Nouvelles restrictions au Royaume-Uni

Nouvelles restrictions au Royaume-Uni

Dans la matinée de ce mardi 7 décembre ainsi que le 8 décembre, le gouvernement britannique a annoncé de nouvelles restrictions. Avec un durcissement des mesures d’entrée au Royaume-Uni, ces mesures visent à réduire la propagation du variant Omicron.

Depuis mardi, les voyageurs arrivant sur le sol britannique doivent présenter un test antigénique ou PCR négatif, datant de moins de 48h avant leur départ, et ce, quel que soit leur pays d’origine et leur statut vaccinal. Tous les arrivants devront également réaliser un test PCR « day 2 » avant la fin de leur deuxième jour d’arrivée, et se mettre à l’isolement jusqu’à la réception du résultat, s’il est négatif.

Les personnes non vaccinées

Pour les personnes allant du Royaume-Uni vers la France, un test PCR ou antigénique de moins de 24h avant le départ est demandé. Seuls les motifs impérieux sont également acceptés pour voyager, les fêtes de Noël n’étant pas prises en compte. Aussi, toutes les personnes non vaccinées, devront se confiner pendant sept jours et réaliser un deuxième test PCR à la fin de cette semaine d’isolement.

Pour les personnes allant de la France vers le Royaume-Uni, la réalisation d’un test PCR ou antigénique de moins de 48h avant le départ est obligatoire. De même que dans l’autre sens, seuls les motifs impérieux sont tolérés pour pouvoir voyager. A l’arrivée, une période de dix jours à l’isolement est prescrite avec un test PCR les deuxième et huitième jours à compter de votre arrivée.

Ces mesures particulièrement astreignantes découragent et agacent les Français établis au Royaume-Uni.

“Ces mesures sont contraignantes”

Chris, Français installé au Royaume-Uni depuis quatre ans, estime que « le plus embêtant est le test payant à faire en France pour pouvoir rentrer. Après, c’est essentiellement pour les touristes que c’est agaçant. Il faut bien que le gouvernement prenne des mesures, mais ça ne m’empêchera pas d’aller en France pour les fêtes. »

“Une énorme contrainte qui décourage les déplacements”

Aurélien, qui a emménagé à Londres il y a deux mois, a le même avis que Chris sur les contraintes de refaire ces tests pour voyager.

“Je dois faire trois tests pour un aller-retour professionnel cette semaine à Paris… Pour le premier fait aujourd’hui j’ai dû attendre 45 minutes malgré un rendez-vous, car les centres ont l’air surchargés. Tout ça alors que l’OMS dit que réduire les voyages n’est pas utile. Mon entreprise est à Paris donc je fais les allers-retours régulièrement. Le day 2, déjà quand il était antigénique, n’est pas pertinent puisqu’il n’est pas contrôlé sérieusement. Je pense que la plupart des personnes le font sérieusement cependant. Cumuler le day 2 avec le test avant départ peut avoir du sens sur le plan sanitaire, car on peut contracter la Covid entre temps. Ma sœur qui devait venir à Londres a dû annuler sa venue. Mais ce qui est disproportionné c’est de remettre en place ces mesures alors que la couverture vaccinale est très importante en France et au Royaume-Uni.”

Aurélien

Aurélien ajoute “que par ailleurs les voyages depuis des pays de l’UE beaucoup moins bien vaccinés se font sans aucune restriction et ça manque de coordination internationale.”

Boris Johnson le premier ministre britannique

“On nous prend en otage”

Lila, habitante de Milton Keynes au Royaume-Uni depuis 10 ans, avoue “qu’après trois doses de vaccins, je ne comprends pas qu’on doive encore faire trois tests différents pour un aller-retour UK- France. Le risque d’attraper la Covid et donc de le transmettre est inférieur à 1 % (1 sur 5000 si on cite les Américains). On a tous la possibilité de faire les lateral flow tests à la maison. Ça prend vingt minutes pour les résultats et c’est gratuit pour beaucoup. Pourquoi ne pas tester à l’embarquement ou demander la preuve de l’auto test (ils font ça pour les visites dans les hôpitaux…) Aussi pourquoi doit-on utiliser les laboratoires sponsorisés par le gouvernement et pas les autres ? »

« Le coût élevé est encore à la charge du voyageur et je le rappelle, nous ne faisons pas du tourisme, mais voyageons pour retrouver notre famille ou pour obligations professionnelles. Quant aux résultats, si je me base sur mon expérience le jour 2 est revenu au jour 10…. (impact sur l’emploi pour beaucoup). Encore une fois on est pris en otage par des décisions qui ont un fondement scientifique douteux, mais qui par contre nous coûtent cher. Pendant ce temps-là, 10 Downing Street pourra faire sa Christmas Party sans restrictions.”

Selon le journal The Times, le nombre de cas touchés par le variant Omicron est en train de doubler tous les trois jours au Royaume-Uni. Il risque de devenir le variant dominant dans “des semaines plutôt que des mois.” Ce mardi il y a 437 cas du nouveau variant.

C’est pourquoi Boris Johnson a lancé ce mardi une grande opération conjointe avec le National Health Service et l’armée pour offrir une dose de rappel à tous les adultes d’ici la fin janvier, d’après The Guardian.

Nouvelles mesures du 8 décembre

Le gouvernement britannique a, finalement ce mercredi 8 décembre, en catimini, abandonné son approche légère contre le COVID-19 et a introduit de nouvelles mesures pour tenter de ralentir la propagation du variant Omicron, qui, selon les responsables de la santé, est en passe de devenir la version dominante du virus au Royaume-Uni à la fin du mois.

Pendant des mois, le Premier ministre Boris Johnson a résisté aux appels à imposer des passeports vaccinaux en Angleterre ou à encourager les gens à travailler à domicile. Boris Johnson a misé sur des vaccins et des doses de rappels pour protéger la population, le NHS et faire face pendant l’hiver, au mépris de nombreux experts de la santé qui ont exhorté le gouvernement à aller plus loin.Le nombre de cas du variant  Omicron augmentant d’environ 100 par jour cette semaine pour atteindre 568 au total, Boris Johnson a annoncé mercredi des mesures plus strictes

Passe sanitaire

Les masques seront désormais obligatoires dans la plupart des lieux clos et des passeports vaccinaux seront requis pour les boîtes de nuit en Angleterre et les lieux accueillant de grandes foules, tels que les stades de football. Des règles similaires sont déjà en place en Écosse, au Pays de Galles et en Irlande du Nord. Reste à savoir si la population en Angleterre va obéir à ces nouvelles mesures car l’annonce de Boris Johnson s’est également avérée être une sorte de diversion par rapport à un scandale croissant.

Pour repousser un scandale ?

Suite à des informations selon lesquelles sa résidence du 10 Downing Street aurait organisé une fête de Noël en décembre 2020 en plein confinement quand les rassemblements étaient interdits. Pendant des jours, Johnson a nié qu’une fête ait eu lieu. Cependant, mercredi, une vidéo est apparue montrant des membres du personnel supérieur, dont la porte-parole du gouvernement Allegra Stratton, plaisantant sur la fête  lors de l’enregistrement d’une simulation de conférence de presse à Downing Street l’année dernière. La vidéo a intensifié les critiques de Boris Johnson, même de la part des  députés conservateurs.

Laisser un commentaire