La 3 ème levée de fond de l'histoire pour une Start-up française

Inconnue du public, les app et les sites français Meero sont pourtant un des plus gros succès français et la société grossit à vue d’œil.

La start-up propose des outils on-line et des services numériques pour les photographes professionnels, elle a annoncé cette semaine une troisième levée de fond record, trois ans seulement après sa création.

Moins d’un an après une levée de 45 millions de dollars, Meero obtient 230 millions de dollars lors d’un nouveau tour de table mené par Eurazeo Growth et Prime Ventures. C’est tout simplement la plus importante levée de cette année et la 3e plus importante de l’histoire de la FrechTech (seuls Parrot et OVH ont fait mieux avec respectivement 300 et 250 millions d’euros).

Avec cette levée, Meero rejoint le clan des "licornes" françaises, ces entreprises non cotées valant plus d'un milliard de dollars.

« Ce nouveau financement va permettre à Meero de continuer à asseoir sa mission dans le monde de la photographie », explique l’entreprise à BFM Business. A savoir, comme ils l'indiquent dans le communiqué de presse « proposer aux photographes des revenus d'appoint, via des missions pour le compte de marques, et bientôt de consommateurs, des outils pour simplifier leur gestion quotidienne du métier mais également les aider à se former et s’inspirer ».

« Cela va également donner à la start-up l’opportunité d’accélérer le développement de ses services dédiés à la communauté des photographes. D’abord avec la suite d’outils mymeero (comptabilité, CRM, marketing…) destinée à faciliter la gestion de leur activité. Puis avec un panel de solutions destiné à les accompagner dans leur quotidien… », peut-on lire dans le communiqué de presse.

Un marché de 80 milliards par an

Enfin, ces fonds vont lui permettre de parfaire ses technologies d'édition automatique et d'enrichissement de contenu, basés sur l’intelligence artificielle. L’équipe “tech”, aujourd’hui forte de 80 employés, entend s’agrandir jusqu’à 300 collaborateurs fin d’année prochaine.

C’est ce qui fait la force de l’entreprise, permettre aux photographes de réduire considérablement le travail de retouche et de l’automatiser grâce à des algorithmes.

Meero va également profiter de cette levée de fonds pour développer ses revenus additionnels en développant des services (immobilier, mariages, eCommerce…), des solutions auprès de nouvelles audiences et dans de nouvelles géographies.

La jeune pouce se rémunère grâce aux commissions prélevées sur les missions des photographes qui proposent leur talent à des agences immobilières (photographies d’appartements, de maisons…) et des chaînes d’hôtels-restaurants et toute entreprise ayant besoin de photos de qualité professionnelles.

La start-up  compte aujourd’hui plus de 31 000 clients dans une centaine de pays, une communauté de 58.000 photographes et prévoit notamment de proposer ses services, jusque-là réservés aux professionnels, aux particuliers. Elle prévoit de finir l’année avec 1 200 employés répartis sur ses cinq bureaux dans le monde.

Si on ne connaît pas ses performances financières, Meero estime le marché de la photographie professionnelle à 80 milliards d’euros par an. « Nous n'avons pas encore atteint le milliard de revenus, mais nous avons l'ambition de générer 5 à 10 milliards d'ici cinq ou sept ans », indique son président fondateur Thomas Rebaud aux Echos.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire