Liban : les expatriés au cœur d’une crise historique

Liban : les expatriés au cœur d’une crise historique

Les Libanais ont subi depuis 2019 une inflation permanente, un effondrement des banques, une catastrophe économique et sanitaire liée à la Covid-19 ainsi qu’une explosion meurtrière à Beyrouth. Face à l’incompétence de leurs dirigeants, plus de 60% de la population du Liban est tombée dans la pauvreté et dépend désormais de l’aide alimentaire dispensée par les occidentaux.

Deux ans après la mobilisation historique au Liban rassemblant des citoyens de toutes confessions pour réclamer le départ d’une classe politique corrompue, l’intervention du président Emmanuel Macron, les Libanais dressent un bilan amer de l’évolution de leur pays. À Beyrouth, dimanche 17 octobre, peu de citoyens se sont mobilisés pour marquer cet anniversaire, alors que le pays du Cèdre s’enfonce, chaque jour un peu plus, dans une crise sans fin.

Des violences quotidiennes

Jeudi, des centaines de miliciens d’Amal et du Hezbollah s’étaient déployés dans les rues du secteur de Tayouné, proche du Palais de Justice, près de l’ancienne ligne de démarcation au cours de la guerre civile (1975-1990) entre les quartiers musulmans et chrétiens.

Les circonstances exactes des violences qui se sont produites dans ce secteur restent confuses. L’armée a fait état « d’échanges de tirs » « au moment où les manifestants étaient en route pour protester devant le Palais de Justice ». Le ministre de l’Intérieur Bassam Mawlawi a affirmé que des « francs-tireurs » avaient tiré sur les manifestants.

La tension est restée vive vendredi, décrété jour de deuil national, malgré le déploiement en force de l’armée libanaise dans les quartiers qui ont été le théâtre des affrontements, selon des correspondants de l’AFP.

Ces violences viennent accroître la tension politique dans le pays, où le Hezbollah et ses alliés exigent le départ du juge Tareq Bitar qui, malgré les fortes pressions, veut poursuivre plusieurs responsables dans le cadre de son enquête sur l’explosion au port de Beyrouth du 4 août 2020 (plus de 200 morts).

Les stigmates de l’explosion d’août 2020

Le 4 août 2020, un incendie au port de Beyrouth provoquait une déflagration des plus puissantes de l’histoire. L’explosion de centaines de tonnes de nitrate d’ammonium a tué plus de 200 personnes, défiguré la capitale libanaise et profondément traumatisé toute une nation. Le cataclysme a été ressenti jusqu’à Chypre, à environ 200 kilomètres. L’ampleur des dégâts, semblables à ceux d’une guerre ou d’une catastrophe naturelle, a choqué le monde entier.

Mais tout aussi grave que ce qui s’est passé ce jour-là: ce qui n’a pas eu lieu depuis. Aucun coupable n’a été jugé. Bien souvent, les familles des victimes n’ont reçu ni visite ni explication des autorités. Et le seul juge qui veut pousser l’enquête à son bout, Tareq Bitar, est menacé de mort et ses investigations sont entravées.

Port de Beyrouth après l’explosion

La France comme soutien

Il y a un peu plus d’un an, Emmanuel Macron se rendait pour la deuxième fois, en un mois, au Liban pour y rencontrer les responsables politiques libanais. La visite du président français avait pour but d’apporter de l’aide, humanitaire et financière. Mais en contrepartie, Emmanuel Macron a fixé un certain nombre d’objectifs, notamment sur le plan politique.

Le premier objectif, qui consistait en l’établissement rapide d’un gouvernement de réformateurs et de technocrates indépendants, chargés du redressement du pays, a été un échec. Pour autant, comme l’a affirmé Emmanuel Macron, la France ne « lâchera pas le Liban« .

La France continuera donc de soutenir le Liban, dans les nombreuses réformes réclamées par le peuple libanais. Parmi celles-ci : la rénovation du secteur de l’énergie, la lutte contre la corruption mais aussi la refonte de l’administration.

« En tant qu’ancien banquier, Emmanuel Macron va suivre, tout particulièrement, la restructuration banquière. Il a très bien compris ce qui s’était passé au Liban et c’est pour cela qu’il a dénoncé un système crapuleux, mis en place par le gouverneur de la banque du Liban« , ajoute-t-il. 

Karim Emile Bitar, chercheur associé à l’IRIS, spécialiste du Moyen-Orient et de la politique étrangère des Etats-Unis.

Des changements nécessaires pour le Liban, si le pays ne veut pas perdre la manne financière promise, sous conditions, par le Fonds monétaire international.

Les expatriés au régime sec

Les 22 000 Français sur place sont dans leur grande majorité bi-nationaux. Totalement intégrés à la communauté libanaise, ils vivent avec leurs compatriotes libanais les affres de cette crise.

