Loiseau invite Snowden en France

Edward Snowden est-il un traître ou un héros ? Pour Nathalie Loiseau, ancien ministre des Affaires européennes, et tête de liste de LREM aux dernières élections, le lanceur d’alerte est un bienfaiteur de l’humanité. Elle n’a pas tort.

Snowden a rendu publiques des informations classées top secret par les services américains, qui révélaient la mise en place d’un programme de surveillance de masse menée par la CIA et la NSA. Le système était aussi actif au Royaume-Uni. On aimerait être sûr que ce type de programme n’existe plus, mais ce serait naïf.

Snowden est inculpé en 2013 par le gouvernement américain pour espionnage, vol, etc… Il rétorque que son « seul objectif est de dire au public ce qui est fait en son nom et ce qui est fait contre lui ».

Pour échapper à la prison, il fuit à Hong Kong puis s’exile en Russie qui lui accorde un titre de résident. Il demande l’asile politique au Président Hollande, qui ne répond pas. Le Washington Postet le Guardian, qui ont publié ses révélations, obtiennent le prix Pulitzer.

Edward Snowden a renouvelé son désir de se réfugier en France. Il a lancé un nouvel appel au Président Macron, sur France Inter, qui l’interrogeait à propos de la sortie de ses Mémoires  qui paraissent le 17 septembre.

Pour Nathalie Loiseau, la France devrait ouvrir ses portes à Snowden. « C’est quelqu’un qui a rendu service à l’humanité, quelqu’un qui a montré, preuve à l’appui, qu’il y avait un système de surveillance extrêmement vaste ». Elle ajoute : « Je ne vois pas ce que Snowden  fait en Russie, un des pays les plus habitués à la surveillance de masse et à la manipulation ». Nathalie Loiseau déplore qu’aucun pays européen n’ait donné l’asile à Snowden. « On est en décalage complet par rapport aux valeurs que l’on porte ».

On peut en effet s’étonner qu’aucun pays se réclamant des droits et libertés n’ait accueilli Snowden. Les seules conséquences de l’affaire Snowden aux Etats-Unis furent les poursuites engagées contre lui. On aurait du s’attendre à des poursuites contre les responsables de la CIA, de la NSA et du gouvernement qui ont mené un tel programme de surveillance vis-à-vis de leurs propres concitoyens.

Déjà, dans les années soixante-dix, un programme de surveillance des étudiants et groupes politiques menées par le chef du contre espionnage James Angleton avait été jugé illégal et stoppé. James Angleton avait du quitté son poste. Il n’est hélas pas certain que les gouvernements américains et britanniques aient cessé ces pratiques dignes du … KGB. Les Etats-Unis Nosont en pleine  régression sur le front des droits et libertés du citoyen, ce qui n’est pas du  à Trump, puisque ce sont de sdécisions prises sous Bush et Obama.

Sur le fond, Nathalie Loiseau a donc parfaitement raison. Mais la diplomate et la ministre qu’elle a été sait parfaitement que les Etats-Unis n’apprécierait pas qu’un pays allié accueille Snowden. C’est pourquoi elle utilise un biais : elle fait remarquer que l’asile politique n’est pas accordé par le Président mais par l’OFPRA, qui est indépendant.  Soit. Mais le gouvernement ne perd pas son droit d’accueil pour autant. Il peut prendre une telle décision sans l’OFPRA par un acte justement dit « de gouvernement ». Le Président doit donc prendre une décision. Loiseau est-elle sortie du bois parce qu’elle connait la décision du Président ou est-elle montée au feu ?

Edward Snowden argumente: «  Ce n’est pas seulement la France qui est en question. C’est le monde occidental, c’est le système dans lequel on vit. Protéger les lanceurs d’alerte, çà n’a rien d’hostile » dit-il.

Accepter que les Etats surveillent la population, c’est accepter un principe de suspicion totalitaire. Les Etats-Unis, qui se veulent le pays de la liberté, ne devraient pas accepter ce système de surveillance organisé par leurs agences. Elles sont  destinées à protéger les citoyens, non à les espionner. La France, qui se veut le pays des Droits de l’homme, devrait accueillir Snowden : Ce ne serait d’ailleurs pas lui donner raison, mais seulement protection. Si l’asile politique a encore un sens, ce doit être celui-là.

Laisser un commentaire