USA : veille de match et pronostics.

USA : veille de match et pronostics.

85 millions d’Américains ont déjà voté, soit 62% du nombre d’électeurs de 2016. On attend logiquement un record de participation. 

Aux Etats-Unis, en s’inscrivant sur les listes électorales,  les électeurs, pour près de 90% d’entre eux, s’affilient aussi à un parti. Cela leur permet de voter aux élections primaires. On peut donc comptabiliser le nombre d’électeurs républicains et démocrates qui ont déjà voté : soit 41 Millions de Démocrates (48%) ; 35.5 millions de Républicains (42%), 8.7 millions d’indépendants (10%). Attention : il y a des Démocrates qui votent pour des candidats républicains et inversement.

Il y a quatre ans, les proportions étaient les mêmes ; mais les chiffres beaucoup  plus faibles : 21 millions de démocrates (48%) ; 18.7 millions  de Républicains (42%) et 4 millions d’indépendants (9%).

Une participation record

Dans les sondages, Joe Biden reste largement favori, ce qui est le cas depuis sa nomination. Selon la moyenne issue des différents instituts, son avance resterait à près de 7/8%, soit bien plus que l’avance donnée à Hillary Clinton, qui était de 2.5% sur l’ensemble du territoire. Chacun sait que Donald Trump ne l’avait emporté que par le nombre de grands électeurs qu’attribue chaque Etat. Sa stratégie, aujourd’hui, n’a pas changé. 

Beaucoup se demandent s’il peut refaire le coup de 2016. Si l’on ne se fie qu’aux sondages, non. Si l’on considère que les sondages peuvent encore se tromper comme ils l’ont fait régulièrement, alors, il suffit que Trump l’emporte dans quelques Etats clés, notamment la Pennsylvanie, la Floride, l’Ohio ou le Michigan.

Les Etats considérés comme acquis

36 Etats sont considérés comme acquis d’avance pour l’un ou l’autre candidat. Pour Joe Biden: Hawaï, Californie, Washington, Oregon, Nouveau-Mexique, Illinois, Maryland, New Jersey, New York, Maine, Vermont, Massachusetts, Rhode Island, District of Columbia auxquels s’ajoutent Delaware, Connecticut, Colorado, Virginie, New Hampshire, soit 214 à 216 grands électeurs.

Trump devrait pouvoir compter sur l’Alaska, l’Alabama, le Dakota du sud, l’Idaho, le Dakota du nord, le Tennessee, le Kentucky, le Nebraska, l’Oklahoma, le Wyoming, let la Virginie occidentale. Soit 126 grands électeurs[1].

Il en faut 270 pour l’emporter. Apparemment, Biden a l’avantage. Mais il reste plus de 200 électeurs répartis entre quatorze états : Arizona, Colorado, Wisconsin, Minnesota, Caroline du nord, Floride, Géorgie, Pennsylvanie, Ohio, Michigan, Iowa, Nevada, Texas, et Nebraska.

Sans le Texas, Trump ne peut l’emporter

Quelle est la situation dans ces Etats ?

Au Texas, Parmi les électeurs qui ont déjà votés, 50% sont affilés aux Républicains et 39% aux Démocrates. C’est la même proportion qu’il y a quatre ans, Trump l’avait emporté de 9 points. On peut donc considérer que Trump gardera le Texas (38 électeurs). On peut même considérer que perdre le Texas rendrait une victoire de Trump impossible.

En Floride, Les Républicains et les Démocrates ont autant voté par procuration les uns que les autres (47% vs 46%). En 2006, Trump n’avait gagné que de 1.2%. Mais il y a quatre ans le nombre d’affiliés  démocrates l’emportaient de six points sur le nombre de Républicains. Les sondages donnent un léger avantage à Biden, de 1.4%. Les affiliations et le vote anticipé à Trump. La Floride avec 29 électeurs, est une des clés du scrutin, comme toujours.

