Qu’est-ce qui pourrait enrayer la reprise économique ?

Qu’est-ce qui pourrait enrayer la reprise économique ?

La  reprise  économique  est  réelle.  Elle  surprend  même  par  sa  vigueur.  Le  maintien  du pouvoir  d’achat  des  ménages,  le  niveau  élevé  des  trésoreries  des  entreprises  et  le déploiement  des  plans  de  relance  favorisent  le  retour  de  la  croissance.  Si  le  contexte  en cette  fin  d’année  est  porteur,  plusieurs  facteurs  pourraient  cependant  provoquer  un déraillement  de  la  croissance  en  2022  ou  en  2023.  

Une  croissance  vive  jusqu’en  2022

Les  différents  instituts  de  conjoncture  économique  parient  sur  le  maintien  à  un  haut niveau  de  l’activité  jusqu’en  2022,  permettant  aux  différents  États  membres  de  l’OCDE d’effacer  la  contraction  du  deuxième  trimestre  2020. Les  indices  économiques  sont  à  des  niveaux  très  élevés,  signe que  les  dirigeants  d’entreprises  croient  en  une  forte  reprise.  Cet  optimisme  est  fondé  sur une restauration  rapide  des  profits.  Après  avoir  baissé  de  plus  de  10  %  au  sein  de  l’OCDE au  cours  de  l’année  2020,  ils  ont  retrouvé  au  premier  semestre  2021  leur  niveau  d’avant crise. 

Le  maintien  de  taux  d’intérêt  extrêmement  faibles  contribue  à  la  profitabilité  des entreprises.  Le  taux  d’intérêt  des  obligations  d’État  de  l’OCDE  ne  dépassait  pas  0,5  %  à la  fin  du  mois  de  juin  dernier.  Les  plans  de  relance  qui  se  chiffrent  en  milliers  de  milliards de  dollars  conduisent  à  une  hausse  de  la  demande.  La  croissance  pourrait  être  soutenue dans  les  prochains  mois  par  le  déblocage  d’une  partie  de  l’épargne  «  covid  »  dont  le montant  au  niveau  de  l’OCDE  dépasserait  1  000  milliards  de  dollars.  

Quatre  facteurs  pourraient  contrarier  ce  mouvement  de  croissance :

– La  hausse  des  prix  des  matières  premières  et  des  coûts  des  consommations intermédiaires  ;

–  Les difficultés  de  recrutement  des  entreprises ;

–  Le ralentissement  de  la  croissance  chinoise ;

–  La réduction  des  déficits  publics.

La  hausse  des  matières  premières,  de  l’énergie  et  des  biens  intermédiaires

Alimentée  par  les  plans  de  relance,  la  reprise  économique  mondiale  a  conduit  à  une  forte hausse  des  prix  des  matières  premières  et  de  l’énergie,  des  prix  des  semi-conducteurs ainsi  que  du  coût  du  transport  maritime.  Le  prix  des  métaux  précieux  et  des  matières premières  agricoles  était,  au  mois  de  juillet  2021,  à  un  niveau  inconnu  depuis  dix  ans. L’indice  du  coût  du  fret  a  été  multiplié  par  plus  de  deux  par  rapport  à  la  fin  2019,  celui  des semi-conducteurs  par  trois.  

Les  entreprises  sont  confrontées  à  la  fois  à  des  hausses  de  prix  et  à  des  difficultés d’approvisionnement  (semi-conducteurs,  matériaux  de  construction,  etc.).  Si  cela  peut provoquer  des  fermetures  temporaires  d’usines  et  reporter  certains  travaux,  ces difficultés  n’ont  pas  eu,  pour  le  moment,  d’effet  majeur  sur  l’activité  et  ne  remettent  pas en  cause  les  perspectives  de  croissance  et  les  profits  des  entreprises.

L’augmentation  des  difficultés  de  recrutement  des  entreprises  

Les  entreprises  aux  États-Unis  comme  en  Europe  rencontrent  des  difficultés  croissantes de  recrutement.  Plus  de  la  moitié  des  entreprises  américaines  sont  dans  cette  situation.

