Tensions entre le Royaume-uni et la France autour d'Omicron ! Ce qu'en pensent les expats...

Tensions entre le Royaume-uni et la France autour d'Omicron ! Ce qu'en pensent les expats...

Actuellement, le Royaume-Uni fait face à un tsunami de cas liés au variant Omicron, qu’il tente d’endiguer par une campagne de rappel vaccinal sans précédent. C’est pourquoi la France envisage de durcir les restrictions pour les personnes en provenance du Royaume-Uni, selon le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

Gabriel Attal a déclaré mardi 14 décembre à France Info Radio qu’il pourrait renforcer les règles actuelles. Dans ce cas-là, les voyageurs en provenance du Royaume-Uni seraient obligés de présenter un test négatif de moins de 48 h.

« Nous cherchons toujours des moyens de resserrer le cadre, nous y travaillons actuellement et nous devrions, je pense, parvenir à une conclusion dans les prochains jours. »

Gabriel Attal
Gabriel Attal lors d’un point presse en tant que porte-parole du gouvernement

Cependant les restrictions potentielles n’ont pas été spécifiées par Gabriel Attal, mais les commentaires reflètent les inquiétudes croissantes de la France face à la flambée des cas de Covid-19. Actuellement une cinquième vague de cas Delta déferle sur le pays. En sus, elle est désormais confrontée à l’émergence du variant Omicron, plus récent et plus contagieux. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le variant Omicron se diffuse à un à rythme que nous n’avons jamais vu avec aucun autre variant. C’est pour cela que l’OMS incite à utiliser tous les outils anti-Covid pour éviter que les systèmes de santé ne soient rapidement submergés à l’approche des fêtes de fin d’année.

Aujourd’hui la France a signalé 133 cas d’Omicron. Et au Royaume-Uni, Omicron s’est déjà propagé à travers tout le pays. Bientôt, ce variant deviendra la souche dominante de cet hiver. Jusqu’à présent, le Royaume-Uni a officiellement signalé 4 713 cas, mais l’Agence britannique de sécurité sanitaire estime que 200 000 personnes par jour sont désormais infectées par Omicron.

Mais la déclaration de Gabriel Attal fait également suite à la montée des tensions entre la France et le Royaume-Uni. Car au cours des 12 derniers mois, des tensions franco-britanniques sont intervenues sur des désaccords concernant l’efficacité du vaccin Astrazeneca, le protocole nord-irlandais, les droits de pêche, l’accord de défense d’Aukus et la façon de traiter l’arrivée des migrants et des réfugiés traversant la Manche.

Nous avons voulu interroger les expatriés sur leur ressenti à quelques jours des vacances de Noël et sur leurs inquiétudes. 

“On ressent les tensions franco-britanniques”

Pour Aurélien qui habite à Londres, c’est impossible d’avoir un « booster » (dose de rappel) pour l’instant, notre compatriote se retrouve bloqué, ne pouvant faire reconnaitre les doses de vaccin reçues en France.

“Je ne peux pas faire reconnaître ici mes vaccins faits à l’étranger (plusieurs posts sur les groupe FB parlent de ce sujet). Je trouve que hors Covid, les tensions franco-britanniques se font peu ressentir dans notre quotidien d’expat.”

Aurélien, Français de Londres

Par contre pour Holly, qui habite à Londres depuis 2013, et qui est résidente permanente (Settled Status), le ressenti est bien différent.

“Les tensions sont le résultat de la mésentente entre Emmanuel Macron et Boris Johnson. On dirait qu’ils se servent des mesures Covid comme armes diplomatiques. Ça devient pesant. Après je ne ressens pas de tension au quotidien avec les Britanniques. Je demande moi même la citoyenneté britannique donc rien n’a changé de ce côté-là. La tension n’est évidente qu’au sommet. L’idéal serait qu’ils allègent les mesures des deux côtés, par exemple un test PCR avant le départ et c’est tout. “Pour être honnête, je comprends la réaction de Boris Johnson, car la France fait de la propagande permanente concernant le Brexit. Mes amis me demandent souvent si je trouve à manger ? Alors que rien n’a changé pour moi.”

Holly, Français détenant la résidence permanente

“On a peur pour les changements des règles.”

Olivier Boudard, un expatrié spécialisé dans le traitement des datas pour le monde de la finance, pense que les modifications constantes des mesures lèsent les voyageurs et les expatriés en particulier.

“J’ai bien peur qu’une fois encore nous ne soyons lésés par les changements constants de règles comme cela a été le cas l’été dernier. Gabriel Attal vient d’annoncer que de nouvelles mesures seraient communiquées dans les prochains jours pour les voyageurs venant du Royaume-Uni.” 

Olivier Boudard

“Les gouvernements doivent imposer des règles, mais ça nous gâche la vie”

Séverine, de Brighton, estime que les gouvernements doivent faire quelque chose face à la Covid sinon ils vont se faire lyncher. 

“Du coup, ils nous imposent de plus en plus de règles selon les courbes Covid en cours dans le monde entier. Je trouve ça normal ? 

“Du coup, ils nous imposent de plus en plus de règles selon les courbes Covid en cours dans le monde entier. Je trouve ça normal ? Je suis certaine que toutes ces règles ne s’appliquent pas à certains politiciens. Mais c’est comme ça, ça l’a toujours été, nous ne pouvons pas changer les pratiques politiques ancestrales. Évidemment, nous, ça nous pourrit nos vies. Cependant, par respect pour tous ceux qui sont morts de la Covid, je pense que nous devrions tous nous aligner aux règles et être reconnaissants d’être encore vivants aujourd’hui. Enfin moi, je vois ça comme ça.”

Séverine, Française installée à Brighton

Nous saurons dans les prochains jours si la France décide d’imposer de nouvelles restrictions aux voyageurs venant du Royaume-Uni, ce qui risque d’exacerber encore une fois les tensions. 

Cependant, sur le front médical, de nouvelles prometteuses sont venues du géant pharmaceutique Pfizer. En effet, il a confirmé que sa pilule anti-Covid réduisait de près de 90 % les hospitalisations et décès chez les personnes à risques lorsque la prise se faisait dans les premiers jours après l’apparition des symptômes. Et une étude réalisée en Afrique du Sud a par ailleurs estimé que le vaccin de Pfizer était globalement moins efficace contre le variant Omicron, mais protégeait toujours à 70 % contre les cas graves de la maladie.

Une lueur d’espoir face au raz-de-marée Omicron !

Car l’année dernière avec la Covid-19 nous savions que Noël n’allait pas être joyeux, mais cette année c’est la loterie ! Espérons quand même que les expats puissent trouver une solution afin de rentrer en France pour les fêtes de Noël.  À la nouvelle année, les tensions électriques entre les deux pays devraient continuer avec la guerre sur les licences de pêche et bien d’autres sujets qui fâchent. 

Auteur

Laisser un commentaire