Le 2e round des élections consulaires à Montréal

Le 2e round des élections consulaires à Montréal

Les résultats des élections consulaires de la IVe circonscription du Canada des Français de l’étranger de 2021 ayant été annulés, les candidats doivent retourner en campagne et les électeurs à l’urne le 22 octobre. 

Suite à l’annulation des élections consulaires de 2021 par le Conseil d’État, les Français de la IVe circonscription consulaire du Canada, comprenant Montréal, Halifax et Moncton, devront retourner dans l’isoloir le 22 octobre. Les Français sur place ont jusqu’au 16 septembre pour s’inscrire sur les listes électorales auprès du consulat.

Rappelez-vous, suite aux résultats, le groupe de la majorité présidentielle a porté l’affaire devant le Conseil d’Etat pour les dérives observées durant l’élection sur cette région. Effectivement, au moment de mettre leur bulletin dans l’enveloppe, les électeurs avaient entre leurs mains des listes dont le soutien de certains politiciens avait été usurpé. Logiquement, la décision de l’instance publique qui assure un rôle de « juge administratif suprême » a été suivie par les demandeurs. Les juges ont retenu que ces affirmations fallacieuses avaient faussé les résultats de l’élection des sept conseillers consulaires, élus à la proportionnelle. 

Le vote en ligne, le point qui rassemble l’ensemble des candidats

Le résultat ayant été invalidé le 23 juin dernier, les nouvelles élections doivent se tenir exactement quatre mois plus tard, ce qui nous amène à la date du 22 octobre. Les candidats et les listes sont donc repartis en campagne sur cette courte période afin de pousser un maximum de Français à aller voter. D’autant plus, que cette fois-ci, le vote en ligne ne sera pas proposé. Un point regretté par l’ensemble des candidats interrogés. 

Effectivement, pour les trois listes principales que nous avons rencontrées – à savoir celle de la majorité présidentielle et les deux de la gauche, tandis que le candidat du parti Les Républicains n’a pas répondu à nos appels – l’absence du vote en ligne aura de lourdes conséquences. 

Cette modalité de vote est mise en place suite à la réponse d’un appel d’offres publié par l’administration consulaire. Émis en amont des élections de 2021, ledit contrat ne prévoyait pas la possible annulation des élections et donc un retour nécessaire du vote en ligne un an plus tard. Il aurait donc fallu reprendre le processus depuis le début pour y avoir accès le 22 octobre. Or, les quatre mois de carence entre la décision du Conseil d’État et l’élection ne sont pas suffisants pour le faire. « En marche ! Majorité présidentielle », le « Rassemblement citoyen, social, écologique et solidaire » et l’« Union pour l’écologie et la solidarité » souhaitent donc que ce facteur soit pris en compte à l’avenir. 

Pour le « Rassemblement citoyen, social, écologique et solidaire », cette histoire entache particulièrement l’image des Français hors de France. De son côté, l’« Union pour l’écologie et la solidarité » se place en faveur d’une refonte de la loi qui sécurise les postes des élus. Elle voudrait également qu’une commission électorale visant à protéger les élections de la propagande, soit créée. 

LREM
Discussion lors de la campagne LREM, guidée par Florent Pigeyre, en compagnie de la sénatrice Samantha Cazebonne

Le programme LREM dans la continuité de la politique présidentielle

Le programme du groupe de la majorité présidentielle « En Marche ! Majorité présidentielle », mené par Florent Pigeyre, s’inscrit dans la continuité des ambitions d’Olivier Becht, le ministre des Français de l’étranger

De fait, la digitalisation de l’administration consulaire et la facilitation de la mise en place de France consulaire en-dehors de l’Union européenne, seront leurs deux objectifs de mandat. Si les démarches pour obtenir un certificat de vie sont déjà matérialisées dans la circonscription, Florent Pigeyre souhaite que le processus soit valable pour les visas. De plus, il constate une réussite de l’expérimentation de France consulaire dans sa région. Effectivement, le service d’informations n’existe qu’au sein de l’UE, mais est en essai dans certaines régions du monde, comme le Canada. 

Florent Pigeyre soutenu par la sénatrice LREM Samantha Cazebonne

Toujours vis-à-vis de l’administration consulaire, le chef de file souhaite que les effectifs de personnels soient revus à la hausse. A ses yeux, la digitalisation n’est pas suffisante, « il faut également que les citoyens puissent avoir un interlocuteur physique ». De cette manière, il aspire à créer une offre double importante. 

Par ailleurs, il apparaît essentiel au chef de fil que les élus locaux des Français de l’étranger soient davantage entendus par les parlementaires. Qu’un dialogue véritable s’installe entre Paris et l’étranger, car « nous sommes souvent oubliés lorsqu’on vit hors de France. » 

Cependant, Florent Pigeyre, macroniste depuis 2019, assure que « faire partie de la majorité présidentielle est un atout » car ils ont des liens directs avec le gouvernement et peuvent donc « résoudre les problèmes plus rapidement ». 

