Le soin corporel en prévention du soin psychique, une histoire de croyance.

Le soin corporel en prévention du soin psychique, une histoire de croyance.

L’expatrié est courageux, ambitieux. Son identité, ses repères, son système de croyance sont bousculés ; mais grâce à Dieu le processus psychique d’adaptation au nouvel environnement pourra se faire. On fait le point sur la passerelle entre le soin corporel et le soin psychique.

« Grâce à Dieu », en voilà une expression forte de sens et à la fois quel sens lui donne-t-on réellement ?

Le système de croyances touche tous les humains sur cette terre et celui qui viendra consulter un psychologue viendra se frotter à l’immatériel parce que le terme psychologue dans sa dimension étymologique évoque la notion d’âme et d’esprit.

La lexicographie appuie cette idée en expliquant la psychologie comme « une partie de la philosophie qui étudie l’âme, ses facultés, son activité. On chercherait à partir de données expérimentales à répondre aux questions que se pose l’intelligence sur les activités de l’âme et leur finalité, soit l’union de l’âme et du corps. » Ou encore : « Science qui étudie des faits psychiques particuliers  » (Référence : https://www.cnrtl.fr/definition/psychologie)

Il va de soi que l’on ne peut traiter des faits à partir d’une science qui se voudrait être une vérité adaptée et adaptable à tous. Alors de quelle science parle-t-on ?

Nous vivons une période durant laquelle nos sociétés occidentales dont nous sommes les enfants, réinstaurent une place au yoga, à la méditation, à l’Ayurveda. On parle ici de la question du corps plus précisément.

Au-delà de la médecine occidentale

La médecine occidentale utilise une seule dimension qui est la recherche de la maladie par le biais du microscope ou autres outils nécessaires. La médecine chinoise intègre une dimension supplémentaire par le biais du Qi Kong, de l’acupuncture et autres pratiques incorporant le mouvement énergétique.

La médecine ayurvédique intègre une troisième dimension qui est l’aspect spirituel. Il y a l’aspect physique avec la nourriture, l’aspect mental et l’aspect spirituel qui n’est pas religieux mais qui est un pouvoir perçu comme un haut potentiel interne à chacun qui permettrait de prévenir les maladies. La médecine comme on la connait est une médecine de savoir ou une chose serait bonne pour tous, l’ayurveda s’adapte à chaque individu.

La médecine occidentale travaille sur le symptôme alors que la médecine ayurvédique travaille sur la prévention, ce qui fait écho à la notion de la singularité à prendre en compte dans la prise en charge thérapeutique de l’individu.

La psychologie clinique et la psychanalyse préservent l’idée qu’il faut travailler autour du symptôme car ci ce dernier peut-être identique chez deux patients, il ne l’est que dans la forme mais aucunement dans le fond. L’histoire du patient lui est propre, il ne sera en aucun cas question d’une prise en charge avec les mêmes outils thérapeutiques.

l’Ayurveda observe comment l’environnement et la nature fonctionnent afin de l’appliquer à l’être humain qui fait partie intégrante de ce système. À partir de cette idée, voici une liste non exhaustive de ce que l’Ayurveda préconise au travers du corps.

Nous pouvons faire l’hypothèse que ce temps accordé et la croyance d’une pratique personnelle, tournée vers son soi, peut avoir des effets sur ses représentations psychiques et ressentis corporels en lien.

Les bénéfices d’une routine quotidienne :

– se réveiller avant le soleil (90 minutes avant serait optimal)

– boire un verre d’eau entier à la température de la pièce ou de l’eau chaude

– nettoyer son visage, sa bouche et les voies nasales avec de l’eau salée ( se référer à l’Ayurveda pour la préparation et l’utilisation de la pratique)

– nettoyer sa langue (technique ayurvédique)

– pratiquer un yoga léger ou du stretching

– pratiquer 20 minutes de méditation

– marcher ou courir durant 30 minutes 3 à 4 fois par semaine

– prendre un petit-déjeuner nutritionniste selon le type d’accord

– déjeuner avec calme et repas complet à 11h ou 14h

– prendre 30 minutes de temps après le déjeuner

– pratiquer une méditation en fin de journée avant le repas durant 20 minutes

– le dîner doit être pris entre 5h et 7h du soir, un dîner léger

– s’autoriser 2h de temps après le dîner et ce avant d’aller au lit

– le coucher doit être entre 10h et 11h du soir

– remercier

Un article de Karine Miquelis

https://seancedepsy.com/
https://seancedepsy.com/
Laisser un commentaire