Les Français de l'étranger mobilisés contre la réforme des retraites

Les Français de l'étranger mobilisés contre la réforme des retraites

La CGT a annoncé 2 000 000 de manifestants mobilisés contre la réforme des retraites en France ce jeudi. Pour rappel, lors de la mobilisation du 5 décembre 2019, le syndicat avait décompté 250.000 personnes. Cette mobilisation, on la retrouve chez les Français de l’étranger dépendant du système public français. Professeurs, personnels administratifs, diplomates, ils furent nombreux à « débrayer » ce jeudi 19 janvier. Des chiffres qui permettent aux syndicats de préparer sereinement les prochains jours de mobilisation.

Manifestation en France contre la réforme des retraites - jeudi 19 janvier 2022 - ©AFP
Manifestation en France contre la réforme des retraites – jeudi 19 janvier 2022 – ©AFP

Consulats et ambassades fermées

Vous aviez rendez-vous aujourd’hui au consulat ? Il y a de fortes chances qu’il fût annulé. Aux quatre coins de la planète, les délégations consulaires ou diplomatiques étaient fermées au public.

Une situation peu conforme aux usages de la profession, qui est souvent discrète. Mais le gouvernement, après avoir voulu réformer le statut de diplomate en juin 2022, ne bénéficie pas de la bienveillance du personnel diplomatique qui s’oppose à l’allongement de la durée de cotisation comme au report de l’âge légal.

Les organisations syndicales devraient appeler leurs membres à poursuivre le mouvement lors des prochaines journées de mobilisation prévues dès la fin de semaine prochaine.

A l’AEFE, une forte mobilisation mondiale

Que ce soit à Pékin, où 55% des contrats locaux étaient en grève et 64% des détachés, ou en Grèce avec 82% des résidents qui ont participé au mouvement, ou en Colombie où tous les employés, locaux ou détachés, étaient en grève, l’opposition à la réforme des retraites est importante comme nous le confirme, Jérôme Nassoy, du SNES-FSU hors de France.

« Nous sommes satisfaits de cette première journée. Il y aura des suites rapides vu le succès de la mobilisation. Nous suivrons les consignes de l’intersyndicale. La mobilisation fut générale comme à Dakar où le personnel de vie scolaire s’est joint au mouvement » 

Jérôme Nassoy, du SNES-FSU hors de France

Des mobilisations qui ne laissent planer aucun doute sur la poursuite du mouvement. L’intersyndicale de l’AEFE devrait s’aligner sur les prises de positions nationales.

« On suit totalement l’appel national, on veut le retrait de la réforme. En plus du report de l’âge, on combat le report de l’augmentation du nombre d’années de cotisation, ce qui est impacte fortement les enseignants qui font des études. Avec 43 années, de nombreux professeurs devront travailler à 67 ans. »

Jérôme Nassoy, du SNES-FSU hors de France

Si les professeurs, mais pas que, se mobilisent autant, c’est qu’ils sont frappés par une double sanction. En effet, depuis 2017, le nombre de fonctionnaires détachés dans les établissements français ne cesse de chuter au profit d’un recrutement des mêmes personnes sous contrat local. Mais sous ce statut, les personnes concernées ne cotisent plus au système de retraite. L’allongement de la durée de cotisation, combinée aux longues études non-comptabilisées dans les trimestres, pousseront donc les enseignants à travailler bien au delà des 64 ans annoncés.

« En plus pour les Français de l’étranger, il faut rappeler que de nombreux professeurs sont en contrat local, donc en disponibilité de la fonction publique, suite aux coupes budgétaires depuis 2017, ainsi ils ne cotisent pas pour la retraite pendant leur mission. Là aussi l’augmentation du délais de cotisation obligatoire est impactant » 

Jérôme Nassoy, du SNES-FSU hors de France

Macron confiant

Emmanuel Macron est à Barcelone pour un sommet franco-espagnol ce jeudi. Interrogé sur la mobilisation contre la réforme des retraites, le chef de l’État a jugé « bon et légitime que toutes les opinions puissent s’exprimer ».

« Je fais confiance aux organisateurs pour que cette expression légitime de désaccord se fasse sans trop de désagréments pour nos compatriotes et sans débordements ni violences »

Emmanuel Macron à Barcelone

Sur place, il sera pourtant confronté aussi à la mobilisation. Les représentants des personnels du Lycée français de Barcelone ont décidé de boycotter la réception prévue dans leur établissement où le Président de la République ira à la rencontre de la communauté des Français de l’étranger. Il n’est pas à l’abri d’actions alors qu’à Barcelone, les taux de grévistes furent, là aussi, importants : 83% au primaire, 71% au secondaire.

Mobilisation au Lycée Français de Barcelone ce 19 janvier 2023

Auteur

Laisser un commentaire