.

La France  a donc fait le choix de rester une puissance marine importante. Logique, puisque son domaine maritime est le deuxième plus vaste au monde. Elle prouve sa capacité à intervenir pour le protéger ou répondre à toute menace le concernant.

Le Suffren ne sera livré à la Marine nationale qu’à la fin des essais en mer qu’il effectue actuellement. Il devrait arriver à Toulon avant la fin juin.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire