Paula Forteza quitte LREM: réactions en Amérique du sud et à Paris

Paula Forteza quitte LREM: réactions en Amérique du sud et à Paris

29 janvier 2020 Non Par Francois Lestanguet

"J’annonce mon départ de la République en Marche". Paula Forteza

C’est par cette déclaration, qui n’était pas vraiment une surprise, que Paula Forteza, députée de la deuxième circonscription des Français de l’étranger, circonscription gigantesque qui regroupe l’ensemble de l’Amérique latine et les caraïbes, a annoncé qu’elle quittait la majorité présidentielle.

La députée, soutien de Cédric Villani et tête de liste dans le 19ème arrondissement de Paris pour les municipales, siègera parmi les non-inscrits. Parlant dans son communiqué de presse avec insistance d’écologie, elle pourrait à l’avenir rejoindre un groupe qui porte ces thématiques, sans donner d’indications précises à ce jour.

Une pétition lancée appelant à la démission de la députée

Ce départ de la République en marche ne risque pas de satisfaire les auteurs de la pétition lancée en décembre  qui appelle à la démission de la députée.

Cécile Lavergne, conseillère consulaire la France Insoumise en Colombie, y estimait, en compagnie des élus consulaires François Boucher (Français du Monde Ecologie et Solidarité) et Daniel Colas (Français du Monde Ecologie et Solidarité), que la campagne de Mme Forteza à Paris et ses fonctions de députée en Amérique du Sud sont incompatibles, qu’il n’est pas possible de cumuler deux positions dans des circonscriptions si éloignées tant géographiquement qu’en terme de problématiques.

« Nous avons eu un couvre-feu pendant 10 jours à Santiago avec des frictions sociales très fortes et il n’y eut aucune visite de sa part » - Laure-Hélène Filhol - Conseillère Consulaire au Chili

Les émeutes au Chili ont eu pour conséquence un couvre-feu de 10 jours

Une position partagée par Laure-Hélène Filhol, élue au Chili et qui se présentera comme indépendante lors des consulaires 2020. Cette dernière, que nous avons contacté, nous a fait part de sa surprise concernant le retrait de Mme Forteza de LREM et qu’elle attendait de voir la suite des évènements. Elle nous avait auparavant indiqué sa consternation concernant ce qu’elle estime être un manque d’investissement de la députée vis-à-vis des Français de la circonscription : « Nous avons eu un couvre-feu pendant 10 jours à Santiago avec des frictions sociales très fortes et il n’y eut aucune visite de sa part » nous a-t-elle indiqué.

Un élu consulaire LREM en Argentine indique soutenir Paula Forteza

A l’inverse, et de manière assez surprenante, Michel Menini, conseiller consulaire et conseiller national LREM a partagé la communication de Mme Forteza sur les réseaux sociaux indiquant la soutenir. Contacté, il n’a pas encore donné suite à nos demandes. Cette position du représentant de LREM en Argentine, et qui a été partagée sur la page officielle de la majorité présidentielle dans le pays, augure-t-elle d’une évolution et ce alors que les élections consulaires sont proches ?

Ailleurs sur le continent, Malika Rabia (Gauche Costa Rica), conseillère consulaire en Amérique centrale, nous a rappelé son souhait que Mme Forteza démissionne compte tenu de son nouvel ancrage parisien. Florence Poznanski, élue La France Insoumise au Brésil, et qui nous avait auparavant indiqué également son malaise vis-à-vis de ce qu’elle estime être le manque d’investissement de la députée en Amérique du Sud et l’incompatibilité de ce poste avec une candidature à Paris a, en revanche, souligné notamment sur les réseaux sociaux, son approbation de la critique faite par la députée de la façon dont la réforme des retraites est engagée, une des raisons invoquées par Paula Forteza pour justifier son départ de LREM.

A Paris enfin, un silence gêné de la majorité présidentielle, qui a déjà subit plusieurs autres départs auparavant (2 députés ont déjà été exclus), a été la seule réponse apportée.

La circonscription de Mme Forteza compte 27 pays et très peu de soutiens parmi les conseillers consulaires sortants au Président de la République.

Ce départ va-t-il fragiliser LREM et ses alliés dans leur quête de la conquête du Sénat suite certes aux municipales, notamment à Paris, mais aussi, pour les 6 Sénateurs des Français de l’étranger qui vont être renouvelés en Octobre, et aux consulaires des 16 et 17 mai prochains ? Le score de M. Villani à Paris et les conséquences quant à son avenir dans la majorité pourraient, pour l’Amérique du Sud, être un facteur important. Le XIXème arrondissement de Paris joue donc, étrangement, un rôle dans ce scrutin à l’autre bout du monde.