L’Ukraine, un destin contrarié 

L’Ukraine, un destin contrarié 

L’Ukraine a toujours été un territoire convoité. Carrefour commercial important, doté d’un sous-sol et de terres riches, ayant un débouché maritime, ce pays a connu de nombreuses invasions et guerres lors de ces mille dernières années. Issu du slave, le mot « Ukraine » signifie «frontière» ou «marche» et souligne bien la fragilité intrinsèque du pays dont l’histoire a été façonnée par les Turcs, les Russes, les Autrichiens, les Suédois, les Finlandais, les Polonais et les Lituaniens. 

Pour les Russes, l’Ukraine est le berceau de leur État, pour les Polonais et les Lituaniens, elle est le cœur de l’Europe de l’Est et pour les Turcs, elle est un des maillons clef de l’Europe orientale. L’Ukraine dans ses frontières de 1991 est plus grande que la France : 603 549 km2, contre 543 940 km2 pour une population moindre, 45 millions d’habitants, contre 68 millions. 

Une histoire chahutée 

Le territoire actuel de l’Ukraine a été le foyer du premier État slave oriental, fondé par des Scandinaves aux Xe et XIe siècles. Les Vikings orientaux bâtissent progressivement un État qui s’étend de la Baltique à la Mer Noire et de la Volga aux Carpates septentrionales. L’Etat de Kiev était un des plus puissants d’Europe après l’Empire byzantin. Il comprenait l’actuelle Ukraine, la Biélorussie et une partie de la Russie occidentale. Du fait de l’importance de son royaume, le Grand Prince d’Ukraine, Iaroslav le Sage, peut en 1051, marier sa fille Anne de Kiev au roi Henri Ier de France, preuve de l’influence de son pays jusqu’à l’Ouest de l’Europe. À partir du XIIe siècle, des divisions internes aboutissent au fractionnement de l’État kiévien et à son invasion par les Tatars Mongols. La dureté de ces derniers incite les populations autochtones à fuir vers d’autres pays comme la Pologne, la Hongrie ou la Moldavie. Au XIVe siècle, les Polonais et les Lituaniens prennent progressivement le contrôle de l’Ukraine. La Pologne imposa sur les territoires qu’elle contrôle le catholicisme qui s’est maintenu sur une partie de l’Ukraine d’aujourd’hui. Durant cette domination lituanopolonaise, à partir du XVe siècle, les Cosaques apparaissent. Il s’agit de paysans ruthènes orthodoxes refusant la servitude et l’assimilation aux Polonais catholiques. Les Cosaques mènent une guerre contre les Tatars, puis, à partir du XVIe siècle, contre les Turcs ottomans, devenus suzerains des Tatars de Crimée. 

Carte de l’Ukraine et de l’Empire russe occidental en 1764 © Jacques Leclerc

Le territoire de l’Ukraine est déjà à l’époque divisé avec une partie au Nord-Ouest tournée vers l’Europe et une partie au Sud-Est qui regarde soit du côté de la Turquie, soit du côté de la Russie. À partir du milieu du XVIIe un État autonome cosaque est créé, le Hetmanat. À la suite du traité d’Androussovo en 1667, il est partagé en deux, une partie est placée sous le protectorat de la république des Deux Nations (Pologne et Lituanie), l’autre sous un protectorat moscovite. 

Au XVIIIe, Catherine de Russie supprime le Hetmanat, le partage de la Pologne lui permettant de récupérer la quasi-totalité du territoire ukrainien à l’exception de la Galicie, passée sous administration de l’Autriche. Les mouvements indépendantistes renaissent au milieu du XIXe siècle, en phase avec ceux des autres régions de l’Empire Austro-Hongrois. Le terme Ukraine commence à apparaître dans le débat public.

Interdiction de la langue ukrainienne en 1876

Face au renouveau indépendantiste, les autorités russes décident, en 1876, l’interdiction de la langue ukrainienne dans les écoles, dans les journaux et la littérature, provoquant de multiples révoltes. Après la révolution de février 1917, en Russie, l’Ukraine est brièvement indépendante jusqu’en 1920. Cette indépendance est toute relative. Le territoire est, en effet, envahi d’abord par les Allemands puis, à leur retrait, il devient un champ de bataille entre le Parti bolchevique, les Russes blancs et les forces de la Triple-Entente. 

