Les Sénatoriales des expatriés divisent le PS

Les Sénatoriales des expatriés divisent le PS

Lundi dernier : coup de théâtre au Parti socialiste, alors que Laure Pallez et Ségolène Royal prétendaient à l’investiture pour les élections sénatoriales, c’est Yan Chantrel, soutenu par Cécilia Gondard, la Secrétaire générale de la fédération des Français de l’étranger, qui a décroché le gros lot. Il y a quelques jours, nous vous avions décortiqué la genèse de cet étonnant choix. Aujourd’hui, on fait le bilan des réactions au plan national comme chez les expatriés.

Les ténors au secours de Ségolène Royal

Lors des journées parlementaires du PS à Montpellier qui se sont conclues mardi, Valérie Rabault a été parmi les premiers à soutenir Ségolène Royal. 

«Elle a été candidate pour notre camp à la Présidentielle, il faut la respecter»

Valérie Rabault, la présidente du groupe PS à l’Assemblée

Sur Twitter, Michael Delafosse, maire de Montpellier et proche de la future candidate à la présidentielle Anne Hidalgo, a publié un post réaffirmant la place particulière de Ségolène Royal.  

Tandis que Carole Delga, Présidente de la région Occitanie et à la tête de plateforme «Idées en commun» d’Anne Hidalgo, apportait également «son soutien» à l’ancienne ministre. L’ancien premier secrétaire du parti, Jean-Christophe Cambadélis, a lui dénoncé la décision de la nouvelle direction socialiste accusée de diviser son camps.

«Refuser à Ségolène Royal l’investiture des Français de l’étranger est inélégant et une faute politique car elle ne cédera pas, et peut faire perdre ce siège gagnable à un moment où il faut rassembler»

L’ancien premier secrétaire du parti, Jean-Christophe Cambadélis
Vue du Palais du Luxembourg à Paris – Siège du Sénat de la République française

La décision d’Olivier Faure ?

L’homogénéité des réactions des barons socialistes est assez rare pour être soulignée, mais alors quelle mouche a piqué Olivier Faure, le Secrétaire national du Parti socialiste ? Pour certains, on doit cette décision à la ténacité de l’élue des Français de Belgique et présidente de la fédé, Cécilia Gondard. Humiliée lors du refus du conseil de la fédération de la soutenir pour constituer sa propre liste par le numéro 2 de la liste de la liste de Ségolène Royal, Mehdi Benlahcen, et par Boris Faure, principal soutien dans le parti de Laure Pallez, elle s’attacha à démontrer sa maîtrise du réseau parisien. Reste à démontrer si elle aura le même succès auprès des grands électeurs.

“Nous sommes un parti démocratique dans lequel il y a eu un débat, long, au cours duquel quatre candidats se sont présentés. Et en fonction de ce que chacun a pu apporter, en fonction aussi du choix des militants des Français de l’étranger, le choix a été d’investir Yan Chantrel”

Le premier secrétaire du parti, Olivier Faure, sur la chaine Public Sénat

Car si pour Olivier Faure et Cécilia Gondard, Yan Chantrel est le choix des militants et la récompense d’un engagement, il avait mené avec succès la fronde contre les motifs impérieux depuis le Québec où il est élu, il n’en va pas de même pour ses concurrents. A l’unisson, les équipes de Ségolène Royal et de Laure Pallez crient à la « mystification ». Tandis que Claudine Lepage, la Sénatrice sortante, qui ne se représente pas, s’étonne qu’en 2021, on refuse d’investir une femme pour la remplacer !

Le candidat des expatriés ?

Car chez les grands électeurs de gauche, les clans n’ont pas de frontières claires, les passages d’une équipe à l’autre se multiplient.

Yan Chantrel
Yan Chantrel

« Le choix naturel« 

Pour certains Yan Chantrel est bien le « choix naturel« , enraciné localement, actif au niveau mondial, expérimenté grâce à son passage à l’AFE au cours du dernier mandat et enfin il porte les lauriers de la victoire après avoir infligé à LREM sa plus sévère défaite lors des Consulaires de mai 2021 dans la circonscription de Québec.

« Une chance pour les expatriés »

Pour d’autres c’est évidemment Ségolène Royal le meilleur choix, çe serait même une chance pour les expatriés. Forte de son parcours et de sa notoriété, elle sera le visage des expatriés au pays. Il se murmure même que le refus du PS de l’investir a fini de convaincre des élus consulaires de droite et du centre de voter pour elle. Car c’est le point fort de la campagne de l’ancienne ministre son ouverture au delà des frontières naturelles de sa famille.

Laure Pallez
Laure Pallez

« Une campagne d’un haut niveau intellectuel »

L’outsider, c’est donc Laure Pallez. Pourtant alors que les messages simples sont privilégiés par les équipes de campagne, l’élue des USA a décidé d’aller dans les détails. Tous ceux qui ont lu les bulletins envoyés par mail aux grands électeurs reconnaissent la qualité de ses textes et leur technicité. Cependant, l’austérité de ces derniers limite leur audience.

2,1, Zéro sénateur ?

A la sortie des élections consulaires, il était évident que le PS sauverait un siège voire qu’il pourrait envoyer 2 sénateurs au Palais du Luxembourg. Mais c’était sans compter le travers classique, la tentation de la division, cette machine à perdre. Aujourd’hui, les estimations semblent donner Ségolène Royal élue, peut-être Yan Chantrel, mais rien n’est joué.. Il reste une semaine de campagne, chacun retient ses coups pour éviter qu’une zizanie en vienne à rediriger le vote des grands électeurs de gauche vers Mélanie Vogel. Ayant gagné la primaire du parti écologiste, elle présente aux élections du dimanche 26 septembre 2021 une liste au nom de EELV avec le soutien de LFI mais aussi de Génération.S. Un plan B pour les grands électeurs de gauche ?

Laisser un commentaire