L’Union pour l’écologie et la solidarité, la gauche politisée

L’Union pour l’écologie et la solidarité (UPES), c’est un peu la NUPES sans le « N », sans le Parti socialiste (PS). Effectivement, cette liste d’union réunit les grands partis de la gauche comme Europe Ecologie – Les Verts (EELV), La France insoumise (LFI) mais aussi des groupes locaux tels que Mouvement Génération.s, Nouvelle donne, Place publique, la Gauche républicaine et socialiste, et des indépendants. « Une démarche collective » dont Ramzi Sfeir, vice-président de l’Assemblée des Français de l’étranger, en est « le garant ». 

Tout l’été des pics de chaleur ont été observés à travers le monde. Le 1er juillet, le record de 49,6° au Canada faisait la Une de Libération. Une température accablante et terrifiante qui a provoqué la mort de plusieurs centaines de personnes dans le pays. Face à l’urgence climatique, l’UPES compte mettre l’accent sur le climat. 

Du point de vue de la « solidarité », le groupe d’union politique vise à rendre les services publics davantage accessibles aux citoyens et « dignes pour tout le monde ». Cela implique donc aux yeux du meneur, de réinvestir dans les services consulaires et surtout en termes de personnes afin de garder un lien avec les Français. Par ailleurs, il reste également favorable à la dématérialisation du système qui permet un service rapide pour ceux qui en ont besoin. 

Ramzi Sfeir, « le garant de la démarche collective » qu’est l’Union pour l’écologie et la solidarité (UPES)

Sur le plan des aides sociales, l’élu aimerait voir les aides allouées aux Français dans le besoin être augmentées. Il pense notamment à un fond d’urgence ou à l’accroissement des bourses scolaires pour les élèves des établissements français à l’étranger. Une pensée évoquée par la sénatrice EELV des Français de l’étranger, Mélanie Vogel, lors d’un débat politique organisé par Lesfrancais.press et StereoChic

Soutenue et suivie par la parlementaire, par le sénateur socialiste Jean-Yves Leconte et les partis politiques représentés, l’UPES aspire à ce qu’une discussion soit véritablement établie entre les élus locaux et le Parlement. Comme le confie Ramzi Sfeir, « nous sommes souvent l’angle mort de la politique française et les lois votées ne sont pas forcément applicables pour nous ». Il s’engage donc à rappeler aux politiciens que les Français ce sont aussi les Français de l’étranger.

Le Rassemblement citoyen, social, écologique et solidaire, la liste apolitique 

Le Rassemblement citoyen, social, écologique et solidaire est 100% apolitique, bien qu’il accueille des partis comme le PS. Si ce dernier n’a pas rejoint l’UPES « ce n’est pas du tout pour un quelconque conflit entre nous » confie Elsa Duport, numéro huit sur la liste citoyenne et socialiste depuis quatorze ans. Non, les membres du parti de la rose ont simplement décidé de continuer avec le même groupe qu’en 2021. De plus, le Rassemblement citoyen, social, écologique et solidaire étant soutenu par les sénateurs socialistes Hélène Conway-Mouret, Yan Chantrel et Jean-Yves Leconte (supporter de l’UPES principalement mais non en désaccord avec celle-ci), cette décision était d’autant plus légitime

Selon Gwenaëlle Olivié, la cheffe de file et présidente du Conseil consulaire au Canada, « rien n’a changé depuis un an » en ce qui concerne le programme et les objectifs du groupe. Le but étant toujours de porter des valeurs et des projets « citoyens, sociaux, écologiques et solidaires » comme l’indique leur nom.

Événement d’échanges organisé par le Rassemblement citoyen, social, écologique et solidaire à l’occasion de la visite de Mohamed Ghoul à Montréal

Au même titre que leurs concurrents, le renforcement de l’appareil administratif figure en tête de liste des objectifs. « Il faut remettre des gens au sein des consulats », affirme l’élue. 

Vient ensuite la revalorisation des projets écologiques portés dans la circonscription. Les membres du Rassemblement citoyen voudraient promouvoir des labels verts dans les consulats, les administrations ou les associations, afin de favoriser la transition écologique, quelque peu oubliée durant la période de Covid, estime Gwenaëlle Olivié. 

Le pouvoir d’achat des Français à l’étranger est leur troisième cheval de bataille. Touchés par l’inflation galopante observée à travers le monde et la chute constante de l’euro, les citoyens établis hors de l’hexagone rencontrent de plus en plus de difficultés financières. Ainsi, les candidats voudraient permettre un accès aux soins facile et peu coûteux pour tous, avec la possibilité de détenir une carte vitale pour les retraités par exemple, ou la promulgation d’une assurance sociale pour les étudiants émigrés au Canada. Dans le même ordre d’idées, la refonte du système des bourses scolaires pour les élèves inscrits dans les écoles françaises est également en discussion. Aussi, la présidente du Conseil consulaire appuie pour la suppression de la CSG et de la CRDS, deux impôts créés pour financer la sécurité sociale en France, comme c’est déjà le cas pour les Français de l’Union européenne. 

