Fermeture des frontières entre la France et le Royaume-Uni, quel est l’avis de certains élus ?

Fermeture des frontières entre la France et le Royaume-Uni, quel est l’avis de certains élus ?

Depuis le 18 décembre 2021, pour se déplacer entre la France et le Royaume-Uni, il faut disposer d’un motif impérieux que l’on soit vacciné ou non. Le 6 janvier 2022, la liste des motifs impérieux a été élargie. Il est notamment possible de voyager entre la France et le Royaume-Uni, dans les deux sens, pour des raisons liées à la poursuite d’une activité économique requérant une présence sur place ne pouvant être différée, et sur présentation d’un justificatif de l’employeur.

Depuis quelques jours des rumeurs courent sur la suppression des restrictions concernant les déplacements entre la France et le Royaume-Uni. Nous avons interrogé un sénateur français suite à son post sur Facebook, et des expatriés afin de connaître leurs réactions.

Les problèmes vécus par les professionnels de la montagne

Cyril Pellevat, sénateur de la Haute-Savoie et conseiller régional d’Auvergne-Rhône-Alpes et président du groupe « Montagne » au Sénat, a été interpellé par les problèmes survenus dans les stations de skis à cause des décisions gouvernementales.

« Lorsque la décision a été prise au mois de décembre de fermer la frontière avec le Royaume-Uni, j’ai tout de suite été saisi par différents élus et collectivités. Ils m’ont alerté sur l’impact financier que cela produirait sur l’écosystème économique, sur les hôteliers et restaurateurs mais aussi sur les collectivités. »

Cyril Pellevat, sénateur de la Haute-Savoie et conseiller régional d’Auvergne-Rhône-Alpe et président du groupe « Montagne » au Sénat
Cyril Pellevat

Depuis le lancement de l’alerte, le sénateur a fait remonter les préoccupations au gouvernement et une réunion entre le ministre chargé des petites et moyennes entreprises, délégué au tourisme, et aussi secrétaire d’Etat aux expatriés, Jean-Baptiste Lemoyne, et les professionnels de la montagne, a notamment été organisée. Le sujet des nombreuses annulations de réservations constatées dans certains villages en Savoie et Haute-Savoie, a été largement évoqué.

Le sénateur Cyril Pellevat ajoute qu’il était dans la station des Gets. Actuellement, les hôteliers sont en lien direct avec des Britanniques qui attendent et qui repoussent systématiquement leurs réservations et leurs billets d’avion. Car d’après les professionnels, les Britanniques ont la volonté de venir faire du ski. Pour cela, ils sont prêts à décaler leurs vacances de semaine en semaine en attendant les annonces gouvernementales.

“Les relations entre la France et le Royaume-Uni sont tendues”

Toujours selon le sénateur, “nous sommes en train de vivre l’après-Brexit et le départ de l’Union européenne avec les diverses problématiques que nous pouvons avoir. Et nous le découvrons au jour le jour. Pour l’instant nous avons une situation qui semble bloquée notamment sur les pêcheurs. Il y a d’autres points et je suis confiant sur le fait que nous trouverons des solutions. Le Royaume-Uni est quand même un allié et un partenaire de longue date. Il y a aujourd’hui des points de désaccords, ce qui est normal quand nous sommes sur ce genre de processus et des points de négociations. Je suis relativement confiant. »

“Le gouvernement est sensible aux intérêts des Français à l’étranger.”

Dans l’intégralité des débats que nous pouvons avoir de part et d’autre entre les Britanniques installés en France et des Français installés au Royaume-Uni, c’est une volonté de la part de chaque gouvernement de protéger cette population qui est installée. Étant vice-président aux Affaires européennes à la Commission au Sénat, bien évidemment nous prenons en compte nos ressortissants de chaque côté.

Cyril Pellevat

Un désir de voir les restrictions disparaitre

Alexandre Holroyd [Photo via MaxPPP]

Installé à Londres depuis vingt-six ans, le député de La République En Marche, Alexandre Holroyd, représentant de la communauté française établie au nord de l’Europe (Royaume-Uni, Irlande, Scandinavie, Finlande et Pays baltes), souhaite que les restrictions entre le Royaume-Uni et la France soient abrogées pour que les Français et les Britanniques puissent circuler en toute liberté.

“J’ai écrit au Premier ministre et aux différents ministres concernés.”

Alexandre Holroyd, représentant de la communauté française établie au nord de l’Europe

Qu’en pensent les expatriés ?

Guillaume, habitant de Londres depuis le mois de septembre, trouve la situation « aberrante ». D’après lui, les décisions liées à la Covid-19 ont pris une dimension politique, bien plus que sanitaire.

« On le remarque particulièrement entre la France et le Royaume-Uni que les décisions sont accentuées par le Brexit, et malheureusement ce sont les expatriés qui en payent le prix. Je trouve cela révoltant pour être honnête. Cela fait un mois que les frontières sont fermées dans le sens Royaume-Uni – France, alors que la situation a bien plus dégénéré en France avec Omicron ».

Guillaume, Français de Londres

Pour Olivier, “ces mesures n’ont plus aucun sens sanitaire et le gouvernement français se doit de les lever dès que possible. Les déplacements familiaux ne sont pas des voyages touristiques, et même les voyages purement touristiques devraient être autorisés dès maintenant étant donné que la situation sanitaire est bien mieux maîtrisée au Royaume-Uni. Sans parler des obligations de tests qui devraient aussi être levées pour les vaccinés immédiatement, comme la France vient de le faire pour les voyageurs venant d’Afrique du Sud.”

Beaucoup de Britanniques souhaitent pouvoir voyager en France, et nous espérons que ce sera bientôt le cas. Le porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal, a d’ailleurs déclaré un assouplissement des restrictions de voyage entre les deux pays, d’ici à la fin de la semaine.

Auteur

  • Alexander Seale est franco-britannique. Né et habitant au Royaume-Uni, il est correspondant pour lesfrancais.press, LCI (France) et LN24 (Belgique) à Londres.

Laisser un commentaire