La médecine à distance à l’usage des expatriés

La médecine à distance à l’usage des expatriés

décembre 3, 2019 0 Par Fabien Ferasson

Plusieurs initiatives, à l’instar des applications françaises Hellocare et Quare, ou de la solution américaine HealthTap, proposent désormais aux expatriés des services de conseil en visioconférence. Des médecins français, généralistes ou spécialistes, dispensent un premier accompagnement en ligne. Ce dernier ne remplace bien entendu pas une véritable consultation, mais permet par exemple d’obtenir un premier avis dans l’attente d’une prise en charge, ou d’échanger à propos de la prescription de certains traitements. Une opportunité pour les expatriés, qui peuvent avoir besoin d’éclairages sur des protocoles thérapeutiques qui leur sont proposés ou sur des médicaments étrangers.

D’autres start-ups  investissent dans la conception, la fabrication et la distribution de cabines interactives de consultation, permettant à des praticiens de réaliser à distance la majeure partie des examens de base : prise de tension et de température, mesure de la fréquence cardiaque…

Des grands groupes pourraient commencer à investir dans ces différentes solutions de téléconsultation pour leurs employés, tout comme les ambassades pour leurs ressortissants… Les possibilités pour ces pratiques médicales de demain sont innombrables, facilitant ainsi l’accès aux soins des expatriés.

Le Code de la santé publique français définit la télémédecine comme une « pratique médicale à distance utilisant les technologies de l’information et de la communication » (art. L6316-1). Mise au point pour améliorer l’accès aux soins et la qualité de la prise en charge, la télémédecine est encore mal connue en France. Un petit retard par rapport à nos voisins suisses ou scandinaves, déjà adeptes des téléconsultations. Néanmoins, le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2018 permet d’envisager un développement de ce secteur médical à court terme.

Une évolution dont vont pouvoir bénéficier de nombreux patients, à commencer par les Français expatriés à l’étranger, éprouvant parfois des difficultés en matière d’accès aux services de santé…

Publicités