Dans un entretien accordé au Parisien, le professeur Xavier Lescure, chef de service adjoint de l'infectiologie à l'hôpital Bichat, s'alarme du relâchement de la population face au virus. "Aucun des marqueurs prédictifs de l'épidémie n'est bon. Or, l'expérience de la première vague nous le dit: quand la machine est lancée, il est difficile de l'arrêter", prévient-il.

Dans un entretien accordé au Parisien, le professeur Xavier Lescure, chef de service adjoint de l'infectiologie à l'hôpital Bichat, s'alarme du relâchement de la population face au virus.  "Aucun des marqueurs prédictifs de l'épidémie n'est bon. Or, l'expérience de la première vague nous le dit: quand la machine est lancée, il est difficile de l'arrêter", prévient-il.
Laisser un commentaire