L'impact de la pandémie de COVID-19 sur la pauvreté

L'impact de la pandémie de COVID-19 sur la pauvreté

Une étude de l’ONU, revient sur les conséquences de l’épidémie de coronavirus sur l’économie mondiale et sur la pauvreté. « La seule certitude, avec cette crise », écrivent les Rapporteurs (sous la coordination de Christoph Lakner), « c’est qu’elle est véritablement sans précédent dans l’histoire moderne ». 

Au mois d’octobre dernier, ces experts estimaient qu’entre 88 et 115 millions de personnes dans le monde basculeraient dans l’extrême pauvreté en 2020. Désormais, ils évaluent le nombre de nouveaux pauvres à la pandémie de COVID-19 en 2020 entre 119 et 124 millions de personnes. 

Par « nouveaux pauvres dus à la pandémie», on doit comprendre la différence entre les estimations de la pauvreté avec et sans la pandémie.

Une augmentation de la pauvreté sans précédent historique

L’augmentation prévisible de la pauvreté mondiale en 2020 est absolument sans précédent. Avant la pandémie de COVID-19, l’unique augmentation du nombre de pauvres dans le monde au cours des trois dernières décennies était consécutive à la crise financière asiatique, avec 18 millions de personnes pauvres supplémentaires en 1997 et 47 millions en 1998. Depuis 1999, le nombre d’habitants de la planète vivant dans l’extrême pauvreté a reculé de plus d’un milliard. 

En vingt ans, le nombre de pauvres a reculé de plus d’un milliard

En moyenne, 54 millions ont pu sortir de la pauvreté chaque année au cours des deux décennies précédentes. La pandémie de COVID-19 risque d’annuler en partie ces progrès.  Pour la première fois en vingt ans, la pauvreté devrait augmenter considérablement.  Cette crise a plongé dans l’extrême pauvreté entre 88 millions et 93 millions de personnes en plus en 2020. Si l’on tient compte de celles qui auraient autrement échappé à l’extrême pauvreté, mais qui en seront empêchées en raison de la pandémie (soit 31 millions en 2020), le nombre total des nouveaux pauvres de la COVID en 2020 est estimé entre 119 et 124 millions.

À partir des prévisions de croissance, en avril 2020, les experts de l’ONU estimaient que 62 millions de personnes dans le monde basculeraient dans l’extrême pauvreté (au seuil de 1,90 dollar par jour) en 2020. L’Asie du Sud et l’Afrique subsaharienne contribuant chacune à 40 % de ce chiffre. Sur la base des prévisions de janvier 2021, ils estiment maintenant qu’il y aura entre 119 et 124 millions de pauvres supplémentaires dans le monde, dont environ 60 % vivent en Asie du Sud. Une aggravation tragique, confirmée par d’autres experts et économistes internationaux.

Cette augmentation est également observable au seuil de pauvreté de 3,20 dollars. Les estimations du nombre de nouveaux pauvres dans le monde selon un seuil fixé à 3,20 dollars par jour sont passées de 175 à 228 millions. 

Si des avancées ont été réalisées dans la mise au point de vaccins, la courbe de l’augmentation de la pauvreté constatée cette dernière année ne s’inversera probablement pas en 2021.  

En 2021, ce nombre de nouveaux pauvres dans le monde devrait s’établir entre 143 et 163 millions. Ces estimations montrent que, pour des millions de personnes dans le monde, la crise ne sera pas un phénomène de courte durée.

Laisser un commentaire