Le feuilleton de la Loi des finances

Le feuilleton de la Loi des finances

DROIT DE RÉPONSE DE M. CALVIGNAC PRESIDENT DE LA FEDERATION DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER IMPOSABLES EN FRANCE (Fdeif). IL REAGIT A LA TRIBUNE DU DEPUTE FREDERIC PETIT.

Cher Monsieur le député Petit.

Je comprends très bien que mon article sur le feuilleton de la loi des finances ait hérissé votre susceptibilité. Mais ce désagrément ne devrait pas vous autoriser à, de nouveau, raconter n’importe quoi.

À ce sujet, il me revient en mémoire un proverbe, que l’on dit africain, et qui dit: 
"si tu veux monter au cocotier assure toi d’avoir une culotte propre."

Dans votre réponse vous affirmez que mon article contient, je cite : "des accusations graves et infondées… des affirmations erronées… des insinuations odieuses et contraires aux évidences  et que : nul ne peut accuser sans preuves, alléguer sans citer ces sources."

Monsieur Petit je vous mets au défi de nous dire précisément quelles sont les informations de mon article qui sont fausses et celles où je ne donne pas la source.

Je vous rappelle que le point de départ de la rocambolesque histoire qui nous partage est tout simplement le fait que dans l’amendement I-1619 de septembre 2018 il est demandé que le caractère libératoire de la retenue à la source soit supprimé à compter de 2019, et pire sans le dire donc sur les revenus de 2018.

Un amendement rédigé par Anne Genetet

Cet amendement fût généré par votre collègue Mme Genetet qui devait à cette époque proposer des textes conformes aux recommandations  contenues dans son rapport remis au 1er Ministre le 11 septembre 2018. Or dans les  47 recommandations  sur la fiscalité de ce rapport il n'y a pas une seule ligne qui préconisait la suppression du caractère libératoire.  Me tromperais-je en disant que cet amendement fût signé par Mme Genetet et cosigné par tous les autres députés LREM des français de l’étranger ?

Au cours de ces derniers 24 mois toutes vos interventions, comme celles de Mme Genetet et d'autres de vos collègues de la majorité contiennent la justification de la suppression.

À titre d'exemple je cite, je dis bien je cite, votre intervention du 16 octobre 2019 dans l'hémicycle alors qu'il s'agissait de valider le moratoire: « Cette réforme nous la soutenons, cette réforme sert à sortir de l’aspect libératoire, car ce caractère libératoire est très injuste pour les très petites et petites retraites reçues de France ». 

Auriez vous l'outrecuidance de contester vos propres dires? Dans lesquels, un an après le début des turpitudes, vous continuez à confirmer que vous êtes pour la suppression du caractère libératoire et en osant le justifier par un ignoble mensonge au détriment des non-résidents les plus démunis et les plus vulnérables que sont les retraités et handicapés.

Non Monsieur Petit, le fait que vous soyez député ne vous autorise pas à me répondre fallacieusement.

Ce qui est le plus choquant c'est de voir qu'après 24 mois, Mme Genetet et vous même osiez reprendre à votre compte ce que Bercy a imposé, à savoir le retour aux anciens textes.  Sans vos bévues rien de tout  cela n'aurait eu lieu. Vous et votre collègue Mme Genetet  avez fait beaucoup de mal en inquiétant gravement les retraités et handicapés expatriés.

Et vous sortiriez grandi de ce feuilleton en disant simplement que ce fût une erreur. Mais en aurez vous le courage?

Jean Calvignac, Président de l’association Français de l'étranger imposables en France, retraités et handicapés (FdEif). 

Site internet : fdeif.org.

Groupe d’échange et de soutien : www.facebook.com/groups/FdEif

Laisser un commentaire

1 Comment

  1. Tout à fait. Ne laissons rien passer de cette bande de Lrem qui détruisent la France par leurs incompétences doublées d’une arrogance sans limite. Ont ils seulement consultés leur base électorale avant de proposer quoique ce soit en assemblée Nationale ?. La moindre des choses serait de faire ce qu’on leur dit de faire. C’est nous qui les payons de salaires et avantages mirobolands au regard de leurs initiatives désastreuses.

Laisser un commentaire