la Fédération socialiste des expatriés se déchire !

la Fédération socialiste des expatriés se déchire !

A quelques semaines des élections consulaires et quelques mois des sénatoriales de cet automne, la fédération socialiste des Français hors de France se déchire.

Une vie de fédération compliquée

La vie de la plus petite des entités fédérées au Parti socialiste, celle des Français de l’étranger, est bien difficile à gérer. La Fédération est l’instance du Parti Socialiste au niveau départemental. Pour les Français hors de France, elle rassemble tous les socialistes français établis à l’étranger.

Boris Faure
Boris Faure

De 2012 à 2018, elle fût dirigée par Boris Faure, élu à Bruxelles, et victime du député des Français de l’Afrique du Nord, M’jid El Guerrab en 2017. En 2018, à l’occasion du Congrès d’Aubervilliers, Cécilia Gondard, elle aussi élue à Bruxelles, devient Première Secrétaire Fédérale de la FFE. En 2021, Laure Pallez est nommée au Secrétariat national du Parti socialiste rejoignant la sénatrice Hélène Conway-Mouret et Cécilia Gondard.

En parallèle, la Federation des Français de l’Etranger du Parti socialiste a modifié ses statuts pour désigner la tête de la liste socialiste aux sénatoriales, afin d’éviter la case de la Primaire.

Les sénatoriales sèment la zizanie

En 2017, tous les candidats, déjà élus ou non, ont perdu les élections législatives. Un coup de tonnerre dans le petit milieu des expatriés qui résonne encore. En effet, la direction nationale, comme celle de la fédération, s’inquiète des résultats des élections consulaires. Si ces dernières marquent le recul des formations historiques (LR et PS), les sièges des sénateurs PS seraient perdus en octobre 2021.

Lors des deux dernières sénatoriales, c’étaient les militants qui déterminaient l’ordre de la liste et classaient les candidats via un vote de Primaire. Cécilia Gondard, à la tête de la fédération depuis 2018, a décidé de simplifier les statuts. Pour des raisons tactiques ?

Désormais c’est donc une commission électorale qui doit proposée au Conseil fédéral, le parlement de la fédération, une liste qu’il doit valider.Composé de trente membres, la liste proposée par Cecilia Gondard devait logiquement recevoir l’investiture de ses pairs.

Ségolène Royal à l’affût

C’était donc une désignation en petit comité et « sur du velours » pour la première fédérale. Or Patatras. À deux reprises le conseil fédéral a rejeté la liste que Mme Gondard comptait conduire. Par 14 voix contre 11 (le samedi 14 mars) Par 14 voix contre 13 (le 21 mars), c’est un échec politique pour la 1ère fédérale qui a perdu sa majorité politique pour l’occasion.

Que s’est il donc passé ? Simplement, Cecilia Gondard ne fait pas l’unanimité ! 2 autres candidates sont prêtes à relever le défi. Dans l’incapacité de se présenter du fait des statuts sur-mesures créés par la première secrétaire générale actuelle de la fédération, elles peuvent désormais espérer l’investiture.

En interne, Laure Pallez, soutenue par Boris Faure, dispose désormais de la majorité au conseil fédéral, elle apparait donc comme une alternative naturelle pour l’élection sénatoriale.

Mehdi Benlahcen

Mais le PS à l’étranger, ce n’est pas qu’un parti, c’est aussi un réseau d’associations amies, les ADFE. Elle dispose d’une représentation politique au sein de l’Assemblée des Français de l’étranger à travers le groupe “Français du monde – adfe – Solidarité et écologie” , dirigé par Mehdi Benlahcen.

Et ce dernier est aussi candidat à l’investiture, et avec une colistière de poids, Ségolène Royal, qui occuperait la première place, tandis que M. Benlahcen serait second sur une liste pour les sénatoriales.

Le Bureau national doit trancher

Le Parti socialiste va, donc, reprendre, logiquement, la main. Le Bureau national du PS devrait se saisir de ce dossier dans les prochains jours.

Cécilia Gondard est sous pression, en interne Laure Pallez, Boris Faure d’un côté et Mehdi Benlahcen de l’autre, exigent une direction collégiale pour l’encadrer en tant que première fédérale.

Au niveau national, une source indique que le cabinet du Secrétaire général Olivier Faure (sans lien de famille avec Boris Faure) s’inquiète des résultats aux élections consulaires de cette petite fédération, bien (trop?) dissipée. Ségolène Royal pourrait être la personnalité qui remettrait la Fédération des Français hors de France du Parti socialiste sur les (bons) rails !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire