Yan Chantrel investi par le PS pour les sénatoriales

Yan Chantrel investi par le PS pour les sénatoriales

Ce fut la surprise ce lundi 06 septembre au soir : Yan Chantrel et sa liste ont reçu l’investiture du Parti Socialiste. L’épilogue d’une longue guerre interne.

3 candidats pour une investiture

On s’en est fait l’écho tout au long de l’été dans nos pages, la campagne interne au Parti socialiste fut rude.

D’un côté Ségolène Royal qu’on ne présente plus, de l’autre Laure Pallez et un challenger Yan Chantrel, se sont opposés pour obtenir les faveurs du parti.

Yan Chantrel remettant une pétition au Secrétaire d’Etat Jean-Baptiste Lemoyne
Ségolène Royal
Ségolène Royal

Au début de l’été, les soutiens de Ségolène Royal, dont son numéro 2 Mehdi Benlahcen, vice-président de l’association Français du Monde, Président du groupe Solidarité et Ecologie à l’AFE, pensaient naturellement que le bureau national se rangerait du côté de l’ancienne Ministre. Mais c’était sans compter sur la volonté des « éléphants » d’éviter la renaissance de l’ancienne candidate à l’élection présidentielle. Ils sont déjà bien occupés à essayer d’imposer Anne Hidalgo pour l’échéance présidentielle de 2022.

« Avec le décalage des élections à cause de la pandémie, la présidentielle s’est invitée de manière inhabituelle dans cette élection sénatoriale.« 

Cécilia Gondard, Secrétaire générale de la fédération des Français établis hors de France, sur le groupe WhatsApp des élus socialistes ce lundi 06 septembre.
Laure Pallez
Laure Pallez

Laure Pallez pensait, donc, pouvoir récupérer les faveurs du parti… Elue aux USA pour un nouveau mandat, expatriée nomade qui a connu de nombreux pays, elle dispose du soutien de l’ancien Secrétaire général de la fédération des Français établis hors de France, Boris Faure, et du Président de l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE), Marc Villard. Et pourtant elle ne fut pas retenue.

« Nous avons investi un homme. Un homme ayant déposé sa candidature hors les clous par rapport aux règles initiales qui ont donc été aménagées en cours de route…« 

Boris Faure, ancien Secrétaire général de la fédération des Français établis hors de France, sur le groupe WhatsApp des élus socialistes ce lundi 06 septembre.

Et ce lundi, en fin de journée, tombe la nouvelle : c’est Yan Chantrel qui est investi par le Parti socialiste. Dernier déclaré, il a bénéficié du soutien de l’actuelle Secrétaire générale de la fédération des Français établis hors de France, Cécilia Gondard. Elle avait, elle-même, proposé sa candidature pour ces élections sénatoriales. Mise en minorité par son Conseil de fédération, elle se retira et choisi de soutenir l’élu du Québec. Yan Chantrel, qui avait mené la fronde contre les motifs impérieux en 2020 avec succès. Cécilia Gondard a profité de l’université d’été du parti à la rose pour promouvoir son nouveau protégé. Et elle remportera son pari, ce qui n’a pas manqué d’étonner Ségolène Royal qui dénonce une manoeuvre partisane.

«Ce ne sont pas les ordres des appareils partisans qui font l’élection, surtout de façon aussi désinvolte à dix jours de l’échéance alors qu’avec mon équipe nous travaillons depuis un an. C’est un manque de respect envers les Français de l’étranger, qui sauront, j’en suis sûre, choisir de façon utile et efficace pour eux»

Ségolène Royal réagissant à l’investiture de Yan Chantrel dans Le Figaro

Réunir les élus socialistes et Français du Monde

Les grands électeurs de gauche auront donc le choix ce dimanche 26 septembre. L’union avec EELV n’ayant abouti, Melanie Vogel propose aussi sa liste. Mais le gros des troupes se situe au Parti socialiste et dans son association « soeur » Français du Monde. Laure Pallez et Yan Chantrel vont chasser tous les deux les mêmes Grands électeurs.

Ségolène Royal, si elle peut compter sur les soutiens de Mehdi Benlahcen au sein du PS et de Français du Monde, a fait le choix d’une campagne ouverte vers tous les Conseillers consulaires. Depuis plusieurs semaines, elle appelle les élu(e)s du Centre et de la Droite, rappelant sa capacité à travailler avec tous et son indépendance. Deux atouts qui combinés à son aura médiatique pourraient apporter une nouvelle visibilité aux Français de l’étranger. Des arguments qui ne laissent pas insensibles de nombreux élu(e)s LR et LREM.

Au final, la division qui s’est installée à gauche ne risque-t-elle pas de conduire à un échec des listes ? Au lendemain des Consulaires de 2021, certains estimaient le potentiel de la gauche à 3 voire 4 sénateurs pour les plus optimistes. Aujourd’hui, on parle de 2 sénateurs, maximum 3 « si les astres sont alignés ». Cécilia Gondard, en cas d’échec, pourrait se voir reprocher la situation. Elle l’a bien compris et a appelé dès l’annonce à l’unité. Notons cependant qu’il est impossible de retirer des listes, l’Union ne se fera qu’au détriment des autres listes.

Cecilia Gondard
Cecilia Gondard

« Mais l’heure n’est plus à la division. Après l’élection sénatoriale, nous devrons préparer les élections législatives et présidentielles. Rassemblons-nous aujourd’hui, pour préparer demain.« 

Cécilia Gondard, Secrétaire générale de la fédération des Français établis hors de France, sur le groupe WhatsApp des élus socialistes ce lundi 06 septembre.

S’ouvre donc une période de campagne, dense de moins de 15 jours ! Nous vous proposerons de nombreux articles relatant celle-ci et décortiquant les programmes des différentes listes tout au long des deux semaines à venir.

Laisser un commentaire