Les associations, premières victimes du Covid-19 chez les Français de l’Etranger

Les associations, premières victimes du Covid-19 chez les Français de l’Etranger

28 avril 2020 Non Par Fabien Ferasson

En cette période de confinement, les témoignages de solidarité se sont multipliés entre Français à l'étranger. Ils ont souvent été portés par les associations locales d'expatriés, pourtant le gouvernement a décidé de supprimer cette année la campagne de financement des projets locaux.

Que ce soit en Belgique où l'accueil des Français organise une aide directe à nos compatriotes en difficulté, aux USA où le Comité Tricolore se mobilise pour apporter soins et nourriture aux Français sans couverture sociale, ou en Asie avec des associations qui se sont mobilisées pour fournir soutien à la communauté mais aussi des masques à la France, ces structures fondées, dirigées et portées par les Français résidents hors de France ont été des actrices majeures du lien entre Français et incarnent souvent, sur place, la solidarité nationale.

Le Soutien au Tissu Associatif des Français de l'étranger(STAFE) , une enveloppe budgétaire pour soutenir les initiatives locales

Place et rôle que le Ministère des affaires étrangères semblait avoir accepté même encouragé en créant le STAFE. Qu'est ce donc que le STAFE ?  En juillet 2017, le gouvernement annonçait la fin de la réserve parlementaire, qui permettait aux députés et sénateurs d’accorder des subventions à des associations ou à des collectivités locales. Pour les français de l’étranger, il s’agissait d’aides aux associations, aux Lycées français et aux alliances françaises. Le montant alloué s’élevait alors à 3.34M d’euros. Une somme importante, voire vitale pour plusieurs projets. Alerté sur les dommages que pourrait causer la suppression de ces subventions, Jean Baptiste Lemoyne, secrétaire d’état aux Affaires étrangères, annonçait en 2018 la création d’un dispositif de soutien au tissu associatif des Français à l’étranger dénommé Stafe. Les projets sont présentés par les associations au Conseil Consulaire qui les fait une première sélection avant un comité national qui attribue les aides aux projets retenus.

Un report justifié par le Covid-19

Ce 28 avril, les consulats ont commencé à communiquer, auprès des élus, en annonçant le report de la campagne à 2021. En effet, le Ministère invoque la crise sanitaire qui met en péril  le déroulement de la campagne 2020 de candidatures au fonds de Soutien au tissu associatif des Français de l'étranger (STAFE).  Le communiqué du ministère précise que sur les 278 projets subventionnés par le STAFE l'année dernière, 237 (soit 85%) doivent s'exécuter dans des zones actuellement en confinement. Les crédits STAFE de l'année 2020, 1,92 M€, en chute de 45% par rapport à 2018, vont donc être réaffectés aux organismes locaux d’entraide et de solidarité  et des centres médicaux sociaux. Cependant, il n'y a aucune précision sur les organismes éventuellement bénéficiaires des fonds ou sur la méthode d'attribution, ni sur l'objet qui motiverait l'attribution, ni sur d'éventuelles obligations en échange de ces crédits.

Une décision sans concertation

La décision prise à Paris et relayée par les consulats a fait l'effet d'une bombe dans le milieu associatif.

"On est abandonné avec nos problèmes. Le seul choix offert c'est le retour" - Président d'une UFE africaine ayant préféré conservé l'anonymat.

La confiscation du budget, déjà fortement en baisse depuis le début du mandat d'Emmanuel Macron, est vécue comme un véritable abandon. Souvent seules sur le terrain pendant cette crise, les consulats se limitant à leurs interventions administratives, parfois abandonnées par leurs élus (certains députés brillent par leur absence en circonscription), elles fédèrent un élan de générosité de nos compatriotes et ont encore plus, en cette période si exceptionnelle ,besoin d'un soutien renforcé. Elles avaient fondé beaucoup d'espoir dans le plan promis par le Quai d'Orsay qui fond comme neige au soleil depuis 15 jours.