Consulaires 2020 : le statut de l’élu évolue. Inscrivez-vous pour pouvoir voter!

Consulaires 2020 : le statut de l’élu évolue. Inscrivez-vous pour pouvoir voter!

décembre 2, 2019 0 Par Francois Lestanguet

Les élections consulaires auront lieu les 16 (zone Amérique et Caraïbes) et 17 mai prochains. Ce scrutin, au suffrage universel et divisé entre circonscriptions, à un tour, vise à renouveler les 442 conseillers et délégués consulaires.

Les conseillers consulaires, qui seront alors rebaptisés conseiller des Français de l’étranger, sont élus pour 6 ans. Ils ont trois missions : représenter les Français établis hors de France auprès des Ambassades et Consulats, être consultés sur toutes questions concernant les Français de l’étranger et participer à l’élection des Sénateurs des Français de l’étranger. Ils votent les bourses, participent à la vie des lycées français, animent des permanences consulaires…. Les délégués consulaires sont également grands électeurs pour les sénatoriales.

Des élus de terrains

S’il fallait comparer les élus consulaires avec des élus en France, ce serait sans doute une comparaison avec les conseillers municipaux. Elus de terrains, résidant dans le territoire qu’ils représentent, ils connaissent en particulier les problématiques de ces territoires comme nous l’ont montré récemment lors de rencontres les élus de Belgique , d’Allemagne , du Royaume-Uni.

La participation à ce scrutin est faible, moins de 20% dans la plupart des circonscriptions lors de la précédente élection de 2014. L’introduction du vote électronique changera-t-elle les choses ?

Un profond renouvellement en perspective ?

Depuis les dernières élections consulaires, la vie politique française a été complètement bouleversée. Par ailleurs, les élections consulaires partielles, comme à Shanghai, ont montrées l’émergence de listes associatives purement locales. De quoi chambouler l’AFE et par ricochet la représentation des Sénateurs établis hors de France ?

Une évolution du statut de l’élu

Le 26 novembre l’Assemblée Nationale a adopté le projet de loi “relatif à l’engagement dans la vie locale et la proximité des élus”. Celui-ci concerne aussi les élus des Français hors de France. Comme indiqué, les Conseillers consulaires deviennent des “conseillers des Français de l’étranger”. Comme l’indique la député Anne Genetet, “ce changement de nom évitera toute ambiguïté. Nous parlons bien ici d’élus locaux et non de personnes employées par le consulat“. Ils devront aussi respecter la Charte de l’élu local. Celle-ci, qui donne des obligations de probité, offre aussi certaines garanties aux élus concernant des crédits d’heures, un droit à la formation …Ce droit à la formation pourra, pour les élus consulaires, être fait à distance. Par ailleurs, et c’était une demande récurrente, ils pourront présider le conseil consulaire.Ce rôle est actuellement réalisé par le Consul. Concernant les moyens pour exercer leur mission, plusieurs députés des Français de l’étranger ont demandé à ce qu’ils aient accès aux salles des Consulats pour recevoir les citoyens Français et organiser des réunions. Ils demandent une action de l’exécutif en ce sens. Le texte modifié ainsi par l’Assemblée Nationale a été transmis au Sénat le 28 novembre pour examen.

Les Français de l’étranger doivent s’inscrire pour pouvoir voter !

Le droit de participer à ce scrutin n’est pas automatique. Il faut être enregistré à son consulat local pour pouvoir voter ! Et ce au maximum 6 semaines avant le scrutin. Il est dès lors impossible de participer par ailleurs à un scrutin en France ! Si vous atteignez l’âge de 18 ans avant le jour du scrutin vous serez inscrit d’office sur la liste électorale de votre lieu de résidence sous réserve que vous soyez déjà inscrit au Registre des Français établis hors de France.

Dans le cadre d’une élection à deux tours et si vous atteignez votre majorité après le 1er tour, vous pourrez voter au second tour.

Les Français de l’étranger sont trop souvent considérés comme des citoyens de seconde zone. Une forte participation prouverait leur attachement à la France.

Publicités