Vieillissement démographique : un défi protéiforme

Vieillissement  démographique : un défi  protéiforme

La  population  mondiale  s’est  engagée  dans  un  processus  de  vieillissement,  phénomène unique  dans  l’histoire  de  l’humanité  tant  par  son  ampleur  que  par  sa  rapidité.  Ce vieillissement  qui  touche  tous  les  continents  est,  en  théorie,  synonyme  de  ralentissement économique  et  d’augmentation  des  besoins  de  financement  public. 

Le  vieillissement  démographique  se  caractérise  par  la  hausse  de  la  proportion  des  plus de  65  ans  au  sein  de  la  population  et  par  le  recul  de  la  croissance  du  nombre  de personnes  en  âge  de  travailler  (20-64  ans).

14% de la population mondiale aura plus de 65 ans en 2040

Au  niveau  mondial,  la  proportion  des  plus  de 65  ans est  passée  de  6 à 10  % de 1990 à 2020 et devrait atteindre plus  de  14  %  en  2040. Le  taux  de  croissance  de  la  population  active  qui  était  supérieur  à  2,25  %  en  1990  n’était plus  que  de  1  %  en  2020.  Il  ne  s’élèverait  qu’à  0,6  %  en  2040  (sources  ONU).   Au  Japon,  pays  le  plus  avancé  dans  le  processus  de  vieillissement  de  sa  population,  la proportion  de  plus  de  65  ans  s’élevait  en  2020  à  près  de  30  %  et  devrait  atteindre  35  % en  2040.  L’Union  européenne  suit  de  près  avec  des  chiffres  respectifs  de  20  et  30  %. Parmi  les  pays  avancés,  les  États-Unis  ont  la  dégradation  la  moins  marquée  avec  une part  des  plus  de  25  ans  qui  se  maintiendra  autour  des  20  %  à  l’horizon  2040.  En  Chine, les  plus  de  65  ans  sont  passés  de  moins  de  5  %  en  1990  à  12  %  en  2020.  Ils représenteront  25  %  de  la  population  chinoise  en  2040.  Les  pays  africains  seront  les seuls  à  compter  moins  de  5  %  de  plus  de  65  ans  en  2040.

Une diminution de la population active devrait provoquer l’inflation

De  2020  à  2040,  les populations  actives  diminueront  au  Japon,  en  Europe,  en  Chine,  en  Russie  et  en Amérique  latine.  Elles  continueront  à  croître  rapidement  en  Afrique  (+2  %  par  an)  et  aux États-Unis  (+0,5  %  par  an). Le  vieillissement  de  la  population  est  censé  générer  de  nombreux  effets  économiques. En  théorie,  il  conduit  à  une  hausse  de  l’inflation.  La  baisse  du  nombre  d’actifs  favorise  la progression  des  salaires.  Celle-ci  est  également  alimentée  par  l’augmentation  de  la demande  de  services.  Les  entreprises  compensent  la  baisse  de  la  population  active  par une  recherche  de  gains  de  productivité.  Pour  le  moment,  ces  aspects  annoncés  du vieillissement  ne  sont  pas  visibles.  Au  Japon,  l’inflation  est  aux  abonnées  absentes depuis  plus  de  trente  ans.  En  Europe,  la  menace,  de  ces  dernières  années,  a  été  non pas  la  hausse  des  prix  mais  la  désinflation.  Compte  tenu  des  tonneaux  de  liquidités injectées  dans  l’économie  mondiale  et  les  goulots  d’étranglement  qui  apparaissent  au sein  du  marché  du  travail,  l’inflation  pourrait  revenir  dans  les  prochaines  années  même si,  au  Japon,  les  salaires  augmentent  faiblement  malgré  la  contraction  de  la  population active.

Les  rapports  de  force  entre  capital  et  travail  sont  défavorables  au  second  depuis plusieurs  années  avec  la  désindustrialisation  et  l’ubérisation  des  activités.  La  flexibilité  du travail  joue  à  l’encontre  des  revalorisations  salariales.  La  baisse  de  la  population  active a  été  freinée  au  Japon  comme  au  sein  des  autres  pays  occidentaux  par  le  relèvement  de l’âge  effectif  de  départ  à  la  retraite.  

