Dés demain, transformez le futur, au sommet de l’Unesco

Dés demain, transformez le futur, au sommet de l’Unesco

Il y a des institutions vieillottes qui essaient de se réinventer. Et des fous pour les y inviter. L’Unesco est bien cette création des années cinquante qui semble endormie au milieu de Paris, alors que jamais le monde n’a tant semblé correspondre à ses fondations : changer le monde par l’accès à la connaissance, en démontrant une véritable fraternité humaine, celle de la diversité et de l’universalité des savoirs. 

On aurait aimé que l’Unesco prenne à bras le corps la révolution mondiale en cours, la citoyenneté numérique, le choc des futurs, et, surprise : elle le fait, en partie du moins. On ne peut pas lui reprocher de ne pas réussir  – qui peut réussir dans de tels projets ?- on ne lui en voudra plus de ne pas essayer. 

Le sommet de l’Unesco sur les futurs, ouvert à tous, commence demain sur le net.

L’Unesco a donc décidé de réunir quelques fous, du monde entier : des futurologues. Tout ce que la planète peut compter de professeur Nimbus et de Jules Verne en labos. 

Mieux, elle a inventé  – ou couvé- quelque chose de plus étrange encore que la Futurologie : la Littératie des futurs. Soit, cela n’existe pas. Literacy est un mot anglais, comme l’apprentissage de l’alphabet, qui n’existe pas en français et encore moins au futur. C’est là que l’imagination se débride : maintenant, la littératie du futur existe, et vous pouvez la rencontrer. 

Dés demain. Parce que, pour ne pas donner la fâcheuse impression de laisser les futurologues parler aux futurologues dans des symposiums de futurologie, le sommet de l’Unesco sur la littératie des futurs est ouvert à toutes et à tous. Evidemment, il est virtuel. C’est à dire que vous pouvez y assister en direct par tout moyen digital et de n’importe quel endroit du monde. 

La littératie des futurs, un projet fou et curieusement très efficace

Riel Miller

Et du monde, vous en verrez. Car le sommet ne vient pas de nulle part. Ce projet a été lancé dés 2012 sous la direction de Riel Miller, grand maître de la cérémonie et inventeur de laboratoires de littératie du futur dans près de trente pays, où il a conjugué théorie et recherche, et aidé les gouvernements et les universités à sortir des sentiers battus dans lesquels les enfermaient projections et planifications. 

Le but : transformer le futur, ou plutôt l’utiliser. Utiliser les conceptions, les images, les idées préconçues que l’on se fait du futur pour agiter le présent. 

Pour cela, une méthodologie assez stricte, celle de faire entrer le futur anticipé, les futurs, dans le présent. Curieusement, cela change tout : et l’idée que l’on se fait du futur, et l’image du présent. Cela n’a plus rien à voir avec les simples projections ou anticipations classiques où l’on ne fait que prolonger les courbes ou tester des scénarios. L’apprentissage, la littératie, va beaucoup plus loin. 

Comment utiliser le futur 

 « Le futur n’existe certes pas dans le présent, alors que l’anticipation, elle, existe bien.

La  forme  que  le  futur  prend  dans  le  présent  est  l’anticipation.  

Or  il  est  possible d’intégrer  dans  le  présent  ce  plus-tard-que-maintenant »… 

Riel Miller

La suite dés le 8 décembre 2020, avec des universitaires, chercheurs, dirigeants politiques, créateurs, artistes du monde entier qui participent à un deuxième sommet.   

La Directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay a bien compris l’enjeu, notamment pour l’Unesco. « Que nous vivions à une époque d’innovation exceptionnelle ne fait aucun doute.  Dans  de  nombreux  domaines,  l’ingéniosité  humaine  fait  fi  des  vieux obstacles pour inventer de nouveaux remèdes contre la maladie, de nouveaux moyens de communication, de nouvelles façons d’organiser les affaires et la vie. Nous voyons l’innovation se produire lorsque les gens sont placés devant des défis épouvantables et des opportunités enthousiasmantes. Dans un tel contexte, je crois qu’il est d’autant plus important de comprendre pourquoi et comment «utiliser le futur» »

L’Unesco a donc décidé de réunir quelques fous, du monde entier : des futurologues. Zoom sur ce sommet dedié à Demain !
Audrey Azoulay

Utiliser le futur, c’est le pari de l’équipe de l’Unesco et de ses correspondants du monde entier pour le transformer. Plusieurs universités et institutions mondiales présenteront de stands numériques. Pour la France, il s’agit de l’Université de Poitiers, qui accueille une chaire patronnée par l’Unesco sur la littératie des futurs, et celle de Corse, qui aspire à en créer une. 

Inscriptions

Pour ceux qui veulent aller plus loin : 

1. Le livre de Riel Miller, Transformer le futur, l’anticipation au XXIème, publié par l’Unesco, l’ouvrage de référence sur le sujet, (téléchargeable sur le site ou à commander)

2. L’inscription libre au sommet, sur le site de l’Unesco : https://unes.co/futures-literacy-summit-register

« L’UNESCO invite le monde à se familiariser avec la littératie des futurs lors d’un sommet virtuel novateur qui se déroulera du 8 décembre au 12 décembre 2020. Cet événement marque le point culminant d’un volet très réussi du travail de l’UNESCO en tant que laboratoire mondial d’idées. En rassemblant des preuves de la puissance et de l’impact de la capacité des individus à « utiliser le futur » plus efficacement, l’UNESCO a ouvert la voie à la promotion d’une nouvelle compétence essentielle pour le XXIe siècle : la littératie des futurs. » 

Laisser un commentaire