Fête des pères : quand le papa fait fonction de re-père

Fête des pères : quand le papa fait fonction de re-père

La fête des pères puise son origine dans l’histoire moyenâgeuse qui se voudra religieusement symbolique… une date calendaire choisie en fonction de l’histoire d’un père adoptif, Joseph père de Jésus.

Le père cantonné à l’autorité ?

Il est intéressant d’évoquer la dimension psychanalytique avec l’écrit de Freud sur le père de la Horde. Ce père tout puissant, jouissant de tout ce qui l’entoure sans exception et seul souverain de ces jouissances interdites à ses fils. Il fut tué et mangé.. ce qui laissa place à la culpabilité et la création de règles, des organisations sociales, des restrictions morales et de la religion.

Le père c’est la loi, c’est l’ordre, c’est celui qui sépare. 
Pour les Lacaniens puisque la mère est dangereuse dans le lien à son enfant, heureusement qu’il y a la toute puissance du père pour introduire au langage.

Le père fait repère quand à ce que je suis, ce qu’est l’autre et la direction vers laquelle je peux me diriger tout en étant dans ce qui semble juste. Il évite la fusion et confusion et permet à chaque individu d’être pensé, parlé ou bien évoqué en tant qu’être à part entière. 

Le papa effacé par le père ?

La psychanalyse a traité de la fonction du père mais le papa qui est-il ? 
Est-ce un personnage à considéré hors de sa fonction séparatrice? hors de l’évocation dans son rapport à la loi? Penser la loi comme ce qui a été mentionné, les interdits fondateurs et principes inhérents à la dimension sociale… 
Cet autre, qui est-il ? 

Ce père créateur de notre organisation sociale à laissé place au « papa », à savoir cet être humain détaché de tout fantasme divin qui aujourd’hui aurait la possibilité d’être ce qu’il est en plus de ce qu’il représente. 
Pendant longtemps il n’a pas eu d’autre place que celui qui ne pouvait s’inscrire dans le maternage… bingo il est bien dans le paternage, dans une fonction tout aussi nommée que son pendant dit maternel (réf l’article « Bonne fête Mère ou bonne fête Maman ? ». 
La fonction est donc là où on l’incarne. 

Père expatrié

Ce parent expatrié, père et papa dans ses interactions avec l’enfant est aussi celui qui mène la danse dans l’idée commune. Amenant sa horde avec lui, il peut-être aussi celui qui suit et qui devra être dans le paternage. 
Si le père dans sa représentation symbolise la loi, le papa en revanche se bat avec la loi pour par exemple étendre son droit parental. Quelque chose sur le plan originel semble s’être détaché afin de choir. Est-ce cela qui lui permettrait d’être l’égal ou légal de la maman? 
Il serait indéniablement reconnu à la place sociale où il semble qu’on l’attend, voir tout simplement la place sociale à laquelle il a envi de s’inscrire ! 
Alors courage à ces hommes qui verront peut être un jour leur fonction paternante reconnue au-delà de celle du Père.

https://seancedepsy.com/
https://seancedepsy.com/
Laisser un commentaire