Forte mobilisation à l'AEFE attendue ce jeudi

Forte mobilisation à l'AEFE attendue ce jeudi

Suite à l’annonce gouvernementale, toutes les organisations syndicales, en France, se sont immédiatement réunies pour construire une réponse commune de mobilisation interprofessionnelle. Celle-ci prendra la forme d’une première journée de grèves et de manifestations le 19 janvier 2023. Les syndicats du Ministère des Affaires étrangères pour la première fois ainsi que ceux des personnes de l’AEFE se joignent, naturellement au mouvement. les Français de l’étranger vont devoir composer ce jeudi 19 janvier entre les consulats fermés et les fermetures de classes dans les établissements scolaires, la mobilisation à l’AEFE s’annonçant importante. On peut s’attendre à un chiffre proche de la grève de novembre 2021.

S’il est facile de décaler une formalité prévue au consulat (même si vu les délais de prise de rendez-vous…), les parents des petits Français de l’étranger vont devoir s’organiser.

« Mesures brutales et injustes »

En effet, L’intersyndicale (SGEN de l’Etranger, SNEP-FSU Hors de France, SNES-fsu, SNUipp-FSU Hors de France et UNSA-Education Hors de France) appelle l’ensemble des personnels à se mobiliser contre la réforme des retraites.

Dans leur communiqué commun, les syndicats dénoncent des « mesures brutales et injustes contre nos retraites, dont l’application constituerait une immense régression des droits« . L’occasion pour nous de nous poser la question des implications de cette réforme pour les personnels des établissements scolaires à l’étranger.

Nous nous intéresserons à ceux qui dépendent encore du système français, soit les personnels expatriés ou résidents, qui continuent, donc, à cotiser au système de pension des fonctionnaires. Pour ceux en contrat local, ils peuvent aussi, sous option, choisir de cotiser au système français, souvent plus avantageux que le dispositif local s’il en existe un. La réforme des retraites concerne donc, finalement, une grande partie des salariés des établissements scolaires.

Le gouvernement désire rapprocher les modalités de fonctionnement de la retraite pour les fonctionnaires et les salariés du privé. Pas sur le calcul de la pension qui restera sur les six derniers mois, contre les 25 meilleures années dans le privé, mais sur l’âge de départ à la retraite. Le relèvement de deux ans et l’obligation plus rapide d’avoir cotisé 43 ans pour obtenir le taux plein concerneront bien les trois versants de la fonction publique (territoriale, hospitalière et d’État), donc aussi ceux attachés à l’AEFE ou au Ministère des Affaires étrangères.

©AFP

Conséquences dans les établissements

Depuis ce mardi 17 janvier, les parents d’élèves reçoivent des mails des établissements leur informant des conséquences du mouvement de grève. Si ces derniers invitent les parents d’élèves à garder les enfants à la maison, des dispositions ont été prises pour accueillir les enfants avec les professeurs s’ils sont présents ou dans les espaces communs sous la surveillance de personnel non gréviste.

Dans la plupart des cas, les activités péri-scolaires sont maintenues, comme la cantine et les transports scolaires. Le plus souvent, ces prestations sont assurées par des associations ou entreprises locales donc non concernées par les réformes en France.

Notre conseil, c’est de vous organiser, car les syndicats, comme en France, s’attendent à une forte mobilisation.

Auteur

  • Heloise Vinale

    Diplômée d'un double Bachelor en Journalisme Multi-Support option International. Passionnée par l'actualité internationale, les questions sociales, les sujets politiques, l'environnement et le journalisme d’investigation, Heloise Vinale travaille pour RTL à Bruxelles et est correspondante du site Lesfrancais.press

Laisser un commentaire