Orlinski s’offre Georges V

Orlinski s’offre Georges V

Il fait froid dans les rues de Paris en cette dernière semaine avant Noël. Au niveau des Champs-Élysées, les passants ont les joues rosies par le vent sec et flânent devant les décorations de Noël. Dans des mouvements presque dansants, ils croisent les derniers retardataires en matière de cadeaux qui s’affairent autour des boutiques. Au milieu de cette foule, se dressent de toute leur hauteur des animaux hauts en couleurs le long de la luxueuse rue Georges V. Avec leurs formes légèrement cubiques, les gorilles, pandas, crocodiles, chevaux et autres ours intriguent et impressionnent. Sur les stèles les soutenant, est écrit en lettres argentées « Orlinski ».

Un artiste international

Son nom, tout comme ses œuvres, vous sont sûrement familiers. Et pour cause, Richard Orlinski est un artiste sculpteur qui ne se présente plus dans le milieu de l’art et de la jet set américaine. En 2009, l’acteur Andy Garcia lui achète son crocodile rouge qui fera sa renommée. A partir de là, la carrière de l’ancien professionnel de l’immobilier reconverti dans l’art, est lancée. Les stars commencent à s’arracher ses œuvres imposantes, ses locaux s’agrandissent, il exporte ses œuvres aux quatre coins du monde, il diversifie son activité et s’intéresse à la musique, à la danse, aux arts de rue. Dans un désir de mêler tous ces arts, il a réalisé cette année, une série de reportages avec notre partenaire TV5 Monde plus, où il part à la rencontre d’artistes de rue à travers le globe. Dans une ambiance street-art avec un brin de culture pop, l’artiste se détourne des formats habituels du reportage artistique. Orlinski s’exporte, se diversifie et se renouvèle sans cesse : son nom est devenu une marque.

« Wild Kong », l’oeuvre la plus connue de Richard Orlinski

Une exposition titanesque

Aujourd’hui il continue d’élargir son champ d’actions, et dans une volonté de faire un pied de nez à la pandémie et à la crise qu’a connu le milieu de l’art et les musées, le sculpteur s’offre la prestigieuse rue Georges V à Paris. Il exposera quoi qu’il arrive. Si c’est la première fois qu’il expose dans cette rue, l’envergure ne lui fait pas peur. Les œuvres de Richard Orlinski sont des habituées des grands évènements et des lieux d’envergure. Après être allé à Courchevel, à Disneyland Paris ou encore dans les airs, Wild Kong est ses colossaux amis nous accompagnent le long de notre balade, et ce, pour le plus grand bonheur des enfants qui s’amusent à prendre la pose devant eux.

Une exposition gratuite en plein air, à aller observer jusqu’au 8 février 2022, rue Georges V à Paris.  

Laisser un commentaire