Le 20 novembre 1917, soit treize jours après que le Parti bolchevique russe ait renversé le gouvernement social-démocrate de Saint-Pétersbourg, l’assemblée législative, la Rada centrale ukrainienne, proclame la république populaire d’Ukraine et sa séparation de la Russie. 

L’indépendance totale de l’Ukraine est confirmée le 22 janvier 1918. Pour combattre l’Armée rouge qui contrôle alors une partie de l’Ukraine, la Rada centrale obtient le soutien des Allemands qui organisent un coup d’État en renversant le gouvernement pro-soviétique le 29 avril 1918. La défaite de l’Allemagne au mois de novembre 1918 provoque la chute des nouvelles autorités ukrainiennes et le rétablissement de la république populaire d’Ukraine avec à sa tête son ancien dirigeant pro-russe, Vynnytchenko. De 1918 à 1922, une partie importante du territoire ukrainien au sud est contrôlée par une armée paysanne insurrectionnelle d’inspiration communiste libertaire. Face aux armées blanches (constituées d’opposants au pouvoir bolchevique) et rouges, l’armée noire installe dans les territoires contrôlés un système de collectivisation des terres et de démocratie directe et décentralisée. À la fin de 1918, les Alliés (France, Royaume-Uni) interviennent dans le sud de l’Ukraine pour soutenir les Blancs de Dénikine dans la guerre civile russe. Odessa, Sébastopol et d’autres localités côtières sont occupées par les Français, mais l’intervention tourne court en raison du manque de moyens engagés et de l’hostilité de la population (mars-avril 1919). L’Ukraine est alors envahie par l’Armée rouge et passe sous le contrôle des Soviétiques.

Famines organisées et dékoulakisation 

Le 30 décembre 1922, l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) naît du traité qui réunit la République Socialiste Fédérative Soviétique de Russie (RSFSR), la Biélorussie, l’Ukraine et la Transcaucasie. Staline décide de faire de l’Ukraine tout à la fois le Grenier de la Russie et une région de production d’électricité. Les mines du Donbass alimentent la sidérurgie soviétique en charbon et en fer. Staline réprimera à plusieurs reprises les tentatives de réveil nationaliste ukrainien, interprétées comme un rejet du pouvoir bolchevik et une menace à l’intégrité de l’URSS. Entre 1931 et 1933, une série de famines et l’intensification de la « dékoulakisation » frappent l’Union soviétique et ravagent particulièrement l’Ukraine. 

Plusieurs millions de personnes perdirent la vie. Le souvenir de ces famines perdure au sein de la population ukrainienne. De 1937 à 1939, plusieurs millions d’Ukrainiens sont exécutés ou envoyés vers des camps de travail soviétiques. Les églises sont fermées et les catholiques sont pourchassés. En septembre et octobre 1939, après le partage de la Pologne entre l’Allemagne nazie et l’URSS stalinienne, conformément aux protocoles secrets du pacte germano-soviétique, les régions polonaises à forte minorité ukrainienne (comme la Galicie et Lwow) sont annexées par l’URSS et incorporées à l’Ukraine. En juin 1940, cette dernière intègre également la Bucovine du Nord et du Boudjak, pris à la Roumanie. À l’été 1941, l’Ukraine est envahie par les armées allemandes. 

Train pour évacuer l’Ukraine lors de la famine ©IF

À leur arrivée, les Allemands sont reçus en libérateurs par une partie de la population ukrainienne, surtout par la population de la partie anciennement polonaise. Rapidement, la situation se retourne. Les mauvais traitements infligés à la population provoquent une forte résistance. La population juive d’Ukraine est anéantie par l’application de la solution finale. En 1944, l’Armée rouge libère la plus grande partie de l’Ukraine. En juin 1945, la Ruthénie subcarpathique, prise à la Tchécoslovaquie, rejoint à son tour l’Ukraine soviétique, formant l’oblast de Transcarpatie. À la fin du conflit, le bilan des pertes ukrainiennes est de huit millions de morts dont 1,377 million étaient des militaires.

