Les Français rendent hommage à la Reine

Les Français rendent hommage à la Reine

Ce lundi 12 septembre, presque trois jours après le décès de la Reine Elizabeth II, il y a toujours beaucoup de monde dans les rues de Londres alors que l’actualité se passe en Écosse.
Il faut presque deux heures pour accéder à Buckingham Palace pour déposer des fleurs à Green Park. Les gens veulent tenter d’apercevoir pour l’acclamer le nouveau roi Roi Charles III qui se déplace en voiture de Clarence House à Buckingham Palace.

En parallèle, le corps d’Elizabeth II va être exposé au public en la cathédrale Saint-Gilles d’Edimbourg pendant 24 heures avant de rejoindre Londres.
Nous avons voulu interviewer les Français du Royaume-Uni pour connaitre leur état d’esprit.

Dès jeudi soir à Londres (jour du décès de la Reine), près de Buckingham Palace, le Mall, la place devant le mémorial de la Reine Victoria et les rues aux alentours ont été rendues piétonnes. Il y avait des touristes et beaucoup de Britanniques arrivant avec des bouquets de fleurs pour rendre hommage à leur Reine pendant 70 ans. L’ambiance était chaleureuse et des personnes chantaient des chants et scandaient même « Vive le Roi ! » Parmi eux, de nombreux Français, bi-nationaux ou non.

Beaucoup de jeunes dans la foule

Dans la place devant Buckingham Palace se trouvait, quelques heures après l’annonce, une jeune fille, Inès, venue rendre hommage à la Reine Elizabeth II. “Après qu’on a su que la Reine était morte, on est tous venus voir ce qui s’est passé et voir la réaction des gens, déposer des bouquets de fleurs aussi. Moi et ma famille on est tous nés sous le règne de la Reine. D’avoir quelqu’un qui n’est plus là est assez bouleversant je trouve.”

Le Jubilé, une communion partagée par tous

Au fil des déambulations dans les rues de la capitale britannique, la plupart des personnes se remémorent le Jubilé de juin. Christophe partage avec nous son souvenir :

“Après 27 ans passés en Angleterre, je pense il est important de montrer notre respect lors du départ de la Reine qui va laisser à mon avis un grand vide. Le Jubilé nous a tous ravis où nous étions au même endroit pour la soutenir et la soutenir aussi suite au décès de son mari. Elle est aujourd’hui partie le rejoindre.”

“J’ai rencontré la Reine en 2014”

Autre Français, Jean-Pascal Sibiet, qui nous a déclaré que “la Reine faisait partie des institutions depuis l’après guerre et de notre histoire (Reconstruction, Churchill, Union européenne, Concorde, Eurostar, Indiref et finalement Brexit). Je ne l’ai rencontrée que lors de la Visite d’Etat en 2014, à l’invitation de Lord and Lady Ricketts (ancien Ambassadeur de la Grande-Bretagne en France), une présence ionisante. »

Beaucoup de Français semblent porter une affection à la défunte Reine, un sentiment très paradoxale en République. Les Français aiment probablement beaucoup le symbole d’une monarchie constitutionnelle qui n’a jamais été possible en France. La question est de savoir si cette affection va se reporter sur Charles III.

30 heures d’attente

Toujours sur le Mall mais quelques jours après, Miguel nous a confié que c’était important de suivre la proclamation du Roi.

« C’est un moment important pour l’Europe et tous les pays qui constituent son unité. J’ai bien aimé la partie qui montrait l’amour dont le peuple avait pour sa Reine. C’était une Reine proche de son peuple. Durant son règne elle montrait des qualités de bonne régente qui a pris le temps de parler et d’être avec son peuple tout en suivant ses traditions.« 

Du coté des autorités, on prévoit jusqu’à 30 heures d’attente pour voir le cercueil d’ Elizabeth II, exposé au Westminster Hall à Londres à partir de ce mercredi. De nombreux Français ont prévu de faire le déplacement.

Une inquiétude subsiste en ces temps troubles, ainsi tant les Britanniques que les Français du Royaume-Uni espèrent que Charles III sera un bon roi. On se souvient de la visite de Emmanuel Macron à Londres le 18 juin 2020, Charles avait fait un très bon discours dans un excellent français, une langue que maîtrisait à la perfection sa mère.

Auteur

Laisser un commentaire