En  France,  le  taux  atteint  15  %  avec  une  pointe  à  40  %  pour  le  bâtiment.  Les  difficultés de  recrutement  sont  liées  à  une  inadéquation  croissante  de  l’offre  et  de  la  demande  sur le  marché  de  l’emploi.  Les  compétences  de  la  population  active  sont  de  plus  en  plus décalées  par  rapport  aux  besoins  des  entreprises.  Les  salariés  rejettent  de  plus  en  plus les  emplois  pénibles,  notamment  ceux  aux  horaires  atypiques,  ainsi  que  les  emplois  mal payés  dans  les  services.  Par  ailleurs,  le  nombre  d’ingénieurs  et  d’informaticiens  est insuffisant  pour  répondre  à  la  demande. 

Si  les  créations  d’emploi  sont  importantes  depuis le  deuxième  trimestre  2020,  elles  sont  loin  d’avoir  permis  de  retrouver  le  taux  d’emploi d’avant-crise.  Il  y  a  toujours  un  important  déficit  d’emplois  aux  États-Unis  comme  en Europe.

Le  ralentissement  de  la  croissance  chinoise

Après  avoir  bénéficié  de  l’arrêt  du  monde  en  2020,  la  Chine  pourrait  connaître  une  phase de  ralentissement  de  son  activité.  Celui-ci  serait  occasionné  par  des  facteurs conjoncturels  et  structurels.  Le  niveau  d’endettement  des  collectivités  locales  chinoises pourrait  peser  sur  la  commande  publique.  Le  secteur  immobilier  pourrait  subir  un  net refroidissement  du  fait  des  pratiques  de  financement. En  outre,  la Chine  est  confrontée  à  un  rapide  vieillissement  démographique. La  faiblesse  de  la couverture  retraite  conduit  les  actifs  à  épargner  de  manière  de  plus  en  plus  importante, ce  qui  pèse  sur  la  consommation. 

La  population  active  en  Chine  décroit  depuis  2018,  ce qui  nécessite  la  réalisation  d’importants  gains  de  productivité  avec  une  robotisation  des chaînes  de  production.  Les  dépenses  publiques  de  retraite  sont  inférieures  à  8  %  du  PIB, contre  14  %  en  France.  Les  gains  de  productivité  tendent  à  s’amoindrir  en  Chine  avec  la fin  du  rattrapage  économique,  ce qui  induit  automatiquement une  baisse  de  la  croissance. Le  Président  Xi  Jinping  entend  renforcer  le  contrôle  de  l’État  sur  les  grandes  entreprises chinoises,  notamment  celles  intervenant  dans  le  domaine  de  la  haute  technologie  et  dans le  secteur  de  l’information.  Cette  politique  pourrait  ralentir  les  investissements  et l’innovation.  

La réduction des déficits publics.

La  demande  mondiale  devrait  connaître  une  moindre  croissance  à  compter  de  2022  en raison  de  la  diminution  des  déficits  publics.  Aux  États-Unis,  le  déficit  public  est  censé passer  de  15  à  8  %  du  PIB  de  2021  à  2022.  Pour  la  France,  les  ratios  respectifs  sont  9 et  6  %. Pour l’ensemble  des pays de l’OCDE,  le  déficit  public  devrait  se  réduire  de  moitié.   En  l’absence  de  gains  de  productivité,  la  croissance  de  l’économie  mondiale  pourrait trouver  ses  limites  en  2023. 

La  transition  énergétique  si  elle  favorise  l’investissement, génère  des  surcoûts  immédiats.  La  substitution  des  énergies  renouvelables  aux  énergies carbonées  ne s’effectue  pas au nom d’une rentabilité  immédiate mais au nom d’impératifs environnementaux  de  moyen  et  long  terme.  Le  défi  réside  donc  dans  la  nécessité  de trouver  des  solutions  techniques  pour  améliorer  l’efficience  économique  de  l’économie décarbonée. 

L’économie  mondiale  reste  soutenue  par  des  politiques  monétaires expansionnistes  qui  doivent  logiquement  arriver  à  leur  terme  entre  2022  et  2023.  La hausse  des  taux  d’intérêt,  que  l’arrêt  des  rachats  des  obligations  pourrait  provoquer, pèsera  sur  la  croissance.  Néanmoins,  ces  politiques  ont  pour  conséquence  la  hausse  de la  valeur  des  actifs  (immobilier  et  actions),  hausse  en  partie  déconnectée  de  la  création de  richesses. 

En  douze  ans,  le  prix  des  logements  a  augmenté  de  plus  de  60  %  au  sein de  l’OCDE  et  les  indices  boursiers  de  plus  de  200  %.

Laisser un commentaire