Membre fondateur de l’ONU 

Le 26 juin 1945, l’Ukraine devient l’un des membres fondateurs de l’ONU, en y obtenant, en raison de son rôle dans la victoire sur le nazisme, avec la Biélorussie, une place distincte de l’URSS. Cette disposition particulière permet à l’Union soviétique de bénéficier de voix supplémentaires dans les votes de l’assemblée générale de l’ONU. En 1954, le 1er secrétaire du Parti communiste d’Union soviétique, Nikita Khrouchtchev qui a passé sa jeunesse en Ukraine, transfère la péninsule de Crimée à la République soviétique socialiste d’Ukraine pour marquer le 300e anniversaire du traité de Pereïaslav marquant l’union entre la Russie et les provinces formant l’Ukraine d’alors. 

Plus tard, Léonid Brejnev, d’origine ukrainienne, deviendra le principal dirigeant de l’URSS, qu’il gouvernera pendant 18 ans entre 1964 et 1982. Ce dernier dotera l’Ukraine de centrales nucléaires dont la plus célèbre est malheureusement Tchernobyl. La catastrophe nucléaire liée à cette centrale a créé un fort ressentiment antirusse au sein de la population.

90.5% votent en faveur de l’indépendance 

La chute de l’URSS entre 1989 et 1991 permet aux mouvements indépendantistes de renaître en Ukraine. En 1989, le Mouvement national ukrainien, Roukh, est créé. Lors des élections de mars 1990, les partis ukrainiens du bloc démocratique obtiennent alors environ 25 % des sièges au Parlement. Sous l’influence des députés démocrates, le Parlement adopte, le 16 juillet 1990, la Déclaration sur la souveraineté politique de la République d’Ukraine. L’indépendance complète de l’Ukraine est proclamée le 24 août 1991 et confirmée par le référendum du 1er décembre 1991. 90,5 % des électeurs votent en faveur de l’indépendance.

Garanties internationales de sécurité 

L’Ukraine devient l’un des membres fondateurs de la Communauté des États indépendants dirigée par la Russie. Par le Mémorandum de Budapest sur les garanties de sécurité, signé le 5 décembre 1994, l’Ukraine abandonne son arsenal nucléaire en échange de la garantie de son intégrité territoriale par les États-Unis, le Royaume-Uni et la Russie. L’Ukraine est tiraillée entre le souhait de certains d’intégrer l’Union européenne et l’Otan quand d’autre estiment que la Russie est leur seconde patrie voire la première. 

En 2004, avec la Révolution orange, les pro-européens jugent que le gouvernement pro-russe de Viktor Ianoukovytch, a truqué l’élection présidentielle. La mobilisation de la population contribue à l’annulation par la Cour suprême du scrutin et l’organisation d’un nouveau vote le 26 décembre 2004 qui voit la victoire de Viktor Iouchtchenko, qui aurait fait l’objet d’une tentative d’empoisonnement par la Russie. Sa présidence sera marquée par une forte instabilité. En 2010, son opposant prorusse, Victor Ianoukovytch, est élu président.

Euromaïdan et la Crimée 

À la suite du refus du gouvernement de signer des accords de rapprochement avec l’Union européenne, le mouvement Euromaïdan provoque un renversement du pouvoir. L’arrivée des pro-européens au pouvoir entraîne la sécession des régions du Donbass. Le 11 mars 2014, la Crimée proclame son indépendance, puis à la suite d’un référendum est rattachée à la fédération de Russie le 18 mars. 

Euromaïdan en 2014 ©AFP

Depuis le début des combats, près d’un million et demi de personnes ont été déplacées, 850 000 à l’intérieur de l’Ukraine, 600 000 en dehors dont 350 000 vers la Russie et 250 000 vers les pays de l’Union européenne. Le 11 mars 2014, la Crimée proclame son indépendance, puis à la suite d’un référendum est rattachée à la fédération de Russie le 18 mars. Le 27 mars 2014, l’Assemblée générale de l’ONU a voté la résolution 68/262 sur l’intégrité territoriale de l’Ukraine. 

