Le compte à rebours de l’assainissement budgétaire en zone euro

Le  compte  à  rebours  de  l’assainissement  budgétaire  en  zone  euro

La  crise  sanitaire  a  porté  les  déficits  publics  à  des  niveaux  sans  précédent  en  période  de paix.  De  2019  à  2020,  le  déficit  de  la  zone  euro  est  passé  de  0,5  à  7,2%  du  PIB,  les chiffres  pour  la  France  étant  respectivement  de  3,1 %  et  9,2 % du  PIB. Pour l’année  2021, les  déficits  resteront  élevés.

Le  processus  de  réduction  est  programmé  pour  2022  avec l’arrêt  des  mesures  de  soutien  prises  à  partir  du  mois  de  mars.  Les  forts  besoins  de dépenses  publiques  et  l’importance  du  déficit  structurel  pour  certains  pays  membres  de la  zone  euro,  dont  la  France,  rendent  l’atterrissage  complexe.  Pour  stabiliser l’endettement  public  compte  tenu  des  hypothèses  de  taux  et  de  croissance  retenues  par les  différentes  institutions,  le  déficit  public  devrait  ne  pas  dépasser  3,9%  du  PIB  pour  la zone  euro  et  4,1%  pour  la  France.  

La  problématique  des  dépenses  

La  tendance  est  à  l’augmentation  des  dépenses  publiques.  Elles  sont  portées  par  les besoins  liés  à  la  retraite,  à  la  santé,  à  la  dépendance,  à  l’éducation  ou  à  la  transition énergétique.  La  crise  sanitaire  a  accru  les  besoins  qui  se  manifestaient  déjà  depuis plusieurs  années.  Au  sein  de  la  zone  euro,  à  l’exception  de  la  France,  les  dépenses publiques  étaient  stables  de  2008  à  2015  avant  de  recommencer  à  augmenter. 

La France,  depuis  2002,  a  connu  une  progression  continue  de  se  dépenses  publiques,  plus de  40%  en  valeur  réelle.  Sur  ce  sujet,  la  Cour  des  Comptes  souligne,  dans  un  rapport publié  le  9  septembre  dernier,  la  dérive  des  dépenses  ordinaires,  dépenses  courantes non  liées  à  la  crise  sanitaire.  Celles-ci  ont  représenté  14%  de  la  hausse  de  l’ensemble des  dépenses  publiques  l’an  dernier,  soit  13,7 milliards  sur  une  augmentation  totale  de 96,4  milliards  euros.

Sous couvert de la crise, des dépenses nouvelles  

Pour  le  seul  budget  de  l’État,  la  hausse  des  dépenses  ordinaires, c’est-à-dire  hors  effets  de  la  crise  et  baisse  du  coût  des  intérêts  de  la  dette,  s’élève  à  6,9 milliards.  Un  niveau  proche  de  2019  (+7,3  milliards),  mais  nettement  plus  élevé  qu’en 2018  (+1,5  milliard  d’euros). 

Comme  la  Commission  de  Bruxelles,  la  Cour  des  Comptes mentionne  que  les  pouvoirs  publics  ont,  sous  couvert  de  la  crise,  fait  passer  des  mesures pérennes.  Elle  pointe  ainsi  certaines  revalorisations  salariales  dans  les  établissements de  santé  et  médico-sociaux  publics  et  privés  au  titre  des  accords  du  « Ségur  de  la  santé ».  Elle  craint  surtout  que  les  dépenses  du  plan  de  relance,  inauguré  il  y  a  un  an  pour  un montant  de  100  milliards,  qui  vont  être  réparties  sur  plusieurs  exercices  soient «pérennisées  comme  l’ont  été  les  programmes  d’investissements  d’avenir». 

Si  d’autre pays  européens  utilisent  la  crise  sanitaire  pour  faire  passer  des  mesures  budgétaires sans  lien  avec  cette  dernière,  la  France  figure  parmi  ceux  qui  recourt  le  plus  fortement  à cette  pratique.  

