Rencontre avec Marc Villard, Président de l’Assemblée des Français de l’étranger

Rencontre avec Marc Villard, Président de l’Assemblée des Français de l’étranger

A l’occasion du 70ème anniversaire de la représentation française à l’étranger, lesfrancais.press ont rencontré le Président de l’AFE, Marc Villard. Fiscalité, enseignement français, réforme des institutions, M. Villard fait le point pour nous.

Que vous inspire cet anniversaire de la représentation française à l’étranger ?

C’est une institution importante et il est normal de la célébrer. Elle a été créée au sortir de la deuxième guerre mondiale mais en réalité les prémices de la mise en place de la représentation officielle remonte à 1927 pour remercier les compatriotes de l’étranger tombés pendant la grande guerre [Avec entre autres la création de l’UFE NDLR].

Jusqu’en 1982, les représentants étaient élus au suffrage indirect avec des représentants cooptées ou désignées.

Je ne suis pas pour une réforme de fond de ce qui a été mis en place en 2014 mais plus pour une amélioration ce qui a été mis en place, avec 443 conseillers consulaires, ce qui est un progrès!

Il s’agit notamment d’assister nos compatriotes et les administrations dans leurs interactions. Le centre des impôts, par exemple, affirme qu’il est enrichissant pour eux d’avoir des élus qui peuvent répondre à certaines questions techniques.

Et que pensez-vous de la structure de la représentation française à l’étranger ?

Il faut améliorer l’organisation des conseillers consulaires, ils n’ont pas d’organisation de corps, ce n’est pas un corps constitué, pas d’appui administratif.

Là où les conseillers AFE ont essayé d’organiser des rencontres avec les conseillers consulaires, cela fonctionne assez bien. Il faut créer dans les circonscriptions des liens. Je n’ai pas la recette mais, j’ai demandé, par exemple, que les conseillers AFE puissent être invités à se rendre aux réunions des conseillers consulaires. Nous pourrions peut-être aussi organiser des réunions trimestrielles, des visio-conférences…

Dans la circonscription Asie Océanie de très grande taille [celle de M. Villard NDLR], c’est compliqué mais toutes les circonscriptions n’ont pas cette taille.

Quels sont les rapports avec les parlementaires ?

Marc Villard Président de l'Assemblée des Français de l'étranger

Le ministre parle de la désafection des parlementaires. Les Sénateurs ne sont plus membres de droit de l’AFE certains ont pu peut-être mal le vivre.

Les liens avec les élus AFE commencent à se renouer. Chacun doit rester dans son domaine de compétences, un Sénateur ou un député ne pourra jamais avoir de nos communautés une connaissance aussi fine qu'un conseiller consulaire qui les côtoit au quotidien.

Et que pensez-vous de la réforme envisagée de la représentation parlementaire, avec une réduction du nombre de députés des Français de l’étranger (11 actuellement) et qui seraient regroupés, à la proportionnelle, dans une circonscription unique monde ?

Cette réforme des députés ne va pas dans le bon sens. Il fait sens d’avoir deux représentations différentes : une "généraliste" les sénateurs, et le député avec sa circonscription. Si on réduit le nombre de parlementaires en France  il est normal aussi de le réduire chez les Français de l’étranger. Cependant déjà lors des dernières élections législatives, la barre était à 1 député pour 100 000 inscrits sur la liste consulaire. Nous payons un peu le fait de ne pas voter en masse.

Comment augmenter le taux de participation ?

Pour augmenter le vote, je ne suis pas certain que le mode de vote, et l’introduction du vote électronique, soit le moyen d’améliorer la participation. Le vote électronique facilite la participation pour ceux qui sont loin, mais il faut d’abord réconcilier l’électeur avec le politique. Les statistiques sur l’évolution de l’abstention montrent le désintérêt des Français pour la chose politique. Pour les conseillers consulaires, il faut que les compatriotes comprennent à quoi ils servent et ce qu'ils peuvent leur apporter.

Quels sont les problématiques principales des Français de l’étranger ?

Parmi les principaux problèmes, il y a la fiscalité, avec notamment les débats récents, le budget avec l’annonce de baisse de celui du ministère, l’éducation, et la protection sociale.

Au Vietnam, par exemple, il n’y a pas de problème de sécurité, et de manière générale il y a les mêmes problèmes que partout ailleurs, tel le coût de la scolarité, la protection sociale des compatriotes, personnes âgées qui n’ont jamais cotisé aussi par exemple. C’est une vrai préoccupation, tout comme au Japon, en Thaïlande, au Cambodge…

Sur l’éducation, les bourses scolaires avec les nouveaux barèmes laissent une part trop importante du coût aux familles. Les Français de l’étranger partagent tous les mêmes préoccupations.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire