Lycée français de Dubaï, une gestion pas si vertueuse

Lycée français de Dubaï, une gestion pas si vertueuse

Suite à notre article du 16 janvier sur la volonté des parents d’élèves de reprendre la main sur la gestion du Lycée français international Georges Pompidou (LFIGP) à Dubaï, nous avons reçu de nouveaux éléments qui remettent en cause la version officielle de l’AEFE et du poste diplomatique. A la lecture de l’audit qui nous a été transmis, il se révèle une gestion pas si vertueuse depuis 2018.

Opacité des comptes

A travers de nombreux échanges, tout au long de l’année 2022, entre le président du Comité de gestion, Omar Germouni, et Bruno Asselin, proviseur du LFIGP, qui nous ont été communiqués, suite à la publication de notre article, une autre vision du conflit qui oppose parents d’élèves et AEFE se dégage.

Lycée français de Dubaï
Lycée français de Dubaï

Un audit dévoile des dérapages

Depuis l’avenant de 2018 qui confie la direction administrative et financière de l’établissement scolaire à l’AEFE, les dérapages, à l’opposé du discours officiel de l’Agence, se sont multipliés comme le révèle un audit commandé par le comité de gestion et dont nous avons eu connaissance.

Absence de contrats pour certaines prestations, prélèvement des frais liés à l’AEFE en augmentation sans mise en conformité légale, prise en charge de frais liés aux professeurs résidents et refacturés aux parents, les dérapages sont nombreux selon le cabinet dubaïote mandaté.

Extrait de l’audit commandé par le Comité de Gestion

Une dette accumulée auprès de l’AEFE

En plus des points mis en avant par l’audit et qui alourdira forcément, encore, les frais de scolarité, Bruno Asselin, le proviseur du LFIGP, dans un courrier adressé au président du comité de gestion, s’inquiète de la dette accumulée auprès de l’AEFE. Plus de 4 millions d’euros seraient dus à l’agence nationale.

Extrait de la lettre envoyée par le proviseur au président du comité de gestion

Une situation que ne peut expliquer la nouvelle directrice financière et administrative, Mme Sermanson, celle-ci a été empêchée d’occuper son poste suite à des problèmes de visa. Mais au-delà de ce problème administratif, les relations entre cette dernière et les parents d’élèves s’annoncent tendus. Les premiers contacts ayant été marqués par de nombreuses tensions, au point que le comité de gestion aurait demandé son remplacement afin de pouvoir assurer une bonne collaboration entre les deux entités en charge du Lycée français international Georges Pompidou.

Pression sur le comité de gestion

L’organisation actuelle, encadrée par le statut d’établissement conventionné, amendé en 2018, est donc au coeur du conflit alors que ladite convention, déjà expirée depuis 2021, doit être rapidement renouvelée.

Parmi les exigences du comité de gestion, il y a la volonté, justement, de valider les nominations parmi le personnel administratif. Un casus belli pour l’AEFE comme l’a signalé dans son courrier confidentiel, le proviseur au président du comité de gestion. En effet, Bruno Asselin lie le conventionnement de l’établissement au maintien à son poste de la nouvelle directrice financière et administrative. La situation personnelle de Mme Sermanson conditionnerait donc l’avenir des jeunes Français dont les parents se sont expatriés dans l’émirat.

Extrait de la lettre envoyée par le proviseur au président du comité de gestion

Des menaces et des interventions qui ne sont donc pas favorables à l’instauration d’un climat apaisé pourtant indispensable à la renégociation de la convention qui lie l’AEFE et l’Association des parents d’élèves du Lycée français international Georges Pompidou. Il faudra pourtant trouver une solution, à défaut, ce sont nos jeunes compatriotes installés sur place qui en seraient victimes. Un déconventionnement entraînerait au minimum une augmentation des frais scolaires de 1500€ par an et par élève.

Auteur

  • Eric Victorien

    Américain par accident (sa mère accoucha de façon prématurée lors d'un voyage professionnel), Eric Victorien décida d'aller rejoindre ce pays qu'il ne connaissait pas à sa majorité. Il participa même à des émissions de télé-réalité. Aujourd'hui, il anime un programme radio à Los Angeles et est correspondant du site Lesfrancais.press.

Laisser un commentaire