Cour du Lycée français de la MLF

Vendredi, alors que les Beyrouthins craignaient de voir les démons de la guerre civile s’emparer de nouveau de la capitale, les Français n’étaient pas épargnés. L’établissement scolaire, au coeur de la ville, géré par la Mission Laïque française, s’est retrouvé au milieu des échanges entre les bandes rivales. Des balles sont venues se perdre dans la cour du Lycée, heureusement vide à cette heure là. En attendant les parents inquiets qui accouraient de tous les quartiers, le personnel et le corps professoral poussaient la musique à fond dans les petites classes afin de couvrir le bruit des fusillades, si proche.

« Les instituteurs couvraient les bruits des tirs avec de la musique et des jeux »

Ghassan Ayoub, le Président du conseil consulaire pour la Syrie et le Liban
Avec le Président du Conseil consulaire, Ghassan Ayoub, on fait le point sur la situation des expatriés au Liban.
Ghassan Ayoub

Pour Ghassan Ayoub, le Président du conseil consulaire pour la Syrie et le Liban, une nouvelle étape a été franchie. Après un long week-end de fête qui s’achève ce mardi 19 octobre, il craint que le flux des retours devienne très important. Déjà depuis l’explosion, plus de 5000 Français du Liban sont partis pour la France. Pour des études, pour attendre que la crise, mais va-t-elle passer ?

L’élu républicain ne cache pas son désarroi. La vieille classe politique qu’Emmanuel Macron avait promis de chasser s’accroche au pouvoir. Et la situation économique défaillante ne fait que renforcer ces chefs de clan qui distribuent emplois de fonctionnaires à leurs affiliés, souvent seul revenu d’une famille au sens élargi.

Le verrou financier

Si les Français du Liban ne sont pas tous encore partis, c’est qu’ils n’en ont souvent pas les moyens. La livre libanaise ne vaut plus que son poids en papier, aucune compagnie aérienne n’en veut. Ceux qui ont des euros ou des dollars mais qui les détiennent dans des banques libanaises ne peuvent plus y accéder. Les devises étrangères  sont réservées aux caisses du trésor public libanais.

Pour les Français qui ont des comptes en Europe ou aux USA, ainsi que pour les Libanais dans cette situation, le quotidien est préservé des misères. En effet, eux peuvent accéder aux distributeurs de billets, sans aucune restriction (NDLR : les possibilités de retrait pour les comptes bancaires détenus au Liban sont plafonnés à 100 euros hebdomadaires et avec des retraits maximum de 50 euros). Ainsi, ils peuvent continuer à vivre.

Mais même avec des billets, il faut savoir faire preuve de malice. Si le cours officiel est de 1 euro pour 1763 livres libanaises (lundi 18 octobre), dans la rue c’est 8 à 10 fois plus cher. Il faut près de 20 000 livres pour faire un euro. Et cela a des conséquences inattendues. Si la couverture sociale au Liban est inexistante, la plupart des Français ont adhéré à la Caisse des Français de l’étranger. Et celle-ci, logiquement, rembourse selon le cours officiel. Donc pour les Français sur place, il est impossible de se soigner.

Tenir ou rentrer ?

Les problèmes s’accumulent donc pour les Libanais et les Français sur place. Du coté français, le Consulat fait ce qu’il peut avec les moyens dont le personnel dispose.

« ils font un travail remarquable »

Ghassan Ayoub, le Président du conseil consulaire pour la Syrie et le Liban

A ce jour, aucun plan n’est prévu par les autorités françaises pour rapatrier ces Francais. Comme aucun soutien consulaire spécifique n’est mis en place. Par exemple, les bourses scolaires ne sont pas réévaluées malgré l’explosion des prix.

Ghassan Ayoub regrette que le Fonds que désirait mettre en place Ronan Le Gleut pour palier ces situations ne soit pas mis en place. Malgré le soutien massif des sages du Palais du Luxembourg, l’Assemblée nationale n’a pas retenu la proposition du sénateur Le Gleut.

Les Français du Liban sont pour l’instant livrés à eux-même. Seul soutien, celui des proches qui résident dans d’autres pays. En effet, il suffit de 300 euros pour qu’une famille puisse vivre « correctement ». Si cette somme est totalement hors de portée quand on vit sur place, même en tant que cadre ou médecin, elle est beaucoup plus accessible à la famille et aux amis en France ou ailleurs. Mais combien de temps les Libanais et les Français sur place vont accepter de vivre ainsi au jour le jour. Le Président du Conseil consulaire,

Ghassan Ayoub craint un départ massif dès que possible. Un exode qui pourrait mettre fin aux liens qui unissent les deux nations. L’avenir le dira. Laisser un commentaire