Gwenaëlle Olivié, tête de liste du Rassemblement citoyen

De plus, le Rassemblement citoyen aimerait que les résidents français puissent participer aux débats consulaires. L’idée serait, par exemple, de tirer au sort deux citoyens inscrits sur le registre des Français de l’étranger de la circonscription, avant chaque conseil consulaire afin qu’ils puissent faire entendre leur voix. Une forme de démocratie participative in fine.

Enfin, la cheffe de liste insiste sur le fait qu’il est primordial de penser aux Français installés dans les provinces atlantiques du Canada. Souvent isolés, ils sont plus exposés aux difficultés que leurs concitoyens habitant dans les grandes villes canadiennes. « Ils font une sorte d’expatriation dans l’expatriation » explique-t-elle. « Heureusement, nous avons la chance d’avoir Fanny Ratisseau parmi nous qui fait le lien justement entre les provinces atlantiques et nous ». 

Si de nombreux points sont similaires à ceux de l’UPES, le Rassemblement citoyen a souhaité faire cavalier seul afin de proposer « une alternative apolitique aux électeurs et qui promeut la proximité ». Une liste complémentaire en définitive. Cependant, Gwenaëlle Olivié comme Elsa Duport entendent bien travailler avec les membres de l’UPES à l’avenir, au sein du Conseil consulaire. 

Les huit listes proposées pour les élections consulaires partielles

L’Union pour l’écologie et la solidarité (UPES)
Avec LFI et EELV
Ramzi Sfeir
Lucie Imbeau
Thibault Froehlich
Nathalie Da Silva Pedro
Marc Pajou
Laurence Dechassey
Barthélémy Lordon
Marion Farandeau
Nathan Dratler
Severine Fantauzzo
François Pays
Irène Svoronos
Rassemblement citoyen, social, écologique et solidaireGwenaëlle Olivié
Anthony Lopez
Fanny Ratisseau
Higino Monteiro
Véronique Millet
Yves Alavo
Florence Reveilles
Mohamed Ghoul
Elsa Duport
Valentin Alfano
Audrey Leboeuf
Raphaël Larrouturou
Malo Olivié
Ecologie, urgence climatique et solidarité socialeVirginie Beaudet
Florian Euzen
Patricia Tulasne
Rémi Mantion
Lauriane Laforge
André Babkine
Pascale Boutry
Kaloyan Gueorguiev
Morgane Dinse
André Lachoix
Patricia Quinio
Michel Levrero
Edith L’Homme
Denis Boutry
Cécile Le Floc’h
Robert Noinain
En Marche ! La majorité présidentielle
(liste officielle LREM)
Florent Pigeyre
Sophie Chainel
Arnaud Mangematin
Virginie Hoarau-Devasle
Franck Gerbelot Barillon
Nolwenn Pelven
Frederic Bove
Marie-Pascale Pomey
Jordy Belance
Aude Florin
Rolland Delorme
Joëlle Sandt
Frédérick Dufour
Jeanne-Lise Devaux Pelier
Léopold Lehmann
Marie-Elisabeth Robino
Ensemble avec la majorité présidentielleLaurent Gonin
Maud Thiéry
Axel Demba
Delphine Velasco
Yannis Calt
Adeline Boutelou
Yan Loon Lam
Charlotte Braley
Rémy Maillot
Roxane Yazdi
Richard Tan
Justine Boutelou
Jérémy Peyratout
Anne Vialle-Jammet
Aurélien Tan
Jessica Kwan Teau
Union Française des IndépendantsAlaric Bourgoin
Marie-Aline Vadius
Yan Niesing
Sylvaine Bellec
Léo Trespeuch
Anne-Caroline Lancien
Guillaume Falardeau
Maïlys Haurie
Sébastien Reyt
Bérangère Duhen
Alban Mitsyngou Maniangou
Maëlle Descles
Pierre Danten
Lucie Loc’h
Romain Mallet
Eugénie Passet
La droite unieFrançois Lubrina
Andrée Théberge
François-Jean Pichard du Page
Nicole Maille
Anthony Casera
Monique Boiché
Jean-Louis Brunier
Françoise Gillot
Marcel Cronengerger
Marie Hours
Thierry Debeur
Jacqueline Orquin
Mohamed Mahjoubi
Héloïsa Leite Carvalho
Maxence Tourèche
Marie-Christine Laplace
Liste d’union pour la défense et la protection des libertés
Équipe Reconquête !
Anne de Boyer d’Eguilles
Dominique Morot
Valérie Gaumain
Jean Ruby
Marie-France Coquet
Didier Pfad
Mireille Dillenschneider
Baptiste Balanger
Sandrine Prudent
Christian Le Corre
Isabelle Mazurier
Mathias Theau
Anne Vuillemard
Jean-Pierre Mercier

Auteur

Laisser un commentaire