La justice française réduit la peine de Fabien Azoulay

La justice française réduit la peine de Fabien Azoulay

En 2017, ce Français âgé de 43 ans, propriétaire de spas à New-York, avait été condamné à une peine de 16 ans et 8 mois par la cour d’assises d’Istanbul pour avoir importé du GBL en Turquie (Le GBL est un solvant industriel qui peut être détourné pour devenir un euphorisant et un excitant sexuel). Depuis, il a bénéficié d’une mesure de transfèrement, rarissime entre la Turquie et la France. Vendredi 01 octobre, la justice française s’est penchée sur son affaire.

De New-York aux geôles d’Istanbul

Pendant quatre ans, ce Français résidant à New York, où il était propriétaire d’un spa de luxe du côté de Greeenwich Village, a croupi dans la promiscuité d’une cellule collective turque. Son crime : avoir commandé du GBL pour le détourner comme aphrodisiaque. Le Français a subi de multiples sévices. Fin 2019, un codétenu lui a infligé des brûlures parce qu’il est homosexuel et juif.

« J’ai vécu quatre ans d’enfer »

Fabien Azoulay à la barre du tribunal de Paris ce 01 octobre

Une procédure de transfèrement

Le transfèrement est une procédure rare, pour exemple la Turquie n’avait pas accepté de telle demande vers la France depuis 20 ans. La règle commune est que si un citoyen de tout état est condamné à une peine de prison, il sera détenu dans le pays qui a pris la décision. Si le transfèrement est accepté alors le condamné pourra bénéficier d’une adaptation de sa peine au droit français. Dans le cas de Fabien Azoulay, en France, le recel de GBL est sanctionné par 5 ans de prison. 

Aménagement de peine ?

Ce vendredi 01 octobre, la 14e chambre du tribunal correctionnel de Paris a donc décidé de ramener la condamnation de l’intéressé, transféré en France en août dernier et incarcéré à la prison de la Santé, à une peine de cinq ans de prison. Un premier pas vers une prochaine remise en liberté, Fabien Azoulay ayant déjà effectué quatre ans de prison en Turquie.

 « Nous déposons dès lundi une demande d’aménagement de peine »

Me Carole-Olivia Montenot, avocate de Fabien Azoulay

Il est totalement envisageable que le juge d’application des peines autorise sa libération pure et simple, soit une transformation de la dernière année de prison en travaux d’intérêt général. Le bout du tunnel est proche pour cet expatrié français.

Laisser un commentaire