Le 21 février 2022, le président russe Vladimir Poutine a reconnu l’indépendance des républiques de Donetsk et de Lougansk et a ordonné à ses troupes de se rendre dans ces parties de l’est de l’Ukraine dans le cadre de ce que le Kremlin a qualifié de « mission de maintien de la paix ». Cette opération est la troisième du genre pour la Russie après la guerre en Géorgie et l’annexion de la Crimée, mais elle est d’une ampleur sans précédent. 

L’Ukraine, un important potentiel économique 

L’Ukraine a été longtemps une des régions les plus riches de l’URSS grâce à la puissance de son industrie sidérurgique et de la richesse de son sous-sol. Avec l’indépendance en 1991, écartelée entre l’Europe et la Russie, l’économie a rencontré de nombreuses difficultés d’adaptation. La guerre qui sévit depuis 2014 handicape la croissance, d’autant plus qu’elle se déroule dans une des régions les plus riches. L’Ukraine a sur son territoire des terres agricoles jugées comme les plus fertiles du monde. Le pays est par ailleurs traversé par plusieurs grands fleuves (Dniestr, Dniepr) qui lui fournissent d’importantes ressources en eau douce. L’Ukraine est un des principaux pays producteurs mondiaux de céréales, de sucre, de viande et de produits laitiers, que transforment une importante industrie agro-alimentaire, avec des entreprises comme Roshen. 

L’Ukraine est également un des États européens les mieux dotés en matières premières. Elle possède des gisements de fer, de manganèse d’uranium, de potasse, de terres rares, de charbon, etc. En lien avec ses richesses naturelles, l’Ukraine a développé une industrie métallurgique importante, produisant de la fonte, de l’acier et des tuyaux. L’Ukraine était le 7e producteur d’acier au monde. ArcelorMittal y possède une de ses plus importantes usines sidérurgiques. Le groupe a préféré sortir du marché russe pour concentrer ses investissements en Ukraine. Le pays possède une importante industrie chimique, produisant du coke (charbon), des fertilisants et l’acide sulfurique. Le pays a développé également un secteur de production de matériels de transports (locomotives, tracteurs, automobiles). Le pays possède aussi plusieurs entreprises d’électronique, d’armement et de matériaux pour les programmes spatiaux. 

Avant les tensions avec la Russie, l’Ukraine était devenue la 8e destination touristique d’Europe. Le secteur touristique représentait en 2014 plus de 2% du PIB. Plus de 23 millions de touristes internationaux se rendaient alors chaque année en Ukraine. 

L’invasion de la Crimée par la Russie et la sécession du Donbass en 2014 ont privé l’Ukraine du quart de son PIB. Elle a été contrainte de privilégier ses relations commerciales avec l’Occident et notamment l’Union européenne. L’Ukraine continue néanmoins de dépendre de la Russie pour son énergie. 

Les relations entre la France et l’Ukraine 

En 2019, la France était le 9e fournisseur de l’Ukraine avec une part de marché de 2,8 %, en hausse constante par rapport à son niveau d’avant crise (2,2 % en 2013). En 2019, la part de marché de l’ensemble des pays de l’Union européenne représentait 39,85 %, contre 35 % en 2013. 

Un accord de libre-échange est entré en vigueur en 2017. Parmi les pays de l’Union, en 2019, la France était le 4e fournisseur de l’Ukraine, loin derrière l’Allemagne (1er fournisseur européen, 9,9 % de part de marché globale) et la Pologne (6,7 %). Elle est également devancée par l’Italie (3,4 %). 

La France dégageait un excédent commercial traditionnellement important avec l’Ukraine La France exportait en Ukraine des produits chimiques, parfums et cosmétiques (35,4 % des exportations en 2019), des équipements mécaniques, matériel électrique, électronique et informatique (19,1 %, dont plus des deux tiers correspondant à des machines agricoles et forestières), des matériels de transport (9,2 %), des produits pharmaceutiques (8,8 %) et des produits agricoles (8 %). Les biens importés en France en provenance d’Ukraine sont essentiellement des produits agricoles et agroalimentaires (66,2 %). 

