Turquie : les professeurs français privés de cours

Turquie : les professeurs français privés de cours

Le lycée de Galatasaray (Galatasaray Lisesi, en turc), anciennement École impériale Mekteb-i Sultani, est un lycée situé à Istanbul. C’est le lycée le plus connu et le plus réputé de Turquie et c’est également le seul lycée public francophone. Toutes les matières scientifiques sont dispensées en français (la plupart du temps) par des professeurs français, tandis que les autres matières sont dispensées en turc par des professeurs turcs.

 Symbole de la coopération franco-turque

Fondé au XVIème siècle, il a été réinventé en 1924 après la révolution laïque. L’établissement, dorénavant appelé Lycée de Galatasaray, dispense un enseignement en accord avec les principes de la République. L’obligation de parler français pendant les récréations est levée et les cours de culture générale sont donnés en turc.

En 1965, les premières filles sont acceptées dans le lycée et reçoivent les cours dans les bâtiments d’Ortaköy (Feriye Saraylar), alloués à Galatasaray par Atatürk au début des années trente. En 1968, à l’occasion des cérémonies marquant le centième anniversaire de la fondation du Lycée impérial, le général de Gaulle, alors président de la République française, visite le lycée.

En 1975, l’établissement entre dans la catégorie des lycées dits « anatoliens », avec un cycle complet d’enseignement de huit ans. Enfin, le 14 avril 1992, par le protocole signé entre François Mitterrand, président de la République Française, et Turgut Özal, huitième président de la République de Turquie, prend naissance l’Établissement d’enseignement intégré de Galatasaray ( E.E.I.G, en turc G.E.Ö.K), qui réunit l’école primaire, le lycée et l’université. En 1994, E.E.I.G est transformé en statut d’université mais le lycée reste le centre de l’établissement.

Tensions politiques avec Erdogan

Souvenez-vous en 2020, Recep Tayyip Erdogan s’était notamment interrogé sur la santé mentale d’Emmanuel Macron.

Depuis les corps diplomatiques des deux pays tentent de renouer les liens entre la France et la Turquie. Vieux alliés, depuis François I, les deux pays ont souvent eu des intérêts communs. C’est d’ailleurs le Sultan Ottoman de la Porte Sublime (ancien nom de l’empire turque) qui confia la protection des lieux saints chrétiens à la France.

Enfin, après des mois de tension, les présidents français, Emmanuel Macron, et turc, Recep Tayyip Erdogan, se sont rencontrés, lundi 14 juin, à Bruxelles dans « un climat apaisé », s’engageant à « travailler ensemble » sur la Libye et la Syrie, selon le chef de l’État français.

Les deux dirigeants ont également abordé le cas de Fabien Azoulay, un Français condamné à 16 ans de prison par la justice turque pour détention de stupéfiants en 2017. « Les conditions de son transfèrement rapide (vers la France) avancent », a indiqué Emmanuel Macron, en espérant que cette procédure aboutisse « dans les meilleurs délais ». Le chemin de la réconciliation semblait être pris mais…

L’éducation et la culture, un enjeu politique

Le Lycee de Galatasaray accueille les enfants de l’élite d’Istanbul. Et l’université connexe est aussi un centre d’excellence. Et cette semaine, le gouvernement turc a décidé de chasser les Français des salles de cours. Les autorités refusent, désormais, de délivrer ou de renouveler les permis de travail de ceux qui ne maîtrisent pas la langue turque. Des enseignants français et turcs s’inquiètent des conséquences d’une décision considérée comme politique avant tout. Cela ressemble à une mesure de rétorsions alors que la France a décidé de se passer des services de l’Education turque pour enseigner cette langue en France. En effet, les cours, selon les inspecteurs français, se transformaient en leçons de propagande pro Erdogan.

L’influence d’une nation ne se joue pas que sur le terrain militaire ou économique mais aussi sur celui de la Culture et des valeurs qu’elle véhicule. La Turquie semble tourner le dos à la civilisation occidentale et aux valeurs de la République qui pourtant furent au coeur de la création de la Turquie moderne par Kemal Atatürk.

Laisser un commentaire