Dans  un  monde  en  vieillissement,  le  taux  d’épargne  devrait  diminuer.  Les  retraités  sont supposés  puiser  dans  leur  patrimoine  pour  maintenir  leur  niveau  de  vie.  Par  ailleurs,  pour verser  des  revenus  à  un  nombre  croissant  de  retraités,  les  fonds  de  pension  sont amenés,  logiquement,  à  céder  des  actifs.  La  diminution  des  flux  d’épargne  devrait provoquer  une  hausse  des  taux  d’intérêt  et  une  baisse  de  l’investissement.   Pour  le  moment,  aucun  mouvement  de  désépargne  n’est  constaté.  Au  contraire,  le  taux d’épargne  à  l’échelle  mondiale  tend  à  augmenter.  Il  est  passé  de  24  à  27  %  du  PIB  de 1990  à  2019  (source  FMI).  Au  lieu  de  monter,  les  taux  d’intérêt  diminuent  tant  en  raison de  l’abondance  de  l’épargne  que  des  politiques  monétaires  expansionnistes  mises  en œuvre  par  les  banques  centrales. 

Le  recul  de  l’investissement  pourrait  être  provoqué  par une moindre demande de capital. Celle-ci  serait  imputable à  la  diminution  de  la population active  et  au  moindre  besoin  d’infrastructures  (établissements  d’enseignement, logements,  etc.).  Cet  argument  est  à  relativiser  car,  en  contrepartie,  les  besoins  en hôpitaux,  en  maisons  de  retraite  ou  en  EHPAD  augmentent.

Creusement des dépenses publiques : un quart du PIB 

D’autres  facteurs  plus importants  joueront  sur  l’investissement  dans  les  prochaines  années  comme  la digitalisation  et  la  transition  énergétique.   La  seule  grande  certitude  en  ce  qui  concerne  le  vieillissement  concerne  les  finances publiques.  Ces  trente  dernières  années,  les  dépenses  publiques  de  retraite  et  de  santé ont  augmenté  à  l’échelle  mondiale  de  plus  de  deux  points  de  PIB.  En  France,  les dépenses liées  au  vieillissement  sont  responsables  de  plus  de  la  moitié  de  l’augmentation des  dépenses  publiques  constatée  entre  2000  et  2019.  La  crise  sanitaire  a  prouvé  la sensibilité  des  finances  publiques  aux  dépenses  de  santé.  Compte  tenu  de  l’évolution  de la  composition  des  populations,  ces  dernières  ne  peuvent  qu’augmenter  rapidement jusqu’au  milieu  de  ce  siècle. 

Les  dépenses  de  santé  et  de  retraite  représentent  le  quart voire  plus  du  PIB  en  France,  en  Allemagne,  aux  États-Unis  ou  au  Japon.  Dans  les  pays à  faible  protection  sociale  comme  la  Chine,  les  ménages  sont  contraints  d’épargner fortement,  jusqu’à  40  %  de  leur  revenu,  pour  faire  face  aux  éventuelles  dépenses.  Cette épargne  élevée  pèse  par  ricochet  sur  la  consommation.  

Le  vieillissement  des  populations  est  un  phénomène  mondial  qui  a  déjà  commencé  à  se faire  ressentir  comme  le  prouve  la  crise  sanitaire.  Au-delà  des  aspects  économiques,  le vieillissement  soulève  des  questions  sociologiques  et  politiques  parmi  lesquelles  figurent la  répartition  des  charges  entre  les  générations  et  l’adaptation  de  la  société  (travail, équipements  collectifs,  etc.).  Si  dans  le  passé,  une  part  non  négligeable  des  coûts  liés au  vieillissement  était  prise  en  charge  par  les  familles  (obligation  légale),  avec  la  montée de  l’individualisme,  la  déstructuration  des  familles,  la  mutualisation  et  socialisation  de ceux-ci  devrait  se  poursuivre.  Il  est  imaginable  qu’une  mobilisation  plus  importante  du patrimoine  soit  demandée  à  ceux  qui  en  sont  pourvus  afin  d’alléger  la  facture  sur  les actifs.

Face  à  la  problématique  de  l’augmentation  des  dépenses  de  retraite,  le  report  de l’âge  de  départ  à  la  retraite  est  apparu  comme  la  solution  la  plus  efficace,  bien  que  difficile à  adopter.  Or,  ce  report  n’est  pas  sans  limite.  Le  vieillissement  de  la  population  active entraîne  une  augmentation  des  dépenses  de  santé,  d’invalidité  voire  de  chômage.  Il  peut provoquer  un  transfert  de  charges  entre  les  régimes  de  la  Sécurité  sociale.  Il  suppose  en outre  une  adaptation  du  monde  professionnel  afin  de  garantir  un  taux  d’emploi  élevé  au-delà  de  50  ans.

Laisser un commentaire