La France était l’un des principaux investisseurs européens en Ukraine. En 2019, elle était le 6e investisseur étranger en Ukraine, avec 2,2 % du stock d’investissement direct d’origine étrangère (IDE). La France était en outre le 4e investisseur européen, derrière l’Allemagne (4,9 % du stock d’IDE), l’Autriche (3,7 %) et le Royaume-Uni (4,2 %). 

Près de 160 entreprises françaises sont implantées en Ukraine, employant 30 000 personnes et faisant de la France le premier employeur international en Ukraine. Elles sont présentes notamment dans la grande distribution (groupe Auchan, Decathlon), la banque (Crédit Agricole), l’agroalimentaire (notamment Louis Dreyfus, groupe Soufflet, Savencia, Malteurop, Limagrain), et le numérique (Ubisoft, Blablacar). 

La reconnaissance par la Russie des deux républiques sécessionnistes du Donbass et l’invasion de l’Ukraine ont provoqué l’adoption de nouvelles sanctions de la part des Occidentaux qui s’ajoutent à celles prises avec le rattachement de la Crimée en 2014. 

La tragédie sans fin de l’Ukraine 

L’Ukraine, berceau historique de la Russie et aux marges de ce pays, a toujours été tiraillée par ses multiples origines. Moscou considère que ce pays fait partie intégrante de sa sphère d’influence, qu’il est un des maillons lui permettant d’éviter l’encerclement, qui est la hantise des Russes depuis des siècles. Il offre aussi l’accès à la mer Noire. Pour la Roumanie ou la Pologne, l’Ukraine est un État tampon mettant de la distance par rapport à la Russie. Depuis l’extension à l’Est de l’Union européenne, l’Ukraine a renforcé ces liens économiques avec cette dernière au point qu’elle aurait tout avantage à intégrer le marché unique pour pouvoir échanger sans droits de douane avec les États membres. Pour la Russie, l’intégration de l’Ukraine dans l’Union européenne constitue un précédent inacceptable car ce pays était membre de feu l’URSS jusqu’en 1989, et a participé à la création de la Communauté des États Indépendants à la chute de celle-ci. Les Russes agitent comme un chiffon rouge l’éventuelle adhésion de l’Ukraine à l’OTAN, un scénario qui n’a pas été réellement imaginé même si le gouvernement de Kiev en a fait la demande. Les Russes estiment que cette alliance est avant tout dirigée contre leur pays. Avec l’affaire ukrainienne, Vladimir Poutine tente de revenir sur le démantèlement de l’URSS en 1991 vécu par une partie des Russes comme un affront. De l’affaire géorgienne au Donbass en passant par la Crimée et la Biélorussie, le Président russe souhaite créer aux marges de la Russie un chapelet d’États satellites. La reconnaissance des républiques du Donbass intervient en sortie de crise sanitaire et après le départ des Américains d’Afghanistan et du recul des Occidentaux en Afrique. Les Pays Baltes, la Pologne et la Roumanie craignent que la Russie remette en cause les frontières actées en 1991. Ces pays, appartenant à l’Union européenne et membres de l’OTAN, demandent aux autres États membres une forte solidarité qu’ils obtiennent pour le moment. La dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie qui est forte pour les anciens pays d’Europe de l’Est et pour l’Allemagne pourrait néanmoins peser sur la cohésion de l’Union. Les États-Unis pourraient en profiter pour renforcer leurs positions au sein de l’Union en contribuant directement ou indirectement à la livraison de pétrole et de gaz en cas d’enveniment de la crise. Si cela était le cas, une augmentation du prix du pétrole au-delà de 140 dollars du baril pourrait intervenir provoquant une baisse sensible de la croissance, autour d’un point en 2022, avec à la clef une accélération de l’inflation pouvant amener un durcissement plus rapide que prévu de la politique monétaire.

Auteur

  • Philippe Crevel est un spécialiste des questions macroéconomiques. Fondateur de la société d’études et de stratégies économiques, Lorello Ecodata, il dirige, par ailleurs, le Cercle de l’Epargne qui est un centre d’études et d’information consacré à l’épargne et à la retraite en plus d'être notre spécialiste économie.

Laisser un commentaire