L’Europe décroche, la Francophonie aussi

L’Europe décroche, la Francophonie aussi

Nous vivons un moment à part. Les années qui viennent seront décisives pour les siècles à venir. Les lignes de fracture qui déchirent le monde ancien dessinent aussi le nouveau, pour longtemps. Emergent les Etats-Unis, la Chine, l’Inde, on ne voit toujours pas l’Europe. 

Elle est pourtant l’ensemble le mieux doté, le plus riche, le plus paisible : dans le « classement du bonheur » édité par l’ONU[1], le dix premières places sont occupés par des pays européens. La France est 20ème, derrière Taiwan, le Royaume-Uni et la Belgique. Les Etats-Unis sont 14ème.

L’Europe n’a pas de vision du monde 

Pourtant sur la scène du monde, l’Europe décroche. Tandis que les Etats-Unis auront bientôt vacciné 100 millions d’Américains, les Européens accumulent les désordres et les retards. Le feuilleton sur l’Astrazeneca en est le symptôme. Sans importance ? La reprise qui s’enclenche sur les marchés mondiaux sera une reprise en K : les uns suivent la pente du haut, les autres celle du bas. La Chine est repartie, les Américains  suivent, à une allure impressionnante, d’une part avec les vaccins, d’autre part avec le plan de relance de Biden. L’Europe, elle, tarde en tout. Vaccination et relance. Mécaniquement, certains surmonteront la crise, d’autres plongeront, les divisions vont s’accentuer. Ce n’est que la conséquence d’un fait fondamental : L’Europe n’est pas encore unie. Et pour une cause tout aussi fondamentale : L’Europe n’a pas de vision du monde. Le sentiment d’un destin commun vient aussi avec des ambitions communes. 

La Chine a sa vison du monde, elle projette ses ambitions et mobilise des moyens pour les financer, y compris à l’étranger. Les Etats-Unis ont une politique, parfois erratique, mais construite, avec des alliés, des intérêts, des moyens financiers et militaires. L’Europe, elle, passe son temps à s’ausculter. Vis-à-vis de la Chine, de la Russie, du Moyen-Orient, de la Méditerranée, de l’Afrique, l’Europe n’a, en fait pas de politique. Elle répète des principes comme si cela définissait une stratégie. Se retrouver pour rappeler l’importance  des « droits de l’homme »  est insuffisant. L’Afrique, le Moyen-Orient, l’Asie centrale, l’Inde, l’Amérique latine oscillent entre les Etats-Unis, la Russie, la Chine. L’Europe ne fait pas partie de leurs options.  Elle existe avec un peu d’argent, des bonnes paroles, quelques leçons de gouvernance, et puis voilà.

A Bruxelles, on parle anglais 

Preuve de cette absence de politique, de « pensée » originale: à Bruxelles, on parle anglais, même s’il n’y a plus d’anglais. Surtout en politique étrangère. A Strasbourg aussi. La soumission est dans la tête. La langue, c’est la description du monde.

La semaine dernière, on a fêté la Francophonie. Et d’afficher la progression du nombre de locuteurs, et de couper les rubans, et de s’enorgueillir de ce constat : partout dans le monde, des millions de personnes voient dans l’usage du français une ouverture qui enrichit, qui provoque, qui libère, qui permet de penser différemment. Et pourtant, la Francophonie comme organisation politique, est elle aussi un échec. Elle n’est pas devenue ce qu’elle aurait du, ce qu’elle devrait être.

Des millions de locuteurs, un échec politique 

Malgré la déclaration de Bamako, qui visait à adopter pour tous ceux qui ont le « français en partage »  une même vision politique, fondée à la fois sur les droits de l’homme et le développement, il n’y a pas d’unité ni de concertation suffisante entre les pays francophones sur les questions actuelles du monde. La Francophonie ne parle pas. 

Sahel, Liban, Méditerranée, Chine, la Russie, les Etats-Unis, migrations, terrorisme, armes, écologie, au delà des discours convenus, malgré les urgences, les menaces,  hormis la langue, aucune politique commune n’est proposée, voire désirée. Là encore, les droits de l’homme ne suffisent pas à faire une politique, surtout quand ils sont si peu respectés dans les pays en question.

La Francophonie aphone 

C’est une erreur pour les pays concernés, qui y gagneraient en force et en indépendance. C’est une indifférence stupide pour l’Europe qui y trouverait un prolongement naturel de son action et une façon de prévenir bien des problèmes. Encore faudrait-il oser une action, oser définir les problèmes, avec de vrais mots, une véritable prospective. 

L’Europe absente, la Francophonie aphone, qui marquera les lignes de force du monde de demain et d’après demain ? 

Il faut une affirmation d’indépendance européenne. Elle ne peut se faire qu’avec la France et l’Allemagne. La Francophonie en est un élément. Il ne s’agit pas de faire du français « la » langue de l’Europe, ce qu’elle fut, mais qu’elle soit au moins promue au même titre que l’anglais. Parce qu’il vaut mieux, pour l’Europe, le français que l’américain.

Indépendance européenne 

Que l’Europe ignore la Francophonie est un crime contre les Européens. Que la Francophonie se taise et soit incapable de montrer son utilité, son envergure géopolitique en est un autre. L’Europe décroche, la Francophonie aussi, mais ce n’est pas un hasard.  

Créer une solidarité active dans la Francophonie pourrait s’appuyer sur l’Europe et renforcerait celle-ci sur la carte du monde, l’obligerait à penser le monde. Faut-il apprendre les interactions du yin et du yang dans le Yiking pour le comprendre ? Il sera trop tard. C’est maintenant que le monde change de bases.

Laurent Dominati

A. Ambassadeur de France

A. Député de Paris


[1]  Le « World Happiness Report » est une étude basée sur des sondages dans tous les pays du monde et une série de critères. Dans les dix premiers figurent l’Islande, la Suisse et la Norvège, qui ne sont pas membres de l’Union Européenne stricto sensu. 

Laisser un commentaire