Le Dakar en Arabie, l’argent au dessus de tout ?

Sur le papier, c’est idyllique. Le Dakar se déroulera désormais dans un pays grand comme 3 fois la France, entièrement désertique, avec des paysages sublimes et des infrastructures impeccables.

Dans les faits, c’est plus problématique. Avec un accord avec les autorités nationales, les organisateurs du Dakar ont décidé de poser, pour 5 ans, leurs valises en Arabie Saoudite. Monarchie absolue de droit divin, l’Arabie est très régulièrement dénoncée par les organisations de défense des droits de l’homme.

« Étouffer toute contestation pacifique par le biais de peines de prison aberrantes reflète l’absence de volonté du gouvernement saoudien de mener de sérieuses réformes politiques et civiles »

« Étouffer toute contestation pacifique par le biais de peines de prison aberrantes reflète l’absence de volonté du gouvernement saoudien de mener de sérieuses réformes politiques et civiles » selon Michael Page, directeur adjoint de l’association Human Rights Watch.

Une volonté de MBS d’adoucir l’image du régime

L’Arabie Saoudite enferme et torture les homosexuels, décapite au sabre sur les places publiques les apostats, réduit les femmes à l’insignifiance, enseigne la haine des Juifs. Le prince héritier Mohammed Ben Salmane, MBS, dirigeant de facto du Royaume, est très largement soupçonné d’être derrière la torture, le meurtre et le dépeçage du journaliste du Washington Post Jamal Kashoggi dans les locaux du Consulat saoudien à Istanbul.

MBS, conscient de l’image déplorable de son régime et de son pays, cherche à en améliorer l’image. Cela passe notamment par le sport et le Dakar. Pour les organisateurs de celui-ci, outre les paysages et le soutien financier d’un Royaume richissime, la proximité géographique avec l’Europe et donc la possibilité de retransmettre en direct en heures de grande audience, fut certainement déterminante.

Une communauté française réduite, des liens économiques majeurs

La communauté française en Arabie est faible, quelques milliers de personnes travaillant principalement dans l’industrie pétrolière. 3 lycées français, et autant d’instituts de l’Alliance française, existent cependant dans le Royaume, à Djeddah, Al Khobar et la capitale Riyad. Les expatriés vivent principalement en vase clos dans un pays ou la pratique d’une autre religion que l’Islam n’est pas autorisée dans l’espace public, tout comme la consommation d’alcool.

Les échanges commerciaux, en hausse de 15% en 2018, sont en revanche très importants avec 10 milliards d’Euros d’échanges. La France est largement déficitaire dans ces échanges ou elle importe quasi exclusivement du pétrole. Les exportations sont souvent militaires avec une polémique concernant la possible utilisation d’armes français dans la guerre que mène MBS au Yemen.

L’Arabie Saoudite cherche à diversifier son économie et préparer l’après pétrole. Le Dakar, malgré les polémiques, y contribuera sans nul doute.

Laisser un commentaire