Un nouveau bac international pour 2022

Un nouveau bac international pour 2022

À compter de la rentrée scolaire 2022, l’option internationale du baccalauréat (OIB) évolue et devient le Baccalauréat Français International (BFI). Les élèves de classe de première de la voie générale qui s’engageront en 2022 dans ce dispositif prépareront pendant leurs deux années du cycle terminal cette nouvelle option internationale, en vue de la première session de l’examen BFI en 2024. Cette évolution s’inscrit dans le cadre de la réforme du lycée général et du baccalauréat général qui vise à enrichir et diversifier l’offre des parcours proposés aux élèves.

Une voie ouverte uniquement en cycle terminal

Le BFI, ouvert uniquement en cycle terminal, a vocation à accueillir de droit les élèves de sections internationales, sur avis du conseil de classe, mais également tous les élèves issus de dispositifs de renforcement linguistique ou que leur parcours a conduit à maitriser une ou plusieurs langues, après un examen de leur dossier et un entretien. Il doit pouvoir être déployé dans un plus grand nombre d’établissements répartis sur tout le territoire français et dans les établissements à l’étranger afin d’offrir cette excellence et cette ouverture à un plus grand nombre d’élèves, y compris en dehors des grandes métropoles… Dans le réseau à l’étranger où la maîtrise des langues est déjà souvent partagée, les classes BFI doivent pouvoir être en nombre plus important que les actuelles sections internationales de cycle terminal, grâce à la souplesse du processus d’ouverture.

A retenir

  • Les élèves n’ayant pas suivi de section internationale avant la classe de première peuvent postuler à une préparation du BFI.
  • Le BFI se décline, selon les établissements, en un parcours bilingue, trilingue ou quadrilingue.
  • Les enseignements spécifiques (approfondissement culturel et linguistique, discipline non-linguistique) sont renforcés et complétés par le nouvel enseignement de connaissance du monde.
  • L’engagement de l’élève est valorisé dans le cadre d’un projet mené avec un partenaire international.

Une arborescence de savoirs

L’élève scolarisé en classe menant au baccalauréat français international (BFI) suivra les mêmes enseignements que les élèves engagés dans un parcours de droit commun conduisant au baccalauréat général, à savoir : les enseignements de tronc commun, les enseignements de spécialité et, le cas échéant, des enseignements optionnels dont possiblement une langue vivante C.

Il existe aussi des enseignements complémentaires spécifiques à la préparation du baccalauréat français international :

  • un enseignement de connaissance du monde ;
  • un enseignement de discipline non linguistique obligatoire portant soit sur l’histoire-géographie, soit sur l’enseignement scientifique ;  
  • un enseignement d’approfondissement culturel et linguistique.

En complément de ces trois enseignements obligatoires, l’élève scolarisé en classe menant au BFI peut choisir de suivre un deuxième enseignement de discipline non linguistique (facultatif) proposé par l’établissement.

Souplesse dans le choix des langues

Les élèves du BFI peuvent s’orienter vers un parcours bilingue, trilingue ou quadrilingue en fonction de l’offre disponible dans l’établissement et des choix opérés par les élèves. Quel que soit le parcours choisi, la langue vivante A reste la langue de section.
À l’horaire de tronc commun s’ajoute un nouvel enseignement spécifique de connaissance du monde en LVA dispensé à hauteur de deux heures hebdomadaires.

Promotion du baccalauréat international en Belgique

Une meilleure reconnaissance

Les accords bilatéraux ont permis de repenser avec les partenaires étrangers les conditions de reconnaissance du BFI par les systèmes d’enseignement supérieur et à proposer des aménagements, le cas échéant, pour améliorer celle-ci.

La création du BFI a ainsi conduit à revoir la place des enseignements internationaux spécifiques. Il permet une meilleure reconnaissance de la qualité du parcours des élèves, de leur engagement et de leur travail, grâce à une valorisation plus marquée en termes de coefficients et une visibilité sur le diplôme.

Les grandes caractéristiques qui font le rayonnement de l’éducation « à la française » y sont confortées : développement de l’esprit critique, des valeurs humanistes et d’une approche méthodique, etc. Le BFI renforce cet aspect par un enseignement spécifique de « connaissance du monde » en LVA (langue de section) répondant à ces objectifs.

Auteur

  • Chantal Julia est maitre de conférence en Suisse. Après plusieurs années à l'Université de Lettre Paris 1, Chantal a suivi son compagnon à Lausanne où elle enseigne toujours la littérature française. Elle écrit pour différents magazines universitaires et Lesfrancais.press

Laisser un commentaire