Français isolés en Australie, les expats de plus en plus inquiets

Français isolés en Australie, les expats de plus en plus inquiets

Ils sont des milliers à avoir choisi l’Australie pour s’installer et y vivre seul ou en famille. 4ème pays au monde concernant la qualité de vie, nombreuses plages, climat favorable, les raisons qui poussent les expats à s’installer sur l’île sont diverses et variées. Cependant, comme tous, le pays subit la crise sanitaire mondiale. Depuis mars 2020, le pays a totalement fermé ses frontières et ce sont des milliers de Français qui n’ont pas pu voir leurs proches. La situation devient difficile pour certains et pour ces Français isolés en Australie, le moral n’est plus au beau fixe. On fait le point sur la situation des expats en Australie. 

Une politique stricte face au Covid-19

C’est l’un des pays qui a la politique la plus stricte en réponse à la pandémie mondiale. En effet, en mars 2020, le Premier ministre Scott Morrison annonce une fermeture immédiate des frontières internationales, une première pour le pays. L’île-continent choisit ainsi de s’isoler du monde pour endiguer la propagation du virus. Peu de temps après, les états ferment à leur tour leurs frontières dès l’apparition d’un nouveau cluster. Melbourne se retrouve sous cloche, avec l’un des confinements les plus longs du monde : 111 jours au total.

Unsplash : Yasmina H.

Les Australiens sont les bons élèves de cette crise mondiale. Au 21 juillet 2021, on enregistre 918 décès dans le pays aux 30 millions d’habitants. En France, à la même date, on compte plus de 110.000 décès depuis le début de la crise. 

La crise ne semble même pas avoir existé. Le port du masque n’était même pas obligatoire dans le Western Australia se rappellent certains. Les expats se réjouissaient alors d’avoir une vie presque « normale », comme nous l’expliquait Milena en mars dernier. Bien qu’elle soit venue initialement pour un an, elle avait choisi de rester une année de plus pour profiter du pays. 

De nouveaux confinements à travers le pays 

Ces dernières semaines, alors que le pays semblait revivre, le variant Delta a fait son apparition dans le paysage australien. Les villes ferment à nouveau leurs portes. Au 20 juillet, c’est presque un Australien sur deux qui se retrouvent confiné. Sydney, Melbourne, Adélaïde, Brisbane, les confinements s’enchaînent, pour de courtes périodes, mais laissant planer le doute quant à la suite des événements. 

Le pays, qui applique une politique « zéro Covid », fait ainsi face à une flambée des cas. Cette politique, selon laquelle il faut exercer des confinements radicaux et massifs dès les premières apparitions de nouveaux cas, est très contraignante. Singapour, qui avait également choisi ce modèle face à la crise, est en train de changer son fusil d’épaule. 

L’Australie, quant à elle, ne semble pas vouloir modifier sa stratégie. Mais alors que le pays semble en retard sur la vaccination face à ses homologues (au 16 juillet, seulement 13,2% des Australiens ont reçu leurs deux doses), certains Français isolés en Australie ne semblent pas voir le bout du tunnel.

 

Unsplash : Diana Polekhina

Un isolement grandissant 

Pour les expats installés en Australie, la fermeture des frontières est de plus en plus pesante. Alors qu’ils se sentaient privilégiés au début, certains craquent. 

« Le manque de la famille et la culpabilité de ne pas pouvoir rentrer commencent à se faire sentir. Si bien que j’hésite à rentrer alors que j’ai tout ici : un très bon travail, un partenaire australien, une maison, un chien, etc. Beaucoup de questions se posent dans ma tête depuis quelque temps ».

Emeline, en Australie depuis 2 ans.

En effet, arrivée fin 2019, ses compagnons de voyage sont rentrés en France alors qu’elle a choisi de rester. Elle est désormais installée avec son copain australien, mais repousse malgré tout sa demande de partner visa.

« Je suis très heureuse avec ma situation ici, mais je ne sais pas si je peux tenir 1 an de plus sans voir ma famille. J’ai très peur qu’il arrive quelque chose et que je ne sois pas là. Du coup, c’est un peu au jour le jour. Forcément, c’est compliqué avec mon chéri, car même s’il me comprend, c’est dur pour lui de se dire que je peux disparaître du jour au lendemain. »

Emeline n’est pas la seule dans ce cas, Aline (le prénom a été modifié) est fatiguée de cette situation : « Je suis en contrat de travail sponsorisé avec ma famille. Je suis bloquée ici depuis plus de 2 ans. J’ai perdu un parent il y a bientôt 6 mois et je n’ai pas pu me rendre en France. Là, je supporte un nouveau lockdow en pleines vacances scolaires… Youpi la Covid à Sydney ! » 

Unsplash : Engin Akyurt

Fiona, qui a aujourd’hui la double nationalité, est aussi partagée.

« Je ne sais pas si je pourrai attendre jusqu’à fin 2022, cela commence à faire très long. J’ai l’habitude de rentrer tous les ans voir ma famille. Dans mon entourage, certaines personnes sont rentrées en France. Ce n’est pas seulement une envie, c’est un besoin pour certains de revoir leurs proches.»

Fiona, Aline et Emeline ne sont sans doute pas les seules dans ce cas. D’autres Français isolés en Australie depuis des mois sont dans l’attente de revoir leurs proches. Cependant, les dernières annonces du gouvernement ne laissent pas présager d’ouvertures de frontières de sitôt. Les prochains mois vont être décisifs pour certains. Rester en Australie ou rentrer en France, un choix cornélien qui s’ajoute aux nombreuses contraintes liées à la crise sanitaire mondiale. 

Laisser un commentaire