La Croatie prête à rejoindre la zone euro

La Croatie prête à rejoindre la zone euro

Le 1er janvier 2023, la Croatie entrera officiellement dans la zone euro de l’Union européenne. Le passage à la monnaie unique va apporter plusieurs changements dans la vie des Croates et des Français installés sur place. 

Le 1er juin dernier, la Commission européenne et la Banque centrale européenne ont acté que la Croatie était “prête à adopter l’euro”, selon leur rapport de “convergence”. Une approbation qui va entraîner la disparition de la Kuna, la monnaie nationale, au profit de la mise en circulation de la monnaie unique. Ainsi, à partir de l’automne, les prix seront affichés dans les deux devises. Sur les étiquettes, les habitants pourront y lire un taux de change de 7,5345 kuna pour 1€. 

Croatie, zone euro
Le ministre croate des Finances, Zdravko Maric, et la présidente de la BCE, Christine Lagarde ©AFP

Un processus long

Vingt ans après avoir déposé sa candidature pour rejoindre l’Union européenne, et dix ans après en être devenu membre, le pays des Balkans devient la vingtième nation de la zone euro. A l’instar de chaque pays de l’UE, au moment de son adhésion, la Croatie s’est engagée à adopter à terme la monnaie unique. Mais pour cela, elle doit remplir certains critères économiques tels qu’une économie résiliente.

Finalement, Zbynek Stanjura, le ministre tchèque des Finances dont le gouvernement a pris la présidence de l’UE le 1er juillet dernier, a assuré que « la Croatie a rempli avec succès tous les critères économiques requis et payera en euros à partir du 1er janvier 2023″. Après avoir tenu « à féliciter [son] homologue, Zdravko Maric, et la Croatie toute entière ».

Un évènement « historique »

Dans une interview accordée à Euractiv, le ministre croate a assuré qu’intégrer la zone euro était « l’un des objectifs stratégiques » du gouvernement au début de son mandat en 2016. A ses yeux, il s’agit d’un moment « historique » pour la Croatie.

Croatie
Tea Pestotnik Prebeg, élue consulaire en Croatie

Même son de cloche du côté des représentants français sur place. Effectivement, pour Tea Pestotnik Prebeg, élue consulaire des Français en Croatie, « c’est un moment stratégique pour la Croatie, pour toutes nos banques, pour les touristes et les habitants”.

De son côte, Lucijana Leoni qui est consul honoraire de la France à Dubrovnik, assure qu’« il sera maintenant plus facile de voyager dans le pays pour les Européens. Et puis la vie des Français installés sur place va également être simplifié au niveau des échanges bancaires ».

L’ambassade française en Croatie

Un changement pour les Français de Croatie

Frédéric Petit, député des Français de la VIIème circonscription

« Être un Français vivant dans l’Union européenne mais dont le pays de résidence n’appartient pas à la zone euro peut parfois apporter son lot de complications », nous a déclaré Frédéric Petit, député des Français de la VIIème circonscription. Résidant lui-même en Pologne, dont la monnaie locale est le Złoty, il connait bien cette problématique. Effectivement, bien que ce ne soit pas obligatoire, les expatriés doivent généralement ouvrir un compte bancaire dans leur pays de résidence afin de ne pas être gênés, par exemple, par les frais de change onéreux.

Or, à partir de janvier 2023, les quelques mille Français de Croatie, n’auront plus besoin de se poser la question. Ils pourront au choix ouvrir un compte sur place ou bien garder le leur en France. Un avantage pour les personnes désirant s’installer pour une courte durée notamment. De fait, si la communauté française du pays méditerranéen est de moitié composée de retraités installés sur la côte, les grandes villes accueillent de nombreux travailleurs et étudiants. Une population jeune et hétéroclite attirée par le pays, et les filiales des grandes entreprises françaises établies à Zagreb, la capitale.

Auteur

Laisser un commentaire