Le Portugal taxera les futurs retraités européens

La Portugal a attiré ces dernières années des milliers de retraités européens, attirés par le climat, le pays et … les exonérations d’impôt sur le revenu pour les nouveaux résidents. Dix ans d’exonérations avant de passer au régime d’imposition normal sur le revenu.

Décidée en 20009 après la crise financière, cette exonération a attiré des dizaines de milliers d’expatriés de toute l’Europe, notamment de France. Le pays en a profité, car ces retraités, qui ont un pouvoir d’achat relativement important, ont dépensé au Portugal et contribué à la relance économique.

« Les étrangers ayant le statut de Résident non habituel cessent d’être exonérés d’impôts et seront soumis à un statut d’imposition de 10% sur leurs revenus » - Projet de loi portugaise

Après un plan de sauvetage en 2011, et un prêt de 78 milliards d’euros de l’Union Européenne, le Portugal a surmonté la crise financière et est reparti vers une croissance économique et un budget excédentaire. La croissance dépasse 3% et le chômage est inférieur à  7%. Moins qu’en France.

Comme l’indiquait la French Radio Portugal dès le 18 janvier, hier, le Parti socialiste au pouvoir a décidé de mettre fin à cette exonération.

Un amendement à la loi de Finances 2020 a été déposé dans ce sens. « Les étrangers ayant le statut de Résident non habituel cessent d’être exonérés d’impôts et seront soumis à un statut d’imposition de 10% sur leurs revenus ». Cette mesure ne s’appliquerait qu’aux nouveaux arrivants.

Il y aurait aujourd’hui 30.000 retraités bénéficiant de cet avantage au Portugal, dont plus d’un tiers de Français. En tout, la communauté française serait forte de 50.000 expatriés. Elle fut animée depuis des mois par un débat en pro RNH et anti RNH. Un de nos compatriotes, Marc Lenot, prônait une taxation forfaitaire sur l’antenne de la French Radio, depuis le mois de septembre.. Il fût entendu !

Cette mesure ne doit s’appliquer qu’aux nouveaux arrivants, mais des modifications sont toujours possibles. Il s’agit vraisemblablement d’une nouvelle orientation. On remarque donc que le barème d’imposition n’est pas le barème habituel, puisqu’il s’agit bien d’une taxe forfaitaire de 10%.

Là aussi, les décisions peuvent être modifiées. Plusieurs pays européens avaient critiqué cette mesure d’exonérations (copiée par d’autres de façon diverse, comme l’Italie). Une normalisation qui est un changement de cap. A suivre.

 

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire