Les Hongrois à l’étranger contraints de faire des choix difficiles pour pouvoir voter

Les Hongrois à l’étranger contraints de faire des choix difficiles pour pouvoir voter

Le système qui divise les Hongrois vivant à l’étranger en fonction de leur lieu de résidence laisse un grand nombre d’entre eux insatisfaits et sous-représentés, mais il n’a suscité que peu d’intérêt de la part de l’opposition ou du parti au pouvoir à l’approche d’une élection nationale cruciale qui aura lieu dimanche (3 avril).

Les ressortissants hongrois qui ne sont pas enregistrés comme résidents dans le pays ne peuvent actuellement voter par correspondance que pour les listes des partis nationaux, tandis que les Hongrois résidents disposent de deux voix, dont une complémentaire pour leurs circonscriptions au scrutin uninominal.

En revanche, ceux qui ont une adresse hongroise enregistrée et qui résident en fait à l’étranger ne peuvent voter en personne que dans les ambassades ou les consulats.

Cela peut constituer un choix difficile en soi, mais beaucoup n’ont pas le choix du tout.

En renonçant à votre adresse hongroise, « vous perdez certains de vos privilèges et dans certaines situations, vous ne pourrez pas le faire », a déclaré Tamás Csillag, qui occupe la 47e place sur la liste nationale de l’opposition commune, en donnant l’exemple des personnes ayant un prêt hongrois qui sont obligées de conserver leur adresse dans leur pays.

Cependant, ceux qui choisissent de conserver leur adresse hongroise, souvent en raison d’un processus de réenregistrement connu pour être compliqué s’ils décident de retourner vivre dans leur pays, ont été confrontés à des choix difficiles pour exercer leur droit de vote dimanche.

« Je n’aime pas le système de vote actuel car il crée beaucoup d’inefficacité, et une discrimination inutile entre les citoyens les uns par rapport aux autres », a déclaré un jeune professionnel vivant dans le nord-est de la France, qui a demandé à rester anonyme.

Lors des élections législatives de 2018, il a dû parcourir plus de mille kilomètres dans le Midwest américain, jusqu’à Chicago, pour pouvoir voter. Cette fois, dit-il, il est rentré chez lui pour devenir observateur électoral.

« Il pourrait y avoir un meilleur moyen et je suis très déçu du fait qu’à cette occasion, la possibilité de voter par voie postale n’ait pas été étendue à un plus grand nombre de personnes », a-t-il ajouté, se plaignant que le système postal actuel soit devenu un « foyer de fraude électorale ».

Des inquiétudes généralisées concernant les règles de vote par correspondance en Hongrie sont apparues ces dernières semaines, à la suite de scandales survenus dans des pays voisins et relayés par des médias indépendants.

Mercredi, un sac rempli de bulletins électoraux hongrois jetés et partiellement brûlés a été découvert dans une décharge en Roumanie. En Serbie, cette année, les bulletins de vote n’ont pas été envoyés par la poste, mais livrés et collectés par des militants du partenaire local du parti hongrois Fidesz actuellement au pouvoir.

La question des votes dans les pays environnants est d’autant plus importante que le gouvernement a pour politique de longue date de verser des milliards à l’étranger pour soutenir les communautés hongroises dans les pays voisins.

En 2011, le Fidesz a modifié la loi sur la citoyenneté hongroise, introduisant une nouvelle voie simplifiée d’acquisition de la citoyenneté hongroise pour les Hongrois « ethniques » vivant en dehors du pays.

Cela a ouvert la voie à la naturalisation pour une grande partie des 2,2 millions de la communauté hongroise vivant dans les pays environnants, leur donnant la possibilité d’influencer les élections en Hongrie. Lors des élections législatives de 2018, sur les 225 000 votes par correspondance provenant de l’étranger, 96 % étaient en faveur du Fidesz.

Viktor Orbán, l’actuel premier ministre hongrois

Parallèlement, certains Hongrois sans résidence n’ont même pas reçu leur bulletin de vote et ont désormais peu de possibilités de recours.

Tamás Felföldi, 22 ans, étudiant à l’université et vivant actuellement à New York, a déclaré qu’il n’avait pas du tout reçu son bulletin de vote. Le bureau électoral national (NVI) lui a dit de contacter la poste américaine, mais les bulletins sont envoyés sans numéro de suivi.

« Il est inacceptable pour moi de ne pas pouvoir exercer mes droits et responsabilités les plus fondamentaux en tant que citoyen », a-t-il déclaré à EURACTIV.

Selon le candidat M. Csillag, qui travaille comme conseiller politique au Royaume-Uni, le cas de M. Felföldi n’est pas singulier et une trace des personnes se plaignant de la disparition de leur courrier a été conservée.

Toutefois, selon lui, le problème plus général est que l’opposition et le parti au pouvoir négligent souvent l’importante communauté hongroise qui ne vit pas dans les pays voisins.

Selon le bureau électoral national, un total de 65 716 personnes sont inscrites pour voter dans les consulats ou les ambassades cette année, soit une augmentation de 13 % par rapport à 2018, mais M. Csillag a déclaré que cela ne représente qu’une petite fraction de la totalité de la diaspora hongroise.

Une étude du 21 Research Center de novembre 2021 a révélé qu’environ un demi-million de Hongrois ont émigré et vivent maintenant principalement en Europe occidentale, et ce groupe d’électeurs est beaucoup plus critique envers le gouvernement que les Hongrois vivant en Hongrie.

L’enquête a révélé que « 55 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles se rendraient certainement aux urnes si elles avaient moins d’une heure de trajet pour rejoindre le bureau de vote, et 70 % ont déclaré qu’elles voteraient sans nul doute si elles pouvaient voter en ligne ».

Selon les calculs du centre de recherche, dans le cas du vote en ligne, cela se traduirait par la participation aux élections de 230 000 citoyens vivant à l’étranger, au lieu des 65 000 enregistrés actuellement, et cela pourrait représenter 150 000 voix supplémentaires pour l’opposition.

« L’un des problèmes est que les partis ne comprennent pas vraiment le poids de tout cela, à quel point ces votes peuvent compter…. Mais l’autre grand problème est que, quelle que soit la pression que nous avons exercée sur le gouvernement, nous n’avons pas réussi à le convaincre d’ouvrir de nouveaux bureaux de vote », a déclaré M. Csillag.

Laisser un commentaire