Label vert pour le nucléaire ?

Label vert pour le nucléaire ?

Un groupe de dix pays européens a fait pression sur la Commission européenne pour qu’elle accorde à l’énergie nucléaire le label « vert » dans le cadre de la taxonomie financière durable de l’UE, qui sert de guide aux investissements en faveur du climat.

Les ministres de l’Énergie du groupe des dix ont soutenu l’inclusion du nucléaire dans la taxonomie lors d’une réunion extraordinaire du Conseil « Énergie » de l’UE mardi (26 octobre), organisée pour faire face à la hausse des prix de l’énergie.

Une proposition de la Commission européenne est désormais attendue « d’ici la fin de l’année », a déclaré Kadri Simson, commissaire européenne à l’Énergie.

Au début du mois, un groupe de ministres de dix pays de l’UE a signé un article d’opinion commun affirmant que « l’énergie nucléaire doit faire partie de la solution » à la crise climatique et être incluse dans la taxonomie.

L’article a été signé par les ministres de l’économie et de l’énergie de la Bulgarie, de la Croatie, de la République tchèque, de la Finlande, de la France, de la Hongrie, de la Pologne, de la Roumanie, de la Slovaquie et de la Slovénie.

Lors de la réunion ministérielle de cette semaine, les Pays-Bas ont offert leur soutien tandis que la Suède s’est également exprimée favorablement sur le nucléaire.

« Les Pays-Bas sont en outre favorables à une conclusion rapide des actes délégués sur la taxonomie, en tenant compte de l’énergie nucléaire. Le contexte de cet acte devrait être basé sur la science afin de garantir une crédibilité à long terme », a déclaré le ministre néerlandais Stef Blok.

« La Suède estime que nous aurons besoin de toutes les solutions rentables sans combustibles fossiles, y compris la bioénergie et le nucléaire, qui contribuent aux objectifs climatiques de l’UE et à la réduction de notre dépendance à l’égard des combustibles fossiles », a déclaré Anders Ygeman, le ministre suédois de l’énergie.

« Ce qui a été très intéressant, c’est la façon dont le débat a évolué au cours des dernières semaines. Tout d’abord, je pense que c’est parce que de plus en plus d’États membres admettent que, pour atteindre les objectifs de décarbonation, nous avons besoin du nucléaire dans le mix énergétique », a déclaré Jessica Johnson de Foratom, l’organisme industriel de l’énergie nucléaire.

« Ce changement s’explique en partie par le fait que certains États membres changent d’avis sur le nucléaire, et ce depuis environ un an. Cela s’explique également par la récente crise énergétique. Je pense que de plus en plus de personnes commencent à comprendre le risque de dépendre des importations », a-t-elle déclaré à EURACTIV.

La flambée mondiale des prix de l’énergie a mis en lumière la dépendance de l’Europe vis-à-vis des puissances étrangères, notamment la Russie, pour son gaz.

L’énergie nucléaire, cependant, dépend moins des importations. L’uranium est disponible auprès de multiples sources et seule une petite quantité est nécessaire pour produire une grande quantité d’énergie. De plus, la plupart des exploitants stockent sur place des réserves d’uranium suffisantes pour garantir deux à trois ans d’exploitation, selon Foratom.

Centrale à gaz

Le gaz dans le mix énergétique

Les pays qui font pression pour l’inclusion de l’énergie nucléaire dans la taxonomie sont accompagnés d’une petite faction qui demande également que le gaz fossile soit inclus comme combustible de transition.

Ce groupe est composé de pays d’Europe centrale et orientale – Pologne, Hongrie, République tchèque, Roumanie, Bulgarie et Slovaquie – qui affirment avoir besoin de gaz pour abandonner le charbon, plus polluant.

« Nous devons également créer un climat d’investissement positif pour toutes les technologies nécessaires à la transition vers un système énergétique sûr à faible émission de carbone», a déclaré Adam Guibourgé-Czetwertyński, le ministre polonais du Climat et de l’Environnement.