La Floride aurait encore le sort du monde entre ses mains

L’Ohio, avec 18 électeurs, est aussi très serré. Trump l’avait emporté de 8%. Les sondages donnent un léger avantage à Trump. Le nombre d’affiliés républicains dépasse le nombre de démocrates, de 6% alors qu’ils étaient à égalité il y a quatre ans.

Au Colorado, en revanche, (9 électeurs) Biden devrait l’emporter comme Hillary Clinton avant lui. Les Démocrates sont aussi bien implantés au Minnesota (10 GE), Biden l’emporterait entre 3 et 5 points selon les sondages. De même, le New Hampshire, à forte implantation démocrate, devrait rester à Biden  (4 GE), même si Clinton ne l’avait emporté que de 2%,

Un des enjeux principaux est la Pennsylvanie. Trump l’avait emporté de justesse. Biden aurait une avance de plus de 4% en moyenne selon les instituts. Avec ses 20 électeurs, c’est un Etat clé. 

Trump garde toutes ses chances de conserver la Géorgie (16 GE) où les Républicains sont bien implantés (+10% d’affiliés par rapport aux Démocrates). Il espère aussi conserver la Caroline du Nord (15 électeurs). Dans ces deux Etats, les sondages lui donnent un très léger avantage.

Quelques changements de couleur possibles

En revanche, l’Arizona pourrait passer à Biden, même si Trump l’avait emporté il y a quatre ans de 3%. Les sondages sont contradictoires, mais les Démocrates s’y sont renforcés. Dans le Nevada (6 GE), l’équipe Trump parie beaucoup sur un changement de couleur. Ils s’appuient sur le fait que l’écart entre le nombre de Démocrates et de Républicains s’est réduit de 6% en quatre ans. Mais les sondages prédisent une victoire de Biden.

Dans l’Iowa (6GE), l’écart entre Républicains et Démocrates s’est aussi réduit. Les Démocrates avaient dix points d’avance parmi les électeurs affiliés alors que Trump l’avait emporté. Aujourd’hui ils sont à égalité. La Plupart des instituts donnent Trump vainqueur, de peu.

Au Wisconsin (10 GE) Trump l’avait emporté d’un point en 2016. Tous les sondages donnent Biden vainqueur avec 6% en moyenne. Mais les sondages donnaient aussi Clinton vainqueur avec le même écart. Au Michigan, que Trump avait emporté d’un rien, Biden est aussi vu vainqueur par les instituts. Avec un écart, là encore, de 5%.

Guetter les anomalies dans les Etats de l’est

Pour suivre les élections américaines sans y passer la nuit, il faut donc suivre attentivement les résultats dans les Etats de l’Est, qui seront les premiers à donner les résultats, et guetter les anomalies par rapport aux prévisions de sondages. Si Trump perd la Caroline du nord ou la Géorgie, c’est qu’un bon vent souffle pour Biden. A l’inverse, si Biden perd le New Hampshire, c’est que les Démocrates sont plus fragiles qu’on ne le croit.

Si Trump l’emporte en Pennsylvanie, Floride et Ohio, il a peu de chance de perdre au Texas, en Géorgie et en Caroline du nord. Il serait à neuf voix de sa réélection. Alors, restez toute la nuit.

Si en revanche il perd dans l’Ohio et en Pennsylvanie, Biden peut commencer à sourire. Il lui suffirait du Michigan, ou l’équivalent -16 grands électeurs- pour être Président.

Il est aussi possible que les écarts ne permettent pas d’attribuer les électeurs à tel ou tel candidat, comme cela s’était passé pour le duel entre Al Gore et Georges Bush en Floride. Alors il faudra attendre quelques  jours, voire quelques semaines. La tension serait alors maximale, d’autant que Trump a refusé de s’engager à reconnaitre le scrutin. 


[1] (Source : RealClearpolitics) 

Laisser un commentaire