La championne mondiale de l’élevage d’insecte est une start-up française

La championne mondiale de l’élevage d’insecte est  une start-up française

372 millions de dollars de levée de fonds et pas un euro de chiffre d’affaires ! Un miracle de la nature, et de la French Tech.

Une licorne made in France ?

Il n’y aura pas de retour sur investissement avant quelques années, comme c’est la règle pour ce type de start-up. Mais le carnet de commandes se remplit et beaucoup y croient : l’élevage d’insectes dans une ferme de haute technologie. 

Ynsect, une start-up française de la foodtech a fait de l’élevage d’insectes sa spécialité. La ferme sera construite près d’Amiens, à Poulainville,  elle produira 100.000 tonnes de farine à base d’insectes. L’usine d’Amiens devrait créer 500 emplois locaux, dont 90 emplois directs. Elle devrait être achevée en 2022. Le cout d’investissement de l’usine est estimé à 150 millions d’euros, selon Antoine Hubert, le fondateur d’Ynsect.

130 emplois créés

Ynsect a déjà construit un site pilote, dans le Jura et emploie déjà 130 personnes, surtout à Paris.

Pour un kilo de protéines, la production d’insectes demande 100 fois de surfaces  que la production animale et beaucoup moins d’eau. La farine produite sera utilisée pour l’aquaculture, les animaux de compagnies, l’engrais. Son « produit » phare s’appelle le Tenebrio Molitor, ou vers de farine, une espèce de scarabée riche en protéine.  

Levée de fonds

Pour sa troisième levée de fonds, Ynsect a obtenu 224 millions de dollars après une première levée de 125 M$ et 23 millions de subventions européennes. Il s’agit de la plus importante levée de fonds pour une entreprise agricole non américaine. A noter, que, parmi les investisseurs, figure l’acteur Robert Downey Jr,  (Chaplin, Iron Man, Avengers, Captain America, Sherlock Holmes) à travers son fonds d’investissement, et des investisseurs belges, américains ou de Hong Kong

Présente en Europe et en Asie, la pépite française veut s’implanter en Amérique du nord.

Laisser un commentaire