« La Commission devrait immédiatement présenter un acte délégué de taxonomie complémentaire couvrant à la fois le gaz naturel et l’énergie nucléaire afin de réduire l’incertitude des investisseurs », a-t-il ajouté.

« L’énergie nucléaire et le gaz naturel vont occuper une place de choix dans le mix énergétique de l’UE dans les années à venir », a déclaré Karol Galek, secrétaire d’État slovaque. « Il est donc nécessaire de présenter dès que possible l’acte délégué complémentaire sur la taxonomie qui tient compte de l’évaluation scientifique de l’énergie nucléaire et du rôle de décarbonation du gaz naturel », a-t-elle ajouté.

« Un nouveau report est inacceptable, il serait contraire au règlement sur la taxonomie, ne respecterait pas l’intérêt des citoyens de l’UE et n’apporterait pas la prévisibilité et la stabilité nécessaires aux investisseurs », a souligné Mme Galek.

La Grèce, Chypre et Malte font également pression pour l’inclusion du gaz, mais ne sont pas intervenus en faveur de l’inclusion du nucléaire.

« Tant que des pays comme Chypre n’auront pas développé des solutions de stockage [et] des interconnexions, le gaz continuera à jouer un rôle déterminant », a déclaré Natasa Pilides, du gouvernement chypriote.

Lobby antinucléaire

Le plus petit groupe de pays dans ce débat est de loin celui des pays qui se sont prononcés contre l’inclusion de l’énergie nucléaire dans la taxonomie. L’Autriche et le Luxembourg sont les plus fervents opposants au nucléaire. Le Danemark met également en garde contre cette énergie.

« Nous pensons qu’il serait erroné de présenter l’énergie nucléaire comme une alternative — elle n’est pas bon marché et elle n’est pas fiable. Les prix de la production d’énergie nucléaire sont beaucoup plus élevés que ceux de la production d’énergie solaire photovoltaïque », a déclaré Gregor Schusterschitz (Autriche).

Le ministre luxembourgeois de l’Énergie, Claude Turmes, a quant à lui insisté sur le temps qu’il faudrait pour construire de nouvelles centrales nucléaires. Selon lui, celles-ci ne seraient pas mises en service avant 2035 environ, ce qui les rendrait inutiles pour résoudre la crise énergétique de l’année actuelle.

Il a ajouté que « prolonger les réacteurs nucléaires au-delà de 40 ans ne représente que 10 milliards de tonnes d’équivalent pétrole. Vous voyez donc que c’est une stratégie très risquée et à impact limité ».

« Avec la taxonomie, je pense que nous devons être extrêmement prudents. En effet, regardez les marchés financiers, regardez les investisseurs, regardez ce qui se passe déjà avec la manipulation », a-t-il déclaré aux ministres.

L’Allemagne, opposante de longue date à l’énergie nucléaire, s’est montrée beaucoup plus neutre lors de la réunion, peut-être en raison de son gouvernement encore à former.

« Nous devons réduire notre dépendance énergétique, les gens voient cela comme une justification de l’énergie nucléaire. Il est évident que nous ne pouvons pas parvenir à un consensus au niveau européen sur le rôle de l’énergie nucléaire », a déclaré Andreas Feicht, ministre allemand de l’Énergie et de l’Economie.

L’ONG environnementale WWF a également mis en garde contre l’inclusion de l’énergie nucléaire et du gaz fossile.

« Rien ne pourrait davantage nuire au Pacte vert pour l’Europe que l’inclusion du gaz fossile et du nucléaire dans la taxonomie durable. À l’heure de la COP26, un tel écoblanchiment européen institutionnalisé enverrait un message mondial totalement contre-productif », a déclaré Henry Eviston, porte-parole pour la finance durable au bureau des politiques européennes du WWF.

Laisser un commentaire