Le  retour  plus  rapide  du  plein  emploi  en  Europe  ne  permettra  pas  le  retour  au  niveau d’avant-crise  du  déficit.  En  2022,  il  est  attendu  à  -4%  du  PIB  pour  la  zone  euro  et  à  -6% du  PIB  pour  la  France. 

Face  à  des  déficits  amenés  à  perdurer,  quelle  sera  la  réaction  des marchés,  surtout  après  la  fin  du  programme  de  rachats  des  obligations  d’État  par  la Banque  Centrale  Européenne ?

Le  financement  des  déficits  et  le  marché  

Les  investisseurs  peuvent  s’inquiéter  d’une  hausse  permanente  des  taux  d’endettement public,  a  fortiori  si  la  croissance  revient  à  son  niveau  d’avant-crise  autour  de  1%. 

L’arrêt des  rachats  d’obligations  par  la  banque  centrale  obligera  les  États  à  recourir  à  l’épargne intérieure  et  extérieure  au  moment  où  la  transition  énergétique  nécessitera  de  la  part  des entreprises  d’importants  investissements  qui  augmenteront  d’autant  leurs  besoins  de financement.

La  zone  euro  pourra  compter  sur  ses  excédents  de  la  balance  des  paiements  courants pour  financer  les  déficits  élevés.  Cet  excédent  se  situe  en  moyenne  entre  2  et  4%  du PIB.  Essentiellement  réalisé  par  l’Allemagne  et  les  Pays-Bas,  cet  atout  ne  joue  pas  pour la  France  qui  désormais  enregistre  dans  ce  domaine  un  déficit  de  2%  du  PIB. 

Au-delà de  leur  solde  commercial  positif,  les  États  d’Europe  du  Nord  connaissent  des  niveaux  de dettes  et  de  déficits  plus  faibles  que  ceux  du  Sud.  En  cas  de  dérapage  des  prix,  les tensions  entre  les  deux  parties  de  la  zone  euro  pourraient  augmenter.  Un  durcissement de  la  politique  monétaire  pourrait  avoir  des  conséquences  importantes  sur  la  solvabilité des  États  fortement  endettés  comme  l’Italie,  la  France  ou  l’Espagne.   Compte  tenu  du  taux d’endettement  public,  du  poids  des  intérêts  et  du  taux  de  croissance potentielle,  le  déficit  public  total  maximum  permettant  la  stabilisation  du  taux d’endettement  public  est  évalué  à  3,9 %  du  PIB  dans  la  zone  euro  et  à  4,1%  du  PIB  en France. 

La  France  devrait  réduire  son  déficit  de  4,9  points  de  PIB  dans  les  prochaines années  et  l’ensemble  de  la  zone  euro  de  2,6  points.  Toute  augmentation  des  taux d’intérêt  nécessiterait  un  effort  plus  important.  Grâce  à  leur  baisse,  le  poids  des  intérêts payés  sur  la  dette  publique  est  passé  de  3  à  1,2%  du  PIB  en  France  de  2002  à  2021  et de  respectivement  3,5  et  1,4%  pour  l’ensemble  de  la  zone  euro. 

Toute  hausse  d’un  point des  taux  nécessite  une  réduction  du  déficit  d’au  moins  un  point  pour  éviter  une augmentation  du  taux  d’endettement. 

Le  retour  des  règles  budgétaires  européennes  

Dans  les  prochains  mois,  les  autorités  européennes  proposeront  aux  États  membres  de nouvelles  règles  budgétaires.  Les  dépenses  liées  à  la  transition  énergétiques  seront peut-être  traitées  à  part  avec  un  financement  qui  pourrait  être  communautaire.  En revanche,  la  Commission  veillera  à  éviter  une  dérive  des  taux  d’endettement  surtout quand  les  États  concernés  enregistrent  par  ailleurs  un  déficit  extérieur  élevé.

Laisser un commentaire