Rétropédalage sur les mesures de quarantaine ! les voyageurs revenant d'un pays de l'espace Schengen ou du Royaume-Uni ne sont pas concernés

Rétropédalage sur les mesures de quarantaine ! les voyageurs revenant d'un pays de l'espace Schengen ou du Royaume-Uni ne sont pas concernés

Vives émotions pour les Français de l'espace Shengen et du Royaume-Uni, ce week-end.

Hier, comme nous l'indiquions dans notre article, Olivier Veran,  le ministre de la Santé semblait cibler les Français revenant pour les vacances sur le territoire national et indiquait ainsi que tous les voyageurs français ou européens ou étrangers seraient mis en quatorzaine ou à l'isolement lors de leurs arrivées en France.

La «quatorzaine obligatoire» va concerner «toute personne» qui rentre sur «le territoire national, dans un territoire ultra-marin ou en Corse», soit «souvent des Français partis à l’étranger» et «qui souhaitent revenir», a déclaré M. Véran, Ministre de la Santé lors d’un point-presse à l’issue du Conseil des ministres.

Cette décision fut confirmée par le Ministre de l'intérieur ce dimanche midi sur un plateau de télévision tout en précisant que des solutions seraient apportées pour les transfrontaliers.

A 19h (UTC),  le Consulat de Londres annonce que la mesure ne s'appliquerait pas, finalement, à ceux arrivant de l'Espace Schengen ou du Royaume-Uni. Stupeur ! Et soulagement !

En effet alors que les associations répondaient aux milliers de Français inquiets de ne pas pouvoir retrouver leurs familles, vaquer à leurs obligations professionnelles, mais aussi aux nombreux transfrontaliers, les élus se mobilisaient sur le front politique.

Les conseillers consulaires montèrent en premier aux créneaux. Malgré leurs statuts d'élus locaux, ils furent mis devant le fait accompli comme le réseau diplomatique. En écho, les sénateurs ont préparé dès ce dimanche matin des projets d'amendements, dont 2 déposés par Joelle Garriaud-Maylam,  afin d'essayer de corriger le tir lors de la présentation de la loi ce lundi 04 mai. Les députés ont aussi été actifs comme M. Anglade, député des Français du Benelux, qui a alerté M. Castaner via un courrier.

Pourquoi le gouvernement a changé d'avis ?

Sans avoir consulté le corps diplomatique et sans avoir pris attache auprès des élus concernés, le gouvernement a tenté d'imposer une mesure forte, à destination avant tout de l'opinion publique française. Cependant il y avait plusieurs obstacles.

En premier, sur le plan politique et économique : la volonté de Thierry Breton, commissaire européen, français, de lancer un plan de relance du tourisme en Europe et ce dès début juin.

La France, premier pays visité au monde, avec 83 millions de visiteurs chaque année, sera la première bénéficiaire de ce plan. Elle est aussi un axe pour relier Europe du Nord et Europe du Sud.. La fermeture de son espace à travers la mise en place de mesure d'isolement systématique, c'était de fait couper le Portugal, l'Espagne, et dans une moindre mesure l'Italie des touristes européens.

Sur le plan pratique, alors que dans les régions frontalières, les transfrontaliers sont indispensables à la reprise économique, leur circulation devait être maintenue. Comment mettre en place les contrôles ? Comment déterminer qui a besoin ou non de passer d'un pays à l'autre dans le cadre de son activité professionelle ?

Face à ces travaux d'Hercule, le gouvernent a préféré reculer. Surtout que les hommes politiques des régions touristiques françaises, comme les syndicats liés au secteur du tourisme, annonçaient une catastrophe économique bien supérieure à celle envisagée jusqu'à présent.

La mesure s'applique cependant à nos compatriotes arrivant de pays hors de l'Union européenne. 

Sauf si...

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire