16&17 Mai 2020 : les élections des Conseillers des Français de l’Etranger – Tour d’horizon

16&17 Mai 2020 : les élections des Conseillers des Français de l’Etranger – Tour d’horizon

janvier 13, 2020 0 Par Fabien Ferasson

1 800 000 Français seront appelés à voter le Dimanche 17 mai (dans certains dès le samedi 16) pour leurs élus locaux, les anciens conseillers consulaires désormais les nouveaux Conseillers des Français de l’Etranger.

Oui des élus locaux ! Car au sein du Conseil Consulaire, c’est la communauté, liée au consulat à travers ses élus qui prennent les manettes des actions locales. Bourses scolaires, Implication dans la gestion des établissements scolaires, Assistance, Aides Sociales, Etat Civil, Relais avec l’administration de votre pays de résidence, Animation et Cohésion de la communauté, Actions économiques, etc… Notre quotidien d’expatrié, le lien avec la France, le dynamisme économique et social de notre spécificité de Français de l’Etranger, dépendent en partie de ce conseil dont la présidence sera désormais exercée non plus par le Consul, nommé par l’administration, mais par un élu sur le modèle des élections municipales qui auront lieu en mars en France. Le conseil consulaire élira parmi ses membres, son président, appuyé par une majorité.

C’est une grande chance, quand on compare à la situation des autres expatriés, la République nous donne la parole. Il faut s’en saisir. Pour cela, il y a 3 défis à surmonter :

  • La Participation
  • Le Renouvellement
  • Les Moyens alloués

C’est en les relevant que nous pourrons améliorer notre vie d’expatrié, conserver un lien naturel et facile avec la France, transmettre nos valeurs aux jeunes générations nées ou ayant grandi hors de France, réaliser nos ambitions économiques, faciliter notre intégration dans notre pays d’accueil et transmettre notre expérience acquise à l’étranger à nos compatriotes en France.

Participation : Le Vote Electronique

Le premier enjeu de ces élections consulaires des 16 et 17 mai prochain sera celui de la participation. Celle-ci est régulièrement pointée du doigt comme étant faible, voire inconsistante : 80 000 votants pour plus d’un million d’inscrits en 2014. Pour cette raison, entre autres, il a été décidé de pouvoir procéder à un vote électronique, le vote papier demeurant cependant possible. Plusieurs avantages : ceux qui ne sont pas à l’aise avec le vote électronique pourront toujours se rendre aux urnes et par ailleurs et en particulier dans les circonscriptions géantes, quelques clics permettront à tous d’exercer leur droit à être représentés en quelques minutes.

Renouvellement : L’engagement citoyen

Plus de 440 conseillers remettent leur mandat en jeu, et ce alors que le paysage politique depuis 2014 a été bouleversé. Si une grande partie des élus actuels viennent des rangs de la droite et de la gauche, l’arrivée en 2017 de la République en marche et la présence de plus en plus importante d’associations apolitiques et fédératrices pourraient changer la donne. L’ Assemblée des Français de l’Etranger composée des élus désignés par leurs pairs issus de cette élection était majoritairement à gauche au début de cette mandature. Aujourd’hui, le camp des indépendants s’est vu étoffer au fil des victoires de Macron, affaiblissant les LR et le Parti socialiste. La recomposition a donc commencé dans les états-majors des Français de l’Etranger.

Renforçant les difficultés des Républicains, M. Barry de Longchamps, Prédisent de l’UFE-Monde, a donné la consigne aux antennes locales de se retirer du jeu politique. Alors que partie prenante en 2014 à travers des listes UFE-UMP, les Républicains devront avancer seuls.

A gauche, le PS est pris en étau entre La France Insoumise et les Verts. L’effondrement des deux partis majoritaires aux élections législatives a eu des retombées. Et les socialistes sont menacés de disparition.. Ils parient sur l’ancrage local, comme avec Mehdi Benlahcen au Portugal ou Cecilia Gondard en Belgique. La France Insoumise surfant sur ses scores aux législatives attend beaucoup de cette élection alors que l’engouement s’est tassé avec les sorties de Jean-Luc Mélenchon. Les Verts sont eux confiants et le dynamisme, en particulier en Europe, des partis écologiques, peut les porter à un niveau historique.

Une nouvelle composante est en train d’apparaitre. Les citoyens engagés ! A travers des associations, des bénévoles se sont regroupés. Eloignés de la politique parisienne, ils ont su développer des actions de proximité, concrètes et ils ont marqué les élections consulaires partielles de 2017 et 2018. Ainsi au Qatar / Bahrein et surtout à Shanghai, les élections partielles ont démontré que l’ancrage local, en dehors de toute affiliation politique, peut permettre de belles victoires au service de tous.

Les moyens alloués : La question de la réprésentativité

Les conseillers, désormais appelés Conseillers des Français de l’étranger, ont un rôle essentiel mais parfois mal connu. Outre leur statut de grands électeurs des Sénateurs des Français de l’étranger, ils sont désormais intégrés dans une nouvelle réforme décidée par Jean-Baptiste Lemoyne à un vrai réseau de remontées des informations et des problématiques rencontrées.

Acteurs auprès de vos élus nationaux, relais auprès des Ministres et de leurs agents, ils porteront les projets, chercheront les financements.

Certains combattront pour conserver les 11 députés élus par circonscription, d’autres militeront pour la réforme créant une circonscription unique avec une liste. Mais tous voteront pour les élections sénatoriales d’octobre 2019, qui donnera ou non la majorité au Président pour mettre en place sa réforme des institutions pour laquelle une majorité des 2/3 des parlementaires (députés et sénateurs) est nécéssaire.

Vote électronique, vote papier, nous sommes tous appeler à participer à ces élections. Elles donneront l’impulsion qui rythmera les 6 prochaines années de la vie des Français de l’Etranger. N’oubliez pas de vérifier votre inscription sur les listes électorales, vous pouvez vous y inscrire jusqu’au 31 mars 2020.

 

Publicités