La MLF, un réseau traditionnel et moderne

La MLF, un réseau traditionnel et moderne

Congrès des 120 ans de la MLF

Entretien avec Jean-Marc Merriaux, le directeur général de la Mission laïque française et de l’OSUI.

Cette année, le congrès annuel de la MLF s’est déroulé à Rabat, la capitale marocaine, du 8 au 10 mai derniers. Elle a concordé avec les 120 ans de la MLF et les 25 ans de l’Office scolaire et universitaire internationale (OSUI). Après deux éditions annulées pour cause de pandémie, la responsabilité était grande pour le nouveau directeur général Jean-Marc Merriaux.

Durant trois jours, près de six-cents personnes du réseau mondial se sont retrouvées pour échanger autour des questions d’éducation et d’enseignement. Pour le DG, l’objectif était que chacun reparte en se sentant grandi et nourri intellectuellement.

Une feuille de route multiforme

En janvier dernier, au moment de sa prise de fonction, Jean-Marc Merriaux nous disait ne pas avoir encore véritablement défini la feuille de route de son mandat pour la MLF. C’est aujourd’hui chose faite.

Effectivement, à notre micro, il déclare que sa feuille de route est « multiforme« . D’un côté, il y a des enjeux pédagogiques dans lesquels ils doivent « réinvestir fortement », à l’instar de la politique des langues. Par ailleurs, les enjeux concernant les compétences du XXIème siècle, telles que le numérique, lui paraissent primordiales à traiter. Enfin, il souhaite également travailler autour du corps enseignant, pour qu’il devienne meilleur.

D’autre part, le dirigeant vise à améliorer l’organisation et l’attractivité du réseau. Pour cela, des outils de marketing et de management matriciel seront employés.

« Le monde d’après » de la MLF

Le congrès de la Mission avait pour thème cette édition, « le monde d’après ». Aux yeux de Jean-Marc Merriaux, le monde d’après du réseau est de « s’adapter dans un monde en mouvement ». Si le groupe souhaite pouvoir continuer à vivre durant les 120 prochaines années, il va lui falloir identifier ses points forts et plus faibles, et continuer à appuyer sur ses valeurs que sont l’humanisme, la laïcité et le plurilinguisme.

« Un avenir c’est aussi identifier la modernité et faire que nous puissions allier tradition et modernité »

Jean-Marc Merriaux, directeur général de la MLF et de l’OSUI
MLF
Jean-Marc Merriaux, le directeur général de la MLF et de l’OSUI – © Tiffany Amisse

Le point sur la pandémie

Actuellement, la pandémie de Covid-19 recule dans la majeure partie du monde. Seulement, dans certaines régions, comme Shanghaï, les habitants continuent de subir les restrictions sanitaires liées à la crise sanitaire. Alors que ce mercredi 11 mai, les premières épreuves du Baccalauréat ont débuté, tous les élèves des « missions » ont pu y assister. Effectivement, le DG nous assure que ses lycées sont implantés dans des régions du monde où le virus ne restreint plus le quotidien des habitants.

Cependant, il affirme que les centres scolaires vont devoir continuer à s’adapter car la crise n’est pas finie, et ce ne sera sûrement pas la seule du XXIème siècle à son avis.

Le recrutement des professeurs

La Mission laïque française recrute essentiellement des professeurs de droit local pour ses établissements. De cette manière, ils ne rencontrent pas spécialement de problèmes pour embaucher du personnel.

En outre, Jean-Marc Merriaux souhaite tout de même développer une « marque employeur forte », afin d’avoir un corps enseignant à l’image des valeurs du réseau.

Écoutez le podcast avec Jean-Marc Merriaux

Un podcast à retrouver sur toutes vos plateformes favorites

Podcast liste

Auteur

Laisser un commentaire

1 Comment

  1. […] Lire l’article 12 mai 2022 – Lopinion.ma – Rabat : Plus de 500 participants au Congrès annuel de la MlfVenus des quatre coins du monde et de tous les établissements de la Mission Laïque Française, 500 participants ont été accueillis à l’Université Internationale de Rabat à l’occasion du Congrès annuel de la MLF qui s’est tenu à Rabat du 7 au 10 mai, et ce pour les conférences et ateliers de travail ainsi qu’au LFIAM pour deux soirées. […]