Ahora Dónde, terre d’accueil pour les jeunes LGBTQI+ à Barcelone

Ahora Dónde, terre d’accueil pour les jeunes LGBTQI+ à Barcelone

L’association Ahora Dónde – Le Refuge est à destination des jeunes LGBTQI+ qui se font exclure de chez eux, à cause de leur identité sexuelle. Pour Véronique de Saint Sauveur, une Française installée dans la ville, sensibiliser autour de ces questions est primordial.

“Il est inconcevable que des enfants se retrouvent à la rue à cause de leur orientation sexuelle” tonne Véronique de Saint Sauveur. Il y a sept ans, lorsqu’elle s’est installée à Barcelone, elle a été surprise de la différence de liberté et de visibilité entre la communauté LGBTQI+ française et espagnole. Si la première a tendance à se cacher, la seconde semble vivre plus librement. Effectivement, il n’est pas anodin de voir un couple homosexuel se tenir la main ou s’embrasser dans la grande ville catalane. Une réalité qui lui fait dire que l’hexagone a du retard sur les questions liées à l’identité sexuelle.

Cependant, en septembre dernier, elle a été effarée de sa rencontre avec Gemma Brulles, la présidente de Ahora Dónde, au salon des associations. Cette dernière lui a expliqué qu’une quinzaine de jeunes âgés entre 18 et 25 ans, ont trouvé refuge dans son association. Un fait qui a poussé Véronique à s’engager, renforcée par la bienveillance et l’esprit d’ouverture qui règne dans la structure. De plus, Barcelone Accueil, l’association dont elle était déjà membre à l’époque, organise régulièrement des actions conjointes avec Ahora Dónde, afin de défendre la communauté arc-en-ciel, leurs valeurs et leurs droits.

“J’étais atterrée et de voir qu’Ahora Dónde accueillait quinze jeunes à ce moment-là. Dans la ville qui est considérée comme la capitale de la communauté LGBTQI+, ils ont été chassés de chez eux à cause de leur orientation sexuelle. En tant que mère ça fait quelque chose”.

Véronique de Saint Sauveur, Française de Barcelone

L’association Ahora Dónde

“J’ai créé Ahora Dónde pour tous les jeunes qui n’ont pas eu la chance de mon fils » déclare Gemma Brulles. Il y a cinq ans, lors d’un séjour en France, celui-ci découvre l’association Le Refuge. Cette structure créée en 2003 vise à “prévenir l’isolement et le suicide des jeunes LGBT+ de 14 à 25 ans” victimes d’homophobie à cause de leur orientation sexuelle. Gemma y est sensible et cherche à entrer dans une association similaire à Barcelone, en vain. Elle décide donc de la créer en se rapprochant de l’organisme originel. Ahora Dónde voit le jour en 2019.

L’accueil des jeunes et la médiation avec la famille

Depuis sa création, une vingtaine d’adolescents ont trouvé terre d’asile chez Ahora Dónde. Ils sont tous acceptés indépendamment de leur origine, mais doivent tout de même avoir leur famille installée à proximité de la capitale catalane.

Si certains ont directement pris contact avec l’association via les réseaux sociaux ou le site internet, d’autres ont été amenés par des proches qui étaient dans la même situation.
A leur arrivée, les bénévoles se donnent pour mission de leur redonner confiance en eux. Pour ce faire, la commission d’accompagnement émotionnel met en place des cellules d’écoute psychologique avec des psychologues, des thérapeutes et des coachs spécialistes des jeunes LGBTQI+. Un processus long mais nécessaire avant toute nouvelle étape. Pour ceux dont c’est nécessaire, ils sont placés chez des familles d’accueil qui se portent volontaires.

D’autre part, l’organisme cherche à renouer les liens entre la victime et sa famille. Effectivement, si le jeune est d’accord, les bénévoles essaient d’entrer en contact avec ses proches afin de comprendre les raisons d’un tel rejet et d’entamer une médiation. D’après la fondatrice, les raisons sont souvent d’origine religieuse ou propres à des questions d’image : “mais que vont penser les voisins s’ils l’apprennent ?!” En d’autres termes, des problèmes nés de la méconnaissance.

Si jamais le cercle familial n’est pas réceptif à la médiation ou que le jeune ne la souhaite pas, les volontaires d’Ahora Dónde cherchent à l’insérer professionnellement.

L’équipe Ahora Dónde et Barcelone accueil jeunes lors de la réunion au sein du Lycée Français de Barcelone le 29 mars

Les campagnes de sensibilisation conjointes

“L’ignorance mène à la peur, la peur mène à la haine et la haine conduit à la violence” écrivait Averroès. Une déclaration qui illustre parfaitement les véhémences dont sont victimes les jeunes LBTQI+ au sein de leur foyer. Ainsi, pour Gemma, accompagner, écouter et aider les jeunes n’était pas suffisant. Il est nécessaire de sensibiliser la population pour tuer l’homophobie à la racine. De cette manière, l’association organise de nombreuses rencontres dans les établissements scolaires, dans les entreprises et dans les structures associatives afin de discuter autour des notions liées à la communauté LGBTQI+, et de créer des partenariats qui peuvent déboucher sur une insertion professionnelle pour certains. Aussi, des ateliers pratiques sont mis en place tout au long de l’année, tels que des cours de maquillage pour les femmes transexuelles.

Grâce à cela, plusieurs Français ont rejoint les rangs des bénévoles, à l’instar de Véronique. Elle et ses collègues de Barcelone Accueil ont tissé des liens avec Gemma, et organisé plusieurs campagnes de sensibilisation conjointement. Une a par exemple été tenue au Lycée français de Barcelone, où est inscrite la fille de Véronique. Durant une heure, les intervenants questionnent et sont questionnés par les élèves ou les parents sur tous les sujets concernant l’identité sexuelle.

Par ailleurs, Ahora Dónde est sans cesse à la recherche de familles d’accueil pour les jeunes exclus de leur foyer familial. Or, Véronique songe sérieusement à devenir famille d’accueil si des jeunes sont dans le besoin. En effet, sa fille étant élève de terminale, devrait s’envoler du nid à la rentrée prochaine et donc libérer sa chambre. L’occasion pour la Française de s’investir davantage au sein de l’association militante.

“Plusieurs adultes sont sortis de la réunion en me disant qu’ils se sentaient grandis. Qu’ils comprenaient mieux les différents problèmes psychologiques, sociaux ou physiques que peuvent rencontrer les personnes LGBTQI+ à différents moments de leur vie. On doit continuer de sensibiliser pour aller vers plus de tolérance !”

Véronique de Saint Sauveur

Sensibiliser encore et toujours. Tel est le nerf de la guerre contre le déni, le rejet et la violence. A une époque où la tolérance semble s’être enfuie de notre monde, il est d’autant plus important de s’ouvrir et de chercher à comprendre les autres.

Auteur

Laisser un commentaire