Alliances et mésententes pour l’AFE

Alliances et mésententes pour l’AFE

Le 5 décembre prochain seront élus les 90 membre de l’Assemblée des Français de l’Etranger. Les partis ont jusqu’au lundi 22 novembre pour finaliser les listes qui les représenteront dans chacune des quinze circonscriptions.

Les élections de l’Assemblée des Français de l’Étranger, déjà décalées d’un an à cause de la pandémie, auront bel et bien lieu cette année. A deux jours du dépôt des listes finales, les partis sont fin prêts. Enfin, quasiment prêts. Comme dans chaque course aux élections, les jeux d’alliances et les désaccords composent la vie politique. Petit tour d’horizon.

Europe Écologie-Les Verts sur la ligne de départ

Après leur forte progression aux élections consulaires partielles, le parti écologiste domine la gauche. D’après nos informations, c’est certain qu’il sera présent sur onze listes dont dix d’union. Parmi ces onze listes, cinq seront menées par EELV : celles du Canada, d’Europe du Nord, du Benelux, d’Allemagne, d’Europe centrale et orientale et celle d’Afrique centrale, orientale et australe. Les autres sont laissées aux mains de La France insoumise, du Parti socialiste, de Français du monde ou d’Agissons ensemble.

Pour ces six années à l’AFE, leurs objectifs sont les mêmes que pour les élections présidentielles, à savoir la santé et l’éducation. D’après Alexandre Château-Ducos, conseiller consulaire au Luxembourg et responsable de la fédération dédiée aux expatriés, ce sont les deux piliers du programme pour les Français de l’étranger.

Comme nous le disions en octobre dans notre article sur les élections présidentielles et les Français de l’étranger, le parti cherche à faciliter l’accès à la Caisse des Français de l’Étranger car face aux coûts que représentent les soins dans certains pays, de nombreux concitoyens abandonnent l’idée de se faire soigner. Un sondage réalisé par LesFrancais.press a également mis en lumière l’incompréhension du système de la CFE par ses adhérents et les Français de l’étranger.

Pour le Parti Socialiste l’union fait la force

Au PS, la technique est autre. En chute depuis quelques années quant au nombre de leurs représentants, ils souhaitent avant tout rassembler la gauche, contrairement au niveau national où chaque parti s’est lancé seul dans les présidentielles. C’est ainsi qu’ils appuient, soutiennent et font confiance aux élus locaux de chaque circonscription et refusent tout parachutage. Ils seront donc généralement présents dans des listes d’union avec des chef de file d’autres partis.

« Nous avons appuyé des élus locaux et ce, qu’ils soient PS ou Français du monde. Nous faisons confiance à tous nos élus localement, c’est pour cela que nous refusons les parachutages. Notre but est d’avoir un groupe qui reflète la diversité de la gauche et représente tout le monde. On ambitionne d’avoir le premier groupe à l’AFE. »

Cécilia Gondard, Secrétaire nationale pour le PS pour les Français de l’étranger

Pour le parti de la rose, la priorité est de renforcer l’accompagnement social et l’aide sociale. Les inégalités sont intensément ressorties avec la pandémie et d’après les socialistes, les aides sociales pour les Français de l’étranger n’étaient pas au rendez-vous. D’après Cécilia Gondard, de nombreux Français se sont endettés pour pouvoir rentrer en France pendant la crise et n’ont reçu aucun accompagnement une fois arrivés pour s’installer et se réadapter.

« Il faut avoir un vrai service social qui les aident pour le retour et ce au niveau des aides et des questions administratives. Quand on rentre en France, il n’y a aucun interlocuteur. Il y a bien France Horizon mais nous n’arrivons jamais à les joindre. »

AFE
Assemblée des Français de l’Étranger

Repenser l’AFE pour la France Insoumise

C’est un sujet qui touche de nombreux partis : repenser le fonctionnement de l’AFE. Chez les Insoumis, il est important de le faire pour remettre les Français de l’étranger au cœur de leur propre système politique.

Le taux de participation aux élections consulaires de 15% sur l’ensemble des circonscriptions, illustre nettement le problème : les Français de l’étranger ne connaissent pas bien leur système politique ou ont tendance à ne pas le prendre en considération. Pour la France Insoumise cela s’explique par une mauvaise transmission d’informations.

« L’inscription au registre consulaire n’est pas obligatoire donc déjà nous perdons beaucoup en transmission d’informations. Donc derrière, si les Français ne se sentent pas inscrits dans cette communauté de Français de l’étranger, ils ne vont pas vouloir aller voter. »

Mélanie Montinard, élue consulaire LFI à Rio de Janeiro

Le parti de Jean-Luc Mélenchon souhaite ainsi repenser l’AFE en la transformant en un outil pratique et de proximité pour les Français de l’étranger. Comme nous l’explique l’élue de Rio de Janeiro, avant de rentrer dans cet environnement politique des élus consulaires, elle ne savait pas ce qu’était l’AFE et c’est le cas de bon nombre de Français de l’étranger. Elle a donc à cœur de réintégrer les Français au sein de leur communauté.

De son côté, Jean-François Deluchey, élu consulaire à Recife au Brésil, expose la volonté des insoumis à vouloir transformer l’AFE en un conseil régional et donc lui conférer un pouvoir délibératif et non plus seulement consultatif. Ce changement de statut permettrait d’avoir un budget propre alloué aux Français de l’étranger et que ces derniers puissent demander des comptes à leurs élus tout en connaissant les politiques appliquées à leur égard.

« Nous voudrions faire des Français hors de France une autre région. Ceci serait un grand symbole et enverrait le message que nous sommes des Français à part entière. »

Jean-François Deluchey, élu consulaire LFI à Recife

Français du Monde sur la même lignée qu’aux consulaires

L’association Français du Monde a été fondée en 1980 et est présente quasiment partout où il y a des Français de l’étranger.

D’après Mehdi Benlahcen, vice-président de l’association, FDM va soutenir seulement deux listes à l’AFE, à savoir celles de l’Afrique du Nord, avec en tête l’élue de Rabat Khadija Belbachir Belcaid et celle de l’Afrique occidentale menée par Baptiste Heintz.

Les Français du Monde ne souhaitent soutenir aucune des autres listes qui leur ont été présentées car ils ont constaté que certaines personnes inscrites ne sont pas des élus de la circonscription en question, alors qu’il y avait suffisamment de candidats sur place.

En ce qui concerne leur programme, l’association reste dans la même lignée qu’aux élections consulaires. Leurs objectifs sont donc l’accompagnement social pour tous et surtout auprès des plus démunis « en favorisant l’exercice de la citoyenneté » et la lutte pour la diversité des cultures à travers la scolarité.

La droite finalise les préparations

De son côté le MoDem ne nous a pas répondu. Nous pouvons nous attendre à des alliances entre eux et les personnes de chez LREM, comme ça va être le cas pour les présidentielles.

De leurs côtés, le mouvement LREM et Les Républicains n’ont pas désiré répondre à nos questions. D’après plusieurs membres des deux partis, les listes ne sont pas encore finalisées. Les négociations sont-elles particulièrement mouvementées ou bien ont-ils du mal à rassembler leurs troupes ? Nous aurons les réponses à toutes nos questions, lundi, à la lecture des listes officielles.

Laisser un commentaire