Ouverture de la séance plénière de l'Assemblée des Français de l'Etranger

Ouverture de la séance plénière de l'Assemblée des Français de l'Etranger

Cette semaine marque le retour de la semaine des expatriés à Paris. Annulée ce printemps pour cause de Covid-19, l'Assemblée des Français de l'Etranger se déroulera du lundi 5 octobre au vendredi 09 octobre.

Une session bouleversée par la pandémie

Les restrictions de voyages étant toujours nombreuses à travers le monde, seulement 1/3 des conseillers des Français de l'étranger seront présents (principalement d'Europe). Peur de la Covid-19, restriction lors du retour et quarantaine, sont quelqu'uns des problèmes que l'administration a rencontré pour organiser la réunion des élus. Marc Villard, le président de l'Assemblée et élu au Vietnam, sera lui même absent.

Du côté des commissions qui ponctuent la semaine, c'est aussi un "mode minimaliste" qui va s'appliquer. Alors qu'elles ont l'habitude recevoir experts et personnalités pour éclairer leurs débats, lors de cette avant-dernière session de la mandature, les annulations et les restrictions se sont imposées.

Même traitement pour les événements connexes

Au printemps comme en automne, la semaine des Français de l'étranger permet de réunir en "off" les différents acteurs de la communauté des expatriés. Les rencontres organisées par les sénateurs en sont des temps forts. Mais pas en cette année 2020 ! Les rassemblements étant interdits et le classement de Paris en "zone d'alerte maximale" empêchent le maintien des rencontres. Pour les déjeuners et dîners qui animent les sessions, la situation sera jugée au cas par cas. La limite de réunion à plus de 10 personnes peut être un obstacle.

Même la cérémonie des Prix du Rayonnement français sera à minima. Petit comité, les lauréats et le jury ainsi que le Ministre des affaires étrangères M. Le Drian seront les seuls présents autour de la fondatrice, la sénatrice Joëlle Garriaud-Maylam.

Une session en "distanciel"

Panneau d'ouverture de la 33ème session de l'AFE

Le ministère des affaires étrangères a réagit rapidement. Il a mis en place de nombreux dispositifs pour faciliter la communication et la promotion des actions des expatriés. C'est ainsi que l'Association du Grand Prix du Rayonnement Français bénéficiera d'une retransmission sur sa page Facebook. En bonus, via le réseau social, les participants pourront poser des questions aux lauréats de la cérémonie et interagir au cours du débat qui la suivra.

L'innovation du Quai d'Orsay est allée plus loin. L'administration a su répondre aux nouveaux défis. Pour limiter l'impact lié à l'absence de nombreux élus bloqués dans leurs pays de résidence, des video-conférences avec les commissions et les séances plénières ont été mises en place. Aussi, les Conseillers des Français de l'étranger pourront voter en ligne, en plus de l'habituel vote par correspondance.

Des enjeux importants pour l'avenir

Cette session est particulière sur plus d'un point. En plus des conditions sanitaires, l'assemblée des Français de l'Etranger se réunit avec des élus issus des élections de 2014. En effet, les élections consulaires ayant été annulées en 2020 et reportées en 2021, il n'y a pas eu le renouvellement attendu. C'est de ce fait que la moitié des Sénateurs des Français de l'Etranger ont vu leurs mandats prolongés d'une année.

Et pourtant, les sujets sur lesquels, les élus consulaires AFE vont devoir se prononcer sont cruciaux pour l'avenir de la communauté des expatriés. Education, fiscalité et organisation des prochaines élections seront sur le tapis.

Impôts, écoles et élections au menu

La réforme des impôts, examinée dans quelques semaines au Parlement, sera au coeur des débats. La Commission Fiscalité, par la voix de sa président, Cecilia Gondard, a déjà exprimé, dans un courrier au Premier Ministre, son opposition aux 3 propositions émises par Bercy en aout. Le député Frédéric Petit (Modem/Majorité présidentielle) évoque lui une quatrième voix avec la création de la "résidence fiscale de replis". Les élus locaux vont devoir s'accorder pour voter une résolution.

Côté Education, c'est la problématique des bourses, et de l'inclusion du patrimoine immobilier dans les critères, qui devrait, une nouvelle fois, être au centre des débats. La crise sanitaire ayant conduit à l'effondrement des revenus, les parents doivent-ils vendre leurs domiciles pour scolariser leurs enfants ?

Troisième sujet qui animera les conversations, c'est l'organisation des élections consulaires. Mehdi Benlahcen, le président du groupe de gauche, Français du Monde, Ecologie et Solidarité, compte proposer l'utilisation des enceintes consulaires et diplomatiques ainsi que certains établissement scolaires bénéficiant d'une extraterritorialité. Cette astuce permettrait de surmonter les dispositifs Covid-19 mis en place par les autorités locales. Imaginable dans les petites circonscriptions, impossible pour Londres, Bruxelles, etc où les élections peuvent réunir plusieurs milliers de Français (même avec un faible taux de participation). Les craintes sur le vote électronique, qui pourrait palier au manque de bureaux, sont toujours vives. Sécurité ? Pas seulement, le prestataire a fait faillite en juin 2020.. Qui va garantir son fonctionnement ?

C'est donc une semaine importante mais en mode dégradé qui s'amorce pour les Français de l'Etranger. Chaque jour, lesfrancais.press feront le point pour sur l